• Home
  • Actualite
  • Business
  • Stocks invendus : qui a le droit aux aides ?

Stocks invendus : qui a le droit aux aides ?

By Herve Dewintre

9 avr. 2021

Business

Les stocks de vêtements s’accumulent depuis le début de la pandémie et empêchent les commerçants d’investir dans les nouvelles collections. Pour limiter la casse, les marques se tournent volontiers vers les jeunes pousses telles que The Bradery qui proposent de valoriser le stock dormant par le biais de ventes éphémères accompagnées de productions de contenus dédiés. Les commerçants quant à eux, ne disposaient jusqu’à présent que de l’arsenal d’aides existantes, la mode n’ayant fait l’objet d’aucune mesure spécifique.

Plusieurs pistes - telles que de nouvelles périodes de soldes et des crédits d'impôts en échange de dons - avaient été suggérées par le Ministre de l’économie qui avait par ailleurs chargé Alain Griset, ministre des Petites et moyennes entreprises de finaliser ces mesures spécifiques d’ici la fin du mois de mars. Le ministre a rendu sa copie : Bercy va mettre la main à la poche avec de nouvelles indemnisations.

Une aide de 6000 euros pour les petits commerces

Qui pourra en bénéficier ? Les petits commerces de moins de 50 salariés. Les entreprises qui ont touché le fonds de solidarité au titre de novembre 2020 recevront une subvention pour compenser les invendus. D’ici fin mai, ces commerçants toucheront environ, et en une seule fois, 6000 euros, soit 80 pour cent de la somme versée au titre du fonds de solidarité de novembre. « Les entreprises ont touché en moyenne 7 600 euros de fonds de solidarité en novembre » a indiqué le ministère sur RTL qui précise : « Environ 35 000 entreprises sont concernées ». Soit une enveloppe de 200 millions d’euros.

Une aide bienvenue quoique insuffisante pour beaucoup de commerçants qui s’inquiètent légitimement de ne pas savoir franchir le mur des dettes sociales, fiscales et bancaires post-covid. Une seule mesure est pour l’instant plébiscitée par les commerçants : la réouverture des boutiques. Ils devront encore s’armer de patience. Et les soldes bis? Bercy a exclu cette solution. Seules les grandes enseignes étaient pour. Il faut dire que les enseignes en réseau, dont une partie du parc commercial est fermée depuis le 31 janvier, n’ont pas caché leur agacement d’avoir été exclues de ce dispositif. Ces enseignes ne bénéficient d’aucune aide concernant la dépréciation du stock. Lors des dernières soldes, les ventes ont accusé au global une baisse de 25 à 30 pour cent par rapport aux soldes de 2020.

Credit: Unsplash