• Home
  • Actualite
  • Business
  • SMCP : les ex-actionnaires majoritaires veulent un report de l'AG du 14 janvier

SMCP : les ex-actionnaires majoritaires veulent un report de l'AG du 14 janvier

By AFP

6 janv. 2022

Business

Fursac(Courtesy of DLX).

Paris - Les anciens actionnaires majoritaires de SMCP (Sandro, Maje, Claudie Pierlot et Fursac) ont lancé une procédure pour "ajourner" la tenue de l'assemblée générale du groupe textile le 14 janvier, qui doit leur faire perdre le contrôle de son conseil d'administration, selon un communiqué jeudi.

SMCP avait pour actionnaire majoritaire European TopSoho, société détenue par le groupe chinois Shandong Ruyi mais qui n'a pas remboursé à temps un emprunt obligataire de 250 millions d'euros, une dette échangeable en titres et représentant environ 37 pour cent du capital social de SMCP.

Les créanciers, les fonds BlackRock, Carlyle, Anchorage, Boussard et Gavaudan réunis au sein de l'entité GLAS, ont depuis pris possession de 29% de SMCP, et comptent désormais vendre à un ou des tiers pour se rembourser. D'ici à cette vente, ils veulent faire évoluer la composition du conseil d'administration de SMCP, à l'occasion d'une assemblée générale.

La révocation de la totalité des membres représentant les anciens actionnaires majoritaires d'European TopSoho et Shandong Ruyi, ainsi que "la nomination de quatre nouveaux administrateurs indépendants", sont à l'ordre du jour de l'AG.

Jeudi, SMCP indique avoir été notifié le 5 janvier d'une "assignation en tierce opposition" par European TopSoho à son encontre et à l'encontre de Glas devant le Tribunal de commerce de Paris.

Cette procédure a notamment pour but "d'obtenir la rétractation de l'ordonnance rendue le 30 novembre 2021 par le tribunal de commerce de Paris sur requête de GLAS désignant un mandataire chargé de convoquer une assemblée générale des actionnaires de SMCP, et d'obtenir en conséquence l'ajournement de l'assemblée générale des actionnaires", détaille le communiqué.

En droit français, la tierce opposition est une voie de recours extraordinaire concernant un tiers ayant intérêt dans une décision ou procédure juridique mais dont il n'a pas été partie.

"La tierce opposition ne possède que des effets limités" et "si le jugement peut être modifié c'est seulement en ce qu'il porte préjudice aux tiers, ce qui signifie qu'il conserve tous ses effets entre les parties initiales au litige", selon le site d'information officielle Vie Publique.

L'audience est prévue le 10 janvier, précise SMCP. (AFP)