La bijouterie autrichienne Swarovski a présenté ses excuses mardi pour avoir « blessé les sentiments » des Chinois après avoir considéré Hong Kong comme un pays distinct de la Chine sur son site internet. La marque s’ajoute à la liste déjà longues des entreprises de luxe critiquées en Chine suite à une polémique.

Swarovski dans les pas de Versace, Coach et Givenchy

Les excuses de la société spécialisée dans la taille du cristal sont arrivées un jour après que plusieurs autres détaillants de luxe se soient excusés pour des erreurs d’appellations des villes semi-autonomes de Hong Kong et de Macao, ainsi que de l’île autonome de Taiwan.

Hong Kong est devenu un sujet particulièrement sensible pour Pékin, le centre financier étant plongé dans des manifestations en faveur de la démocratie.

« Nous sommes désolés pour le peuple chinois dont les sentiments ont été blessés », a déclaré la maison de luxe dans un communiqué mardi.

La compagnie a également perdu le soutien de son ambassadrice de marque, l'actrice chinoise Jiang Shuying. Son agence a déclaré dans un communiqué avoir envoyé un avis à Swarovski pour qu'elle mette fin à leur coopération dans les meilleurs délais. Nous « défendons le principe d’une Chine unique et estimons que notre souveraineté nationale et notre intégrité territoriale ne peuvent être violées », a déclaré l'agence.

Swarovski a également été confronté à la colère des réseaux sociaux, et sur internet en général, malgré la promesse « d’essayer de notre mieux pour corriger les erreurs dans les meilleurs délais. »

« Je ne l'achèterai plus. Il n'y a pas de préférence personnelle devant la souveraineté nationale », a écrit un utilisateur sur la plate-forme Weibo, équivalent chinois de Twitter.

« Ces marques étrangères disent toujours qu'elles défendent fermement la souveraineté et l'intégrité territoriale de la Chine. Si vous pensiez vraiment, une telle chose ne se produirait jamais », a écrit un autre.

Versace, Coach et Givenchy se sont tour à tour excusés cette semaine pour avoir porté un semblant d’atteinte à la souveraineté nationale de la Chine avec des tee-shirts énumérant Hong Kong et Taiwan comme pays distincts.

La querelle leur a également coûté le soutien de leurs ambassadeurs de marque chinois alors que les entreprises se démenaient pour minimiser les dommages potentiels sur le plan lucratif.

L'actrice Yang Mi, représentante de Versace, a annoncé qu'elle cesserait de collaborer avec la maison de couture, tandis que la mannequin Liu Wen, ambassadrice de Coach, a également annoncé qu'elle mettait fin à son travail avec la marque pour avoir commis une erreur.

« J'aime ma patrie et défend résolument la souveraineté nationale de la Chine ! » a-t-elle écrit sur son compte officiel Weibo.

Enfin, Jackson Yee, un membre très populaire du boysband TFBoys, a également mis un terme à sa collaboration avec Givenchy. (AFP)

Cet article a été écrit pour FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS