• Home
  • Actualite
  • Business
  • Succes-story : Comment The Bradery a réussi à métamorphoser les ventes vintage en ligne en moins de deux ans?

Succes-story : Comment The Bradery a réussi à métamorphoser les ventes vintage en ligne en moins de deux ans?

By Herve Dewintre

29 mars 2021

Business

En septembre 2019, Thimothée Linyer et Edouard Caraco, organisent leur première braderie entièrement virtuelle, avec pour seul vecteur de communication le réseau social Instagram. Un an plus tard, les deux entrepreneurs reçoivent une première preuve de la pertinence de leur modèle en franchissant la barre des 100 000 euros récoltés lors d’une nouvelle vente. De quoi leur donner envie de persévérer. Novembre 2020 : le succès est exponentiel et la barre des 2 millions d’euros est pulvérisée en une seule session tandis que le compte Instagram de The Bradery compte désormais plus de 200 000 abonnés.

La clé de cet éclatant démarrage ? La combinaison de plusieurs facteurs solidement ancrés dans l’air du temps. The Bradery ne se contente pas en effet de surfer sur la vogue du vintage. Les deux amis d’enfance, qui ont étudié sur les bancs de la même école avant de monter ensemble une entreprise en logistique e-commerce, ont finement analysé le besoin des marques de valoriser leur stock dormant mais aussi l’envie des consommateurs d’avoir à leur disposition un regard, une curation sur ce stock. « Dès le départ, notre envie était de porter une attention toute particulière à la qualité des marques proposées. Tout ce qui est mis en ligne sur The Bradery est selectionné avec soin, des jeunes créateurs aux marques plus établies. »

« On ne présente que cinq ventes vraiment canons par semaine »

Autre spécificité de la start-up : la notion de quantité. Les entrepreneurs ont fait le pari de ne pas proposer des ventes en continu mais d’égrener des ventes éphémères hebdomadaires, joliment présentées. « On ne propose que cinq ventes vraiment canons par semaine ». Ces ventes ont lieu le dimanche à 10 heures et chaque lundi, mardi, jeudi et vendredi à 9 heures. Le travail de mise en valeur est réel : « Une fois qu’une marque nous a confié son stock, nous démarrons une fine analyse de la qualité des produits confiés qui débouche par une production de contenu dédiée. »

Les deux jeunes chefs d’entreprise rappellent que cette valorisation de l’existant s’inscrit dans une démarche durable. Leur analyse est la suivante : pour chaque marque, cinquante pour cent du stock est vendu au prix haut, pendant la saison, 30 pour cent est vendu à prix réduit pendant les soldes. Les vingt pour cent restant constitue ce fameux stock complémentaire que toutes les griffes, jeunes ou établies, produisent en plus pour éviter d’accueillir un client dans une boutique vide. C’est ce stock restant que The Bradery a vocation à accueillir. « Ces vingt pour cent de stock dormant font face à deux destins : le premier, c’est la destruction, les déchèteries, la dévalorisant en restant en entrepôt, le second, c’est celui d’être aimé par les clients de The Bradery ». Imparable.

Pour renforcer ce discours axé sur la durabilité, Thimothée Linyer et Edouard Caraco ont décidé d’organiser des ventes ponctuelles au cours desquelles ils s’engagent à reverser 1 euros par commande aux différentes associations qui leur tiennent à cœur. Une première vente avait eu lieu dès le début de la pandémie. L’intégralité des bénéfices de cette vente avait été reversé au fonds d’urgence de la fondation des hôpitaux. Une semaine plus tard, à l’occasion de la vente organisée avec Jonak, l’entreprise reversait un euro par paire vendue à l’association Protège ton Soignant. Ce rendez-vous caritatif est désormais solidement installé puisqu’il se déroule tous les samedis. 31 ventes solidaires ont eu lieu depuis mars 2020 et un fond de dotation baptisé The Bradery Cares a été créé début 2021. De quoi rassurer en terme d’images les marques qui font confiance à l’entreprise ( Sandro, Maje, Le Slip Français, Eric Bompard, Vanessa Bruno, Ères ou encore American Vintage pour n’en citer que quelques-unes) mais aussi galvaniser le moral des effectifs de plus en plus nombreux de la star-up ( 26 personnes en janvier 2021 contre 6 en janvier 2020) tout en soutenant d’ambitieux objectifs : The Bradery vise les 50 millions de chiffre d’affaires cette année.

Crédit photo : The Bradery