• Home
  • Actualite
  • Business
  • Voici comment Esmod a rhabillé Barbie et Ken

Business

Voici comment Esmod a rhabillé Barbie et Ken

By Herve Dewintre

19 avr. 2021

Commercialisée depuis 1959, Barbie a beaucoup évolué au fil des décennies. Le type ethnique de cette célèbre poupée de 29 cm, initialement blonde aux cheveux longs et aux traits européens, s’est diversifié dès 1967 et plus systématiquement à partir de 1980. Si bien qu’il existe une Barbie pour à peu près tous les groupes éthiques du monde. Pour exprimer cette évolution des codes qui passe dorénavant par un soutien auprès de la jeune création, la société américaine Mattel a souhaité enrichir la garde-robe de son jouet vedette le temps d’une collaboration avec Esmod, première école de mode française dédiée au Fashion Design et au Fashion Business.

En novembre dernier, plus de 80 élèves issus de 4 écoles Esmod basées à Paris, Roubaix, Lyon et Rennes ont donc été invités à réinterpréter Barbie et son comparse Ken en imaginant de nouvelles tenues sur-mesure. Les étudiants sont tous issus de spécialisations différentes : Prêt-à-porter, Nouvelle Couture, Mode Homme, Accessoires et Enfant.

Les jeunes designers ont été encouragés à puiser dans leurs inspirations et aspirations personnels afin de donner vie à un vestiaire « contemporain et audacieux ». 20 créations présélectionnées ont été soumises à un jury composé d’experts de la mode afin de désigner trois lauréats. Kim Culmone, Senior Vice-Président design Mattel avait quant à elle la charge d’élire son coup de cœur.

« Les codes esthétiques de Barbie sont plus inclusifs aujourd’hui »

Le palmarès a fait la part belle à une mode hybride. Le coup de cœur Barbie Style de Kim Culmone a ainsi été attribué à Fanny Bonnet qui a imaginé une déesse guerrière. « La tenue créée vient de la collection que je suis en train de réaliser cette année pour valider mon diplôme de styliste modéliste, explique l’étudiante. Cette collection met en lumière une femme maitresse de son corps et prête à conquérir ses rêves. » Eloise Berche, Camille Despinasse et Agathe Garnier, toutes trois élues grandes gagnantes du jury ont mises respectivement en avant une Barbie garçonne, insouciante et romantique. Les étudiantes sont unanimes : Barbie, qui a souvent été le jouet de leur enfance, représente la femme d’aujourd’hui. « Elle accompagne toutes les petites filles vers les femmes qu’elles vont devenir » résume Agathe Garnier.

Un regard neuf et très personnel, bien éloigné des poncifs et des diktats en vigueur dans les années 60. Il s’agit pour Mattel de rappeler que la jolie poupée si souvent raillée pour sa vision caricaturale de la femme peut désormais porter les valeurs de la cause féministe tout en luttant contre les stéréotypes et les préjugés. Cet axe narratif a particulièrement intéressé Véronique Beaumont, directrice générale Esmod qui déclare dans un communiqué : « Notre groupe et ses écoles ont traversé beaucoup de courants sociologiques tout comme Barbie, touchant de nouvelles générations successives. Nos étudiants, qu’ils soient filles ou garçon, ont été motivés par ce que représente Barbie - avec ses codes esthétiques qui ont évolué sur plus d’inclusivité - et par la possibilité de créer pour elle une garde-robe correspond à des courants de mode et des engagements actuels en lien avec leur future collection personnelle de fin d’études. » Reflets de courants de mode, Barbie et Ken sont aussi les témoins ultimes des évolutions sociologiques qui traversent chaque nouvelle génération.

Crédit photo : Barbie X Esmod