SoftBank Group va vendre des actions détenues dans le chinois Alibaba pour au moins 7,9 mds USD

Le géant japonais des télécommunications SoftBank Group a annoncé mercredi matin (heure du Japon) la cession d'action détenues dans le géant chinois du commerce en ligne Alibaba pour au moins 7,9 milliards de dollars (7 milliards EUR). Cela ne correspondra cependant qu'à une fraction de la part de 32,2 pour cent que SoftBank Group contrôle dans le capital d'Alibaba. Il s'agit d'une opération financière visant notamment à rembourser des dettes.

La part de SoftBank Group dans Alibaba va ainsi passer à environ 28 pour cent, a-t-il précisé dans un communiqué, et la coopération entre les deux groupes va se poursuivre. Cette transaction découle "uniquement de raisons liées à la structure du capital de SoftBank et à ses objectifs de désendettement", a précisé le géant japonais. En accompagnement de cette transaction, SoftBank et Alibaba entendent sceller un accord selon lequel le premier s'engage à ne pas céder d'autres actions détenues dans Alibaba pour une période de six mois, sous réserve de certaines exceptions.

SoftBank avait pris une participation dans Alibaba il y a 16 ans et c'est la première fois qu'il décide d'en céder. "Après le premier investissement de SoftBank Group dans Alibaba en 2000, les deux sociétés ont construit une relation étroite grâce à des partenariats, des coentreprises, des investissements conjoints et d'autres collaborations", souligne le groupe japonais. "Quand j'ai rencontré Jack Ma (le fondateur et patron d'Alibaba), j'ai su immédiatement qu'il avait la vision et la passion de construire un géant mondial du commerce en ligne, et je fus très heureux d'investir à ses côtés pour l'aider à réaliser son ambition", a déclaré le milliardaire Masayoshi Son, patron de SoftBank Group, cité dans un communiqué. "Cet investissement a été un phénoménal succès et, au cours des 16 dernières années, nous avons construit une relation forte, travaillant ensemble sur de nombreux projets passionnants", a-t-il ajouté, assurant son Alibaba de la poursuite de son soutien.

SoftBank a néanmoins plusieurs fers au feu, et doit notamment redresser au plus vite sa filiale américaine de télécommunications cellulaires Sprint, rachetée au prix fort il y a plusieurs années mais qui n'est toujours pas dans une forme florissante, même si M. Son assure que l'amélioration est en bonne voie.(AFP)

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS