Triumph lance une vaste opération de recyclage à l’échelle européenne

Fondée en 1886 à Heubach, en Allemagne, le fabricant de sous-vêtements Triumph, dont le siège social est en Suisse, à Bad Zurzach, a souvent démontré sa capacité à se mettre au diapason de l’air du temps, notamment en ce qui concerne les questions sociétales. Il faut dire que le groupe (qui en plus de la marque Triumph, produit et vend des articles des marques sloggi et Beedees) connaît depuis longtemps les exigences liées à la pression de l’opinion publique : en 2003 par exemple, les affiches de la marque Sloggi montrant des femmes en string avait suscité les critiques d’hommes et de femmes politiques de haut niveau. En 2002, le groupe avait du fermer sa succursale au Myanmar car la Campagne Vêtements propre avait reproché à l’entreprise d’avoir loué un terrain du régime militaire du pays.

Pour anticiper les éventuelles critiques concernant le coût écologique des produits en coton (critiques auxquelles devront faire face à plus ou moins court terme toutes les marques de mode, tous produits, tous secteurs confondus) et pour prouver son engagement croissant en faveur du développement durable, Triumph annonce aujourd’hui son association avec Texaid, l’un des principaux fournisseurs européens de solutions de collecte, de tri et de valorisation des textiles usagés, pour une opération de recyclage européenne.

Un taux de vêtements de seconde main qui se situe entre 50 et 65 pour cent

Prévue entre septembre et octobre 2019, l’initiative en question concernera près de 4 000 points de vente via tous les canaux de distribution et consistera à collecter les vêtements dont souhaitent se séparer les clients de Triumph. Afin de remercier les clients pour « leur démarche et leur implication », la marque leur offrira des bons d’achat/de réduction à faire valoir sur l’achat d’un nouvel article Triumph. Dans le cadre de ce partenariat, les vêtements collectés dans les magasins Triumph et partenaires seront triés afin d’être réutilisés ou recyclés.

A l’issu de ce tri, Texaid atteint un taux de vêtements de seconde main qui se situe entre 50 et 65 pour cent. 30 autres pour cent en moyenne partent au recyclage, et les 5 à 15 cent restants font l’objet d’une valorisation thermique. À partir de cet automne, les pièces collectées par Triumph seront ainsi triées puis expédiées dans différents pays s’il est établi qu’elles peuvent être réutilisées. Dans le cas contraire, elles seront recyclées : les matières absorbantes comme le coton sont généralement transformées en chiffons, tandis que les autres textiles sont réduits à l’état de fibres pour la fabrication d’isolants.

“Triumph est une entreprise familiale mettant un point d’honneur à privilégier la qualité, indique le communiqué de presse. C’est pourquoi nous considérons cette opération comme le point de départ d’un engagement croissant en faveur du développement durable, car nous sommes convaincus qu’une consommation intelligente est essentielle pour préserver la planète et ses habitants. Texaid partage nos valeurs et s’engage elle aussi pour l’écologie, ce qui en fait le partenaire idéal de cette initiative.”

Crédit photo : Triumph Facebook

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS