Richemont : impacté par la pandémie en Asie, ses ventes plongent au 4T

Zurich - Le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe, a vu son chiffre d'affaires chuter de 18 pour cent au quatrième trimestre, en raison du "fort impact" de la pandémie de Covid-19 qui a plombé ses ventes en Asie, a-t-il annoncé vendredi lors de la publication de ses résultats annuels. Sur le dernier trimestre de son exercice 2019/2020 décalé (clos au 31 mars), ses ventes dans la zone Asie Pacifique ont chuté de 36 pour cent, dégringolant de 67 pour cent à Hong Kong, le marché de référence en Asie pour les produits de luxe, a-t-il indiqué dans un communiqué.

Sur ce trimestre qui couvre la période de janvier à fin mars, ses ventes ont également baissé de 9 pour cent en Europe mais progressé de 9 pour cent dans la zone Amériques, a précisé le groupe propriétaire notamment des maisons de joaillerie Cartier et Van Cleef & Arpels ainsi que d'un portefeuille de montres incluant Piaget, IWC et Jaeger-LeCoultre.

Sur l'ensemble de l'année, son chiffre d'affaires s'est inscrit en hausse de 2 pour cent, à 14,2 milliards d'euros. Son bénéfice net s'est lui replié de 67 pour cent à 931 millions d'euros, après un bond exceptionnel l'année précédente avec une réévaluation de sa participation dans le portail de distribution en ligne Yoox-Net-A-Porter, a-t-il rappelé.

"La Chine a été la première à être touchée mais il semble qu'elle soit revenue à la normale de façon remarquablement rapide", a déclaré son président, Johann Rupert, cité dans le communiqué. "Alors que le pire semble être passé en Asie et que l'Europe montre quelques signes de reprise, les États-Unis et de nombreux autres pays souffrent encore énormément", a-t-il ajouté.

La visibilité sur ce que l'année réserve est "très limitée", a précisé le président du groupe. Face aux incertitudes, Richemont a décidé de réduire le dividende pour l'année écoulée.

Pour l'exercice 2019/2020, Richemont compte verser à ses actionnaires 1 franc suisse par action, contre 2 francs suisses l'année précédente. Il étudie cependant la possibilité d'offrir aux actionnaires "une forme supplémentaire de récompense" qu'il a décrit comme une sorte de "prime de fidélité" pour compenser en partie la réduction du dividende par action payé en espèces.(AFP)

Crédit photo: Net a Porter

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS