La start-up néerlandaise compte déjà 3 millions d’utilisateurs en Europe, entre la Hollande, la Belgique et l’Allemagne. Elle enregistre 90 000 transactions en moyenne par mois, et dispose plus de 1, 2 millions produits disponibles à la vente. Depuis 2017, sa croissance a augmenté de 300 pour cent. Enfin voici six mois, elle a mis le cap sur le marché français. Avec succès puisqu’elle a déjà séduit près d’un million d’utilisateurs français.

Cette plateforme communautaire de vente combine mode tendance à petit prix et consommation responsable pour donner une seconde vie aux vêtements et accessoires. L’application United Wardrobe, disponible sur iOS et Android, propose un dressing complet pour homme et femme, des jeans, aux chaussures et sacs en passant par les robes et jupes, la maille, les manteaux, les bijoux et autres accessoires de mode. Les produits designers et vintage y tiennent une belle place.

Une plateforme communautaire qui prolonge le cycle de vie de la mode à petits prix

Elle cible avant tout les 16-25 ans, et compte bien exercer ses charmes sur les trentenaires et plus. Car l’ambition d’United Wardrobe est de changer les comportements d’achat dès le plus jeune âge. En s’adressant à une cible « teenagers », la plateforme espère que l’habitude de consommation des produits de seconde main rentre dans les mœurs et le quotidien dès le plus jeune âge. Son modèle ? L’économie de partage et la slow-fashion, pour apporter une solution pérenne de consommation de mode éco-responsable. « Nous sommes pour un cercle vertueux du cycle de vie de produit : déniche, achète et vend les vêtements d’occasion préférés. Il est alors simple de vendre et revendre ses achats encore et encore sur United Wardrobe. Ainsi, un produit n’a plus une seule vie mais peut en avoir 2, 3 voire plus », indique Thijs Slijkhuis, le directeur technologique de la market place.

United Wardrobe est le fruit de l’aventure entrepreneuriale menée depuis 2014 par trois jeunes étudiants néerlandais, Sjuul Berden, Thijs Slijkhuis et Thijs Verheul, confrontés à une réalité simple : l’absence dans leur pays de plateforme de vente dédiée aux vêtements et accessoires d’occasion à petit prix. « J’observais mes sœurs passer des heures et des heures sur des sites de revente généraliste pour vendre ou troquer leurs vêtements et accessoires, qui s’affichaient au milieu d’aspirateurs et de meubles. Au Pays-Bas, les jeunes adoptent très tôt le réflexe de vendre avant d’envisager un achat, tout simplement pour avoir une liquidité, faire de la place dans leur garde-robe et donner une seconde vie aux affaires. Alors c’est tout naturellement qu’on s’est lancé dans l’aventure d’United Wardrobe », affirme Sjuul Berden, le directeur général.

Donner aux jeunes français le réflexe de l’achat de seconde main

Par ailleurs, l’objectif de la démarche est de permettre à l’ensemble des utilisateurs d’United Wardrobe de se connecter entre eux en fonction de leurs affinités, grâce un feed personnalisable. Ainsi un produit peut potentiellement satisfaire 2 voire 3 utilisateurs sur l’ensemble de sa durée de vie. Le fonctionnement reste très simple : des transactions directes entre les utilisateurs, l’acheteur prenant en charge les frais de livraison et le vendeur reversant 10 pour cent de commission à United Wardrobe. Des challenges sur l’application sur l’application sont régulièrement organisé, via des « incentives » auprès des meilleurs vendeurs.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS