(publicité)
(publicité)

Les exportations horlogères suisses ont augmenté de 3,7 pour cent en septembre, se redressant pour le cinquième mois d'affilée, pour se monter à 1,8 milliard de francs suisses (1,5 milliard d'euros), a annoncé jeudi la Fédération horlogère (FH).

L'impulsion est venue de Hong Kong, le premier marché pour les fabricants de montres suisses pour qui l'archipel fait figure de porte d'entrée de l'Asie. Sur le mois écoulé, le redémarrage s'est accéléré dans l'archipel, les exportations y affichant une hausse de 13,7 pour cent, contre 2,7 pour cent en août. "Les exportations horlogères ont continué sur leur lancée des derniers mois", a commenté la Fédération horlogère dans un communiqué, notant que le redressement se poursuivait.

Le secteur de l'horlogerie a traversé deux années difficiles après des années de croissance spectaculaire mais avait commencé à redresser la tête en mars. Depuis mai, les statistiques des exportations sont revenues en terrain positif.

Les exportations horlogères se sont repliées de 0,6 pour cent aux États-Unis, où la tendance est hésitante depuis plusieurs mois. Elles ont par contre bondi de 89,6 pour cent à Singapour, dopées par l'acheminement de pièces très onéreuses. En Chine, la reprise s'est poursuivie, bien qu'à un rythme plus modéré, la progression se limitant à 1,2 pour cent.

Au Royaume Uni, où les ventes de montres bénéficient des achats touristiques avec la baisse de la livre sterling qui dope le pouvoir d'achat des vacanciers, elles ont affiché une hausse de 0,7 pour cent. Elles ont en revanche chuté de 7,9 pour cent en France et de 8,1 pour cent en Allemagne. En Italie, elles se sont repliées de 1,9 pour cent.

L'introduction de mesures de lutte contre la corruption en Chine fin 2013, interdisant les cadeaux extravagants, avait fortement touché les ventes de produits de luxe, dont les montres de prestige. Le secteur de l'horlogerie avait depuis cumulé les revers de fortune entre les secousses sur le rouble qui avait miné le pouvoir d'achat de la clientèle russe, la Révolution des parapluies à Hong Kong ou encore les attentats en Europe qui ont eu un lourd impact sur les achats touristiques.

Depuis le début de l'année, le secteur donne cependant des signes d'embellie. Mardi, Richemont, le numéro deux mondial avait annoncé que ses ventes avait grimpé de 12 pour cent hors effets de change sur les six derniers mois et avait dit s'attendre en conséquence à un bond de son bénéfice. (AFP)