• Home
  • Actualite
  • Business
  • Roberto Cavalli met fin à ses activités aux États-Unis

Roberto Cavalli met fin à ses activités aux États-Unis

By Don-Alvin Adegeest

1 avr. 2019

Business

Lorsque l'ancien directeur artistique de Roberto Cavalli, Paul Surridge, a annoncé qu'il quittait son poste au mois de mars, rien ne laissait présager ce qui allait se passer dans le futur. Affirmant que la mission de l'entreprise avait changé par rapport aux caractéristiques du travail qui avait été fait, Roberto Cavalli, a fait savoir qu'il allait mettre fin à ses opérations américaines.

L'annonce a entraîné la fermeture de toutes les boutiques Cavalli en Amérique du Nord, ainsi que le départ de la haute direction, y compris le PDG américain Salvatore Tramuto, qui a démissionné. The Art Fashion Corp, l'entreprise qui exploite les opérations nord-américaines de Cavalli, doit déposer son bilan, connu localement sous le nom de Chapter 7.

Tous les magasins et commerces de détail doivent être fermés pour pouvoir prétendre à l'insolvabilité, ce qui inclut le licenciement de 93 employés américains, dont certains ont été escortés hors de ses magasins le jour de la fermeture. Selon les chiffres publiés par Business of Fashion, Cavalli est déficitaire depuis 2013, avec des pertes en 2018 estimées à 17,8 millions de dollars, hors frais marketing de 13 millions de dollars.

La société a annoncé son intention de conclure une entente avec ses créanciers afin de se restructurer et de poursuivre ses activités commerciales, et elle est à la recherche d'un investisseur. Cavalli exploite actuellement sept boutiques et plusieurs points de vente aux États-Unis.

Cavalli a été vendu pour la dernière fois en 2015

En 2015, Clessidra a acquis une participation de 90 pour cent dans la société Cavalli, qui aurait coûté 390 millions d'euros, aux côtés de co-investisseurs minoritaires L-GAM et Chow Tai Fook Enterprises Ltd, une société de capital investissement privée. Roberto Cavalli, le fondateur de la marque, âgé de 77 ans, en a conservé dix pour cent.

À l'époque, Reuters a annoncé que la vente de la société était inférieure à "18 fois le bénéfice sous-jacent de 25 millions d'euros que Permira" a proposé à la marque en 2014. Aujourd'hui, l'entreprise vaudra beaucoup moins. "Dans cinq ans, nous avons l'intention d'être dans une ligue différente", a déclaré Francesco Trapani, ancien patron de Bulgari et directeur des montres et bijoux de LVMH, devenu président de Cavalli, dans un communiqué.

En mars 2018, il y a seulement un an, Cavalli a annoncé sa participation au salon Pitti Uomo 94 de Florence en tant qu'invité d'honneur. Revenant à ses racines florentines, ce fut la première collection masculine dévoilée sous Surridge, avec Tim Cook, PDG d'Apple, dans le public. Plus important encore, le salon et la collection ont été bien accueillis, avec une augmentation du nombre de grossistes.

Un an plus tard, l'entreprise s'effiloche à grande vitesse, incapable d'arrêter le turn-over élevé du management et des directeurs artistiques. Avant Surridge, il y avait Peter Dundas, qui n'a tenu le poste que pendant 19 mois.

Philipp Plein, OTB, le groupe Diesel et la société d'investissement américaine Bluster Alliance tournaient autour de la marque l'an dernier en tant qu'investisseurs potentiels. Attendons de voir si leur intérêt est encore là.

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo credit: Roberto Cavalli Facebook