Viji : la start-up sentinelle de la transparence

Voici un an que la plateforme Viji se déploie sur un sujet devenu hautement sensible dans la mode, celui de la traçabilité. Deux experts de la supply chain et de la logistique, Josselin Vogel et Anne-Laurence Villemonteil (anciens de Beaumanoir), se sont lancés pour proposer des solutions flexibles et adaptées aux entreprises de mode en quête d’une meilleure traçabilité de leurs produits. Partant d’un constat simple : cette exigence de transparence, aujourd’hui incontournable dans l’agro-alimentaire, va monter en puissance dans le textile. Or la filière est en retard dans ce domaine : environ la moitié des consommateurs déplorent un manque d’information sur le vêtement, un frein à l’achat.

Viji a donc été conçu « pour que chaque client, une petite marque comme un groupe, puisse se concentrer sur sa valeur ajoutée en accroissant sa crédibilité. Nous sommes un facteur de valorisation des marques, en nous plaçant en tiers neutre et objectif », souligne Josselin Vogel.

Pour ce faire, la start-up met à disposition des fournisseurs de ses clients une interface, proposant différents éléments à rentrer pour embrasser l’ensemble des paramètres de la démarche RSE de l’entreprise (que ce soit un audit récent, un test qualité, etc). Il faut apporter un élément de preuve à l’appui, soit une photo ou une vidéo. « Les fournisseurs jouent le jeu, souligne Josselin Vogel, car ils y ont tout intérêt : cette plateforme est une vitrine pour eux, elle valorise leurs actions menées. Ainsi, nous accompagnons les marques dans leur volonté, et leur capacité à améliorer leur traçabilité. Nous leur délivrons une information fiable sur les conditions de production de leurs produits. C’est une démarche gagnante -gagnante, pour l’amont comme pour l’aval, les enseignes ». L’objectif à moyen terme, est d’aller plus loin en remontant les chaînes d’approvisionnement depuis l’origine des matières premières.

A partir de ces éléments collectés auprès de ses sous-traitants la marque peut commencer à construire une véritable politique de Rse, en arbitrant, selon ses critères éthiques prioritaires. Un cercle vertueux peut alors s’amorcer.

Cercle vertueux

Enfin, la marque peut restituer au consommateur final tout ou partie des informations collectées. Comment ? Grâce à une application sur smartphone, destinée à l’achat en magasin physique. Le consommateur flashe le code barre du vêtement et obtient un résumé compréhensible des paramètres Rse mis en œuvre pendant sa production.

En complément, pour l’achat digital, la start-up propose aux marques un accompagnement du consommateur sur leurs propres e-store au moyen d’un bouton « Viji » délivrant les mêmes informations.

Rapprocher les marques des consommateurs

Les données sont sécurisées via la signature électronique, et bientôt, grâce à la blockchain, qui reste une perspective de développement de la jeune entreprise. L’intérêt du process est aussi de favoriser un écosystème au sein de la filière : il permet fédérer l’ensemble des acteurs du secteur textile-habillement en renforçant la traçabilité et la fiabilité des informations répertoriées sur la chaine d’approvisionnement d’un vêtement donné. Les données transmises sont avec celles de l’ensemble des acteurs : fournisseurs, marques, bureaux d'études, organismes certificateurs, labels, organismes publics, ONG, associations : plus les acteurs sont nombreux dans le système, plus les données seront fiables.

Le positionnement de Viji se veut pour le moment encore unique : à la fois B to B et B to C. L’ambition de ses fondateurs étant de travailler en partenariat avec des acteurs du contrôle qualité, des bureaux de certification, afin de créer un écosystème vertueux dans la filière.

Viji : la start-up sentinelle de la transparence

crédit : Viji

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS