(publicité)
(publicité)
Vivarte cède Naf Naf à un groupe chinois

Patrick Puy est connu pour être un « manager de transition » : sa spécialité consiste à accompagner les groupes en difficulté. Le moins que l’on puisse dire est que le polytechnicien, actuellement aux manettes de Vivarte, ne dément pas cette réputation d’expert en liquidation et de bradeur tout terrain.

Le groupe francais Vivarte (André, La Halle aux chaussures, Kookai, Caroll, San Marina, Chevignon, Naf Naf) traverse une crise majeure qui perdure depuis le début de cette décennie. Pour effacer deux milliards d’euros de dette, quatre fonds d’investissement - Oaktree, Alcentra, Babson et Goldentree – sont entrés en jeu ces dernières années. Leurs conditions furent terribles mais conformes à leur vocation: vendre “à la découpe” l’ensemble des marques du groupe.

Les fonds d’investissement considèrent qu’une marque a vocation à rester dans le giron du groupe pour une durée comprise entre cinq et sept ans. Vivarte s’était donc engagé dans un vaste plan de cessions et de restructurations. Seules Les Halles, Caroll, et Minelli sont épargnées. Tout le reste : Pataugas, Chevignon, Kookaï, André, l’enseigne de chaussures Besson ainsi que la filiale espagnole Merkal sont à céder. L’entité Naf Naf, rachetée par Vivarte en 2007 au fond d’investissement PAI Partners, était à vendre depuis mars dernier. La semaine dernière, lors de la publication des résultats annuels de Vivarte, Patrick Puy, avait annoncé qu'il donnerait cette semaine aux partenaires sociaux les noms des repreneurs des marques André et Naf Naf. On connaissait déjà le nom du repreneur d’André : il s’agit de Spartoo, le site français de vente en ligne. On connaît également depuis aujourd’hui le nom du repreneur de Naf Naf.

« Faire tourner le portefeuille »

Ce mercredi 10 janvier, les sources syndicales ont indiqué que la marque de prêt à porter Naf Naf qui emploie actuellement 920 personnes, serait prochainement rachetée par le groupe chinois La Chapelle Fashion Co qui détient de nombreuses marques de mode féminine grand public. « L’achat devrait être réalisé au début du deuxième trimestre, donc fin mars début avril », ont dit à l’AFP les représentants du personnel.

Ces deux cessions majeures – Naf Naf et André - devraient satisfaire les fonds d’investissement. La tache de Patrick Buy est cependant loin d’être achevée. Vivarte s’est félicité lors de la publication de ses résultats annuels d’avoir enregistré un Ebitda (excédent brut d’exploitation) de 84 millions d’euros, « en progression pour la première fois depuis six ans », après avoir dégagé 54 millions d’euros sur l’exercice précédent. Le PDG vise un Ebitda entre 120 et 140 millions pour 2019. Néanmoins, le groupe affiche toujours des pertes : 305 millions en 2017 (ces pertes étaient de 672 millions en 2016). De plus, le chiffre d’affaires à largement reculé en 2017 : une baisse de 22 pour cent, à 1,8 milliard d’euros. Pas de quoi effrayer le PDG qui a bien compris que son rôle n’était pas d’augmenter le CA, mais de « faire tourner le portefeuille » des marques du groupe pour récupérer rapidement du cash.

Crédit photo : Naf Naf Facebook