• Home
  • Actualite
  • Business
  • PGE : Bercy annonce un assouplissement du remboursement

PGE : Bercy annonce un assouplissement du remboursement

By Odile Mopin

5 janv. 2022

Business

Bruno Le Maire - AFP

« Les prêts garantis par l’Etat (PGE) qui ont sauvé des dizaines de milliers d’entreprises ne doivent pas les couler au moment de leur remboursement ». Ce mardi 4 janvier le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire, a ainsi annoncé sur RTL des aménagements aux conditions de remboursement de ce dispositif mis en place au début de la pandémie.

Evolution phare, l’étalement du remboursement, qui pourra aller jusqu’à dix ans, via une demande auprès de la Médiation du Crédit. L’échéancier maximal prévu auparavant était de seulement six ans. Le décalage du début du remboursement (du printemps à la fin de l’année 2022) est également prévu.

Pour le moment, 697 000 entreprises ont souscrit à un PGE depuis le début de la pandémie, dont de nombreuses entreprises du secteur du textile-habillement. Bruno Le Maire estime qu’entre «25 000 et 30 000 » d’entre elles vont avoir des difficultés à rembourser à partir de l’échéance de début, ce printemps. D’autant que la nouvelle phase de l’épidémie, sous la poussée du variant omicron a ramené avec elle son cortège de restrictions préjudiciables aux entreprises.

Reste la question des exonérations de charges. Le ministre de l’économie s’y est déclaré favorable dans une interview donnée au Figaro ce lundi 3 janvier : « Nous apportons une aide ciblée et rapide aux secteurs concernés par les restrictions. Je reste ouvert à tout dispositif supplémentaire qu’ils pourraient me proposer, notamment sur les exonérations de charges sociales », a-t-il déclaré, précisant que le sujet serait tranché dans les jours à venir.

Dès ce lundi, le gouvernement a par ailleurs annoncé le cadre des nouvelles mesures de soutien (ou leur renforcement) aux entreprises impactées par la crise sanitaire. L’aide phare restant le remboursement intégral du chômage partiel pour toutes les entreprises qui auront perdu 65 pour cent de leur chiffre d’affaires, contre 80 pour cent auparavant.