Une entreprise de textile, Valrupt Industries à Rupt-sur-Moselle (Vosges), a déposé son bilan et a été placée en redressement judiciaire, ce qui menace ses 130 emplois, a-t-on appris mercredi auprès de la direction.

La PME, un des derniers piliers du textile vosgien, s'estime victime de la pression à la baisse des prix de la grande distribution, qui font s'effondrer ses marges, selon elle. "Nos marges sont passées en quelques années de 28-29 pour cent à 15-20 pour cent" en raison de la "politique des centrales d'achats", a expliqué à l'AFP Patrick Salagnac, directeur de l'usine. "A un moment, il faut dire stop, on ne peut plus continuer ainsi à financer les hypers", a-t-il dit. Dans le même temps, les carnets de commandes sont "très bien" remplis, a-t-il relevé.

Filiale du groupe Valmont, Valrupt Industries a été placée en redressement judiciaire le 8 mars pour une durée de six mois par le tribunal de commerce de Paris, lieu de son siège social et de celui de sa maison-mère, a indiqué M. Salagnac.

La période d'observation de six mois doit permettre de "trouver un repreneur", a complété le directeur. L'usine de Rupt-sur-Moselle, dont l'origine remonte au XIXe siècle, emploie 130 salariés pour la fabrication des protections de literie en coton, essentiellement des protège-matelas.

La manufacture rassemble les activités de filature, tissage, confection et traitement anti-acariens. (AFP)