Stella McCartney va voler de ses propres ailes après 17 ans au sein de Kering

Après 17 ans passés au sein du groupe Kering, la styliste britannique Stella McCartney a décidé de voler de ses propres ailes en rachetant ses parts détenues par le géant du luxe, pour un montant qui n'a pas été communiqué.

Les deux parties ont annoncé "conjointement" mercredi soir avoir "conclu un accord" sur la cession par Kering de sa participation de 50 pour cent dans la marque Stella McCartney. La créatrice devient ainsi "l'unique propriétaire de sa marque", qu'elle avait lancée en 2001 dans le cadre d'un partenariat à 50/50 avec la maison italienne Gucci, aujourd'hui propriété de Kering qui totalise une vingtaine de marques.

"Le moment est venu pour moi de prendre le plein contrôle de l'entreprise qui porte mon nom. Cette opportunité est une décision patrimoniale très importante pour moi. Je suis impatiente d'ouvrir ce nouveau chapitre de ma vie et d'entrer dans l'avenir avec cette marque et notre équipe", a déclaré Stella McCartney, qui avait jusqu'au 31 mars pour se désengager de Kering.

La fille du Beatles Paul McCartney, âgée de 46 ans, végétarienne et engagée au service de la cause animale, n'utilise aucun cuir ni fourrure ni plumes dans ses créations. Sa marque, fer de lance de la stratégie Développement durable de Kering, compte actuellement 52 magasins gérés en propre, et son réseau de distributeurs tiers comprend plus de 600 points de vente au niveau mondial. Si Kering ne publie pas les résultats financiers de Stella McCartney, dans son document financier 2017 il indiquait qu'"après plusieurs exercices de forte croissance, la marque a enregistré en 2017 une progression plus modeste de son activité".

"Quelques dizaines de millions d'euros" au maximum

Evoquant une "année de consolidation" pour la griffe, le document financier soulignait également que Stella McCartney avait "renforcé ses structures et son organisation avec pour conséquence une dilution de la profitabilité. Celle-ci reste toutefois à un bon niveau au regard de la taille de la marque", était-il précisé.

Cette annonce intervient "dans un contexte de rationalisation des portefeuilles des grands groupes de luxe: Richemont est sur le point de céder Lancel, et LVMH a cédé DKNY", a commenté à l'AFP Luca Solca, analyste chez Exane BNP Paribas, qui estime que "cette décision sera bien prise par le marché". S'il est difficile de chiffrer le montant que représentent les parts rachetées par Stella McCartney à Kering - car "il dépend du contrat initial qui a été signé" - Luca Solca estime qu'il est, "au plus haut, de quelques dizaines de millions d'euros".

Le communiqué souligne que les deux parties "continueront à collaborer dans le but de garantir une transition progressive et harmonieuse, et de maintenir la dynamique de la marque". La clôture de la transaction est attendue dans l'année qui vient, a-t-on précisé chez Kering.

"C'est le bon moment pour Stella de passer à cette nouvelle étape. Je suis extrêmement fier de ce que Kering et Stella McCartney ont accompli ensemble depuis 2001. Je voudrais remercier chaleureusement Stella et son équipe pour tout ce qu'ils ont apporté à Kering - bien au-delà de l'aspect économique", a commenté François-Henri Pinault, cité dans ce communiqué.

Son groupe a signé une nouvelle année record en 2017, avec des ventes totalisant 15,47 milliards d'euros et un bénéfice net qui a plus que doublé en un an, à 1,78 milliard. (AFP)

Photo: Stella McCartney Website