• Home
  • Actualite
  • Business
  • Plus d’une centaine de magasins et centres commerciaux désormais soumis au pass sanitaire

Plus d’une centaine de magasins et centres commerciaux désormais soumis au pass sanitaire

By Herve Dewintre

16 août 2021

Business

Crédit photo : Les Galeries Lafayette

Depuis ce matin, lundi 16 août, l’utilisation du pass sanitaire est élargie dans les grands centres commerciaux en région parisienne et dans le sud de la France marqués par un taux d’incidence en hausse du coronavirus. Le Printemps, les Galeries Lafayette, le BHV, le Bon Marché et la Samaritaine sont également concernés.

Le 26 juillet, la plupart des commerçants non essentiels avait poussé un soupir de soulagement. Le Parlement avait en effet décidé, in extremis, après cinq jours de débats passionnés entre députés et sénateurs, d’exclure les centres commerciaux de la liste des lieux pour lesquels le pass sanitaire devait entrer en vigueur, après le passage de la loi devant le Conseil Constitutionnel. Face à cette suppression du dispositif de façon obligatoire, Gontran Thüring, délégué général du Conseil national des centres commerciaux (CNCC), avait aussitôt réagi en remerciant les sénateurs : « Évidemment, c’est un motif de satisfaction pour nous parce que nous trouvions depuis le début de cette annonce que cette mesure était difficilement applicable et qu’elle n’était en plus pas tout à fait justifiée ». Le délégué général avait également précisé que depuis le début de la crise, aucun cluster n’avait été détecté dans les centres commerciaux en France.

Petit bémol tout de même : un amendement de dernière minute avait été voté en commission mixte paritaire pour que les préfets puissent mettre en place ce pass sanitaire à l’entrée des grands centres commerciaux si les conditions l’exigeaient. Le soulagement a donc été de courte durée puisque ce lundi 16 août, des préfets ont d’ores et déjà exigé la mise en place d’un contrôle de pass sanitaire valide à l’entrée des centres commerciaux de plus de 20 000 mètres carrés. Cette mesure s’applique dans tous les départements où le taux d’incidence dépasse les 200 cas pour 100 000 habitants.

Les départements concernés sont les Alpes-Maritimes, Bouches-du-Rhône, Charente-Maritime, Corse-du-Sud, Gard, Haute-Garonne, Gironde, Hérault, Landes, Pyrénées-Orientales, Rhône, Haute-Savoie, Var et Vaucluse. Quatre départements d’Ile-de-France sont également concernés : la Seine-Saint-Denis, Val d’Oise, Val-de-Marne, Hauts-de-Seine. Plus d’une centaine de centres commerciaux et magasins. La plupart des établissements ont embauché des agents pour vérifier les pass. Certains ont même installé une tente de dépistage à proximité.

A Paris, le contrôle réalisé dans un but pédagogique

Globalement, la nouvelle semble bien accueillie par l’ensemble des visiteurs, même si la fronde contre le pass sanitaire continue chaque week-end de mobiliser plusieurs centaines de milliers de manifestants à travers la France. Le seuil d’incidence à Paris ne dépasse pas les 200 pour 100 000 habitants. Pourtant, les grands magasins parisiens - Le Printemps, les Galeries Lafayette, le BHV, le Bon Marché et la Samaritaine – ont tout de même mis en place le dispositif de contrôle, de même que les centres commerciaux Italie 2, Beaugrenelle, Vill’up et Aéroville. Cela a engendré des files d’attentes observables sur les trottoirs.

Décision anticipée d’une probable décision préfectorale à venir ? Aucun arrêté n’a encore été publié sur le site de la préfecture de police ce lundi. Les autorités ont même affirmé au journal Le Figaro qu’aucune publication d’arrêté n’était prévue pour le moment. Il semble donc que les grands magasins réalisent ce contrôle dans un but pédagogique afin de préparer leurs clients à une future obligation de présentater le pass sanitaire. La préfecture a néanmoins précisé que si le taux d’incidence global à Paris restait légèrement en deçà de 200 pour 100 000 habitants, il convenait tout de même de préciser que ce même taux était largement supérieur dans les classes d’âges de 10 à 39 ans : 343 pour 100 000 habitants dans la tranche d’âge de 20 et 29 ans.