Soldes 2015: le miracle n’a pas eu lieu

Tous les indicateurs sont à la baisse: une fréquentation en baisse de 2,4 points par rapport à 2014 (81,3 pour cent des français ont fait les soldes cette année contre 83,7 l’année précédente) et une dépense moyenne qui diminue également fortement (moins 11 pour cent à 204,39 euros): pas de doute, les soldes d’hiver qui se terminent ce mardi, s’acheminent vers un constat d’échec.

Un sondage réalisé pour LSA-info révèle que les acheteurs ont privilégié les petites dépenses pendant ces six semaines de soldes : 44,3 pour cent des acheteurs ont dépensé moins de 100 euros, 36,4 pour cent entre 100 et 250 euros, et seulement 19,3 pour cent, plus de 250 euros. Bilan global : la perte de revenus pour les commerçants, tous secteurs confondus, est globalement d'environ 16 pour cent.

Evidemment, la première cause à laquelle on pense pour expliquer ce mauvais bilan est celle de l’actualité calamiteuse avec les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Casher qui ont traumatisé l’hexagone. « Pendant une semaine, le commerce s’est littéralement arrêté » constate Bernard Morvan, président de la FNH. Les jours qui ont suivi les attentats, les baisses de chiffre d'affaires ont été de l'ordre de -50 pour cent pour tous. Une baisse qui pèse d’autant plus qu’elle a eu lieu durant les premiers jours des soldes qui sont traditionnellement ceux durant lesquels les français font leurs achats.

Les ventes dans les grandes chaines restent stables

La météo humide et fraiche ainsi que les deuxièmes démarques ont permis un rattrapage partiel , notamment sur les pulls et les manteaux. Pas d’envie de consommer et pas d’achats plaisirs et impulsifs néanmoins. Tout a été réfléchi et budgété dans les ménages. "Globalement, note Philippe Guilbert directeur de Toluna, les Français se sont sentis davantage citoyens que consommateurs en janvier", même si les ventes sur internet ont tiré leur épingle du jeu avec un nombre de commandes qui a augmenté de 11 pour cent. Une hausse à relativiser pourtant puisque, même sur la toile, les dépenses moyennes ont reculé de 1 pour cent par rapport à janvier 2014 d’après la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad).

C’est du coté des commerçants indépendants et multimarques que la baisse a été la plus frappante: une moyenne de 3,5 pour cent mais un tiers d’entre eux ont constaté des reculs de 10 pour cent et plus, d’après la Fédération nationale de l’habillement (FNH). Les reculs ont été notables en Ile-de-France (-2,6 pour cent), ainsi que dans le sud (-5,2 pour cent dans le sud ouest, -4,9 pour cent dans le sud-est). Les grandes enseignes s’en sortent mieux : du coté de Zara et H&M, les ventes restent stables et certaines grandes surfaces comme Décathlon, Amazon ou Monoprix affichent même une tres légère progression des ventes.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS