Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Selon un sondage réalisé par la société spécialiste de l’innovation dans la mode, Alvanon et partagé en exclusivité avec FashionUnited, 62 pour cent des managers dans la mode peinent à pourvoir certains postes et cela est dû à un manque de compétences chez les postulants.

L'industrie de la mode a désespérément besoin de professionnels dotés de compétences techniques et en même temps, les universités fournissent de moins en moins aux étudiants les formations nécessaires et recherchées sur le marché. Aujourd'hui, les technologies telles que la conception en 3D, le Big Data et l'intelligence artificielle élargissent encore davantage le fossé, car les universités ont du mal à suivre un marché qui va toujours plus vite. Pour cette étude, Alvanon a interrogé un total de 642 professionnels de la mode venus du monde entier, dont 64 pour cent travaillent au niveau de la direction ou au-delà.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

“Nous sommes dans une guerre pour trouver des talents», a déclaré Sarah McConnell-Haynes, responsable des achats chez Carter’s, distributeur américain de vêtements pour enfant, qui a participé à l’enquête. “Chaque bureau d'achat ou société commerciale à qui je m'adresse me demande quel est mon plus grand défi et je leur réponds que cela est principalement lié aux ressources et aux compétences”, a ajouté Edwin Keh, directeur général de l'Institut de recherche sur les textiles et les vêtements de Hong Kong.

“Les institutions universitaires se concentrent toujours sur le côté glamour. Les étudiants diplômés se disent “Je vais être un créateur de mode” sans comprendre le côté business, commercial et technique du métier”, a déclaré Catherine Cole, directrice générale d'Alvanon, lors d'une interview avec FashionUnited à l’occasion du Centrestage, le salon de la mode qui s'est tenu à Hong Kong en septembre dernier.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Le problème est particulièrement évident dans l’industrie de la lingerie, qui nécessite davantage de compétences en raison de sa construction complexe. La PDG de Clover Group, Angie Lau, qui a également été interrogée pour le sondage, a déclaré: “Il existe un énorme fossé entre ce que nos employés apprennent à l’école et ce qu’est la vraie vie en entreprise”.

“Il y a souvent des problèmes de communication entre la conception et la production, car les étudiants n'ont pas été initiés ou ont travaillé avec des usines de mode à l'école. Lorsque vous n'avez pas accès aux usines, vous supposez simplement que les choses peuvent être réalisées d’une certaine manière. Mais ceux qui travaillent dans les usines savent ce qui est faisable ou non, en fonction du budget”, a expliqué Janice Wang, directrice générale d’Alvanon, qui a également répondu aux questions de FashionUnited à l’occasion du Centrestage à Hong Kong.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

L'externalisation est l'un des principaux facteurs contribuant au problème. «Lorsque vous externalisez tout, les gens à l’intérieur du pays cessent tout simplement de faire et d’apprendre ces choses», a déclaré la directrice générale. Catherine Cole a mentionné la Caroline du Nord, aux États-Unis, comme exemple parfait de la façon dont la sous-traitance cause une pénurie de compétences dans l'industrie de la mode : “La Caroline du Nord était un grand producteur de textile. Mais si vous allez là-bas aujourd’hui, vous verrez que les travailleurs d'aujourd'hui n’ont pas les mêmes compétences qu’il y a quinze ans. Le changement a eu lieu dès que les entreprises ont commencé à externaliser et à produire en Chine.»

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Alors que les baby-boomers (la dernière génération qui possédait certaines compétences techniques) commencent à prendre leur retraite, les préoccupations sont encore plus fortes. 38 pour cent des personnes interrogées ont indiqué que ces départs en retraite représentent une problématique réelle dans leur lieu de travail. Les membres de la génération Y représentent actuellement environ 35 pour cent de la main-d'œuvre, mais ils devraient passer à 75 pour cent du personnel d'ici 2025.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Les entreprises de mode ne dispensent pas les formations nécessaires

Malgré l’absence réelles de compétences essentielles sur le marché du travail, l’étude a aussi révélé que la plupart des entreprises de mode ne parvenaient pas à combler ce fossé. Seulement 16 pour cent des responsables interrogés ont déclaré que les entreprises pour lesquelles ils travaillaient avaient récemment effectué des évaluations de compétences au sein de l’effectif, ce qui signifie qu’ils ne sont pas pleinement conscients de ce que les employés peuvent offrir et de ce qui leur manque encore.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

«Les professionnels des ressources humaines ne savent pas vraiment comment évaluer les compétences, car ils ne disposent pas eux-mêmes des compétences techniques. Par conséquent, de nombreuses entreprises demandent aux employés qui possèdent certaines compétences d’évaluer ceux qui travaillent sous leur responsabilité ou dans des postes similaires. Mais c’est un travail supplémentaire, sans compter que cela peut causer des situations embarrassantes dans l’équipe. C'est beaucoup leur demander”.

En conséquence, la plupart des entreprises n’allouent pas suffisamment de fonds pour la formation. Seulement 49 pour cent des cadres et 50 pour cent des cadres au-dessous du niveau de la direction ont déclaré avoir participé à une formation sponsorisée par l'entreprise au cours des 12 derniers mois. Moins de 30 pour cent des personnes interrogées ont vu le budget consacré aux formations augmenter ces deux dernières années et 38 pour cent pensent que le budget ne devrait pas augmenter à l’avenir.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Considérant que la génération des millenials change d’emploi plus souvent que les générations précédentes parce qu’elle veut se sentir épanouie dans sa carrière, le manque de formation interne peut avoir une incidence sur le chiffre d’affaires. «La différence d’aujourd’hui par rapport à il ya dix ans, c’est que les employés s’attendent à apprendre et continuent d’être mis au défi. Ils sont beaucoup plus curieux », a noté Wang.

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Mais pourquoi les entreprises investissent-elles si peu dans la formation? Les contraintes de temps constituent le principal obstacle selon 54 pour cent des personnes interrogées, mais Alvanon est également arrivé à la conclusion que de nombreuses entreprises ne disposent pas de méthodes claires pour mesurer l’efficacité des formations qu’elles dispensent, ce qui rend difficile la justification des investissements supplémentaires. "Il n'y a pas de moyen cohérent pour mesurer le succès de la formation", lit-on dans le rapport. «38 pour cent des personnes interrogées s’intéressent plus à la satisfaction des employés, 36 pour cent à l’augmentation de la productivité et 24 pour cent aux indicateurs de performances-clés».

Selon une étude, les professionnels de la mode ne sont pas assez qualifiés

Ceux qui proposent des formations le font souvent mal

Parmi les personnes interrogées qui ont reçu une formation de leur entreprise, moins de la moitié étaient satisfaites, 24 pour cent se déclarant «extrêmement insatisfaites» ou «insatisfaites». Premièrement, le temps requis pour la formation - soit trop, soit pas assez. Il existe également une dissonance perçue entre les compétences que les employés recherchent et les formations qui leur sont proposées. De nombreuses personnes interrogées se sont plaintes d'avoir reçu une formation en leadership et en compétences non techniques, alors que ce qui leur manque réellement, ce sont des compétences techniques. Par exemple, les responsables de développement de produits interrogés lors de l'enquête ont, dans leur grande majorité, cité le besoin de cours techniques sur les meilleures pratiques et les études de cas, comme «comment effectuer un voyage d'achat parfait» ou «gérer les problèmes d'ajustement».

Cet article a été écrit en collaboration avec Weixin Zha.

Foto : Alvanon

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS