(publicité)
(publicité)
Vote écrasant des actionnaires d'Essilor pour la fusion avec Luxottica

Les actionnaires du leader mondial des verres ophtalmiques Essilor ont approuvé jeudi à une écrasante majorité le projet de fusion avec l'italien Luxottica, numéro un mondial des montures de lunettes, en vue de créer le géant mondial intégré de l'optique.

Les actionnaires du groupe, réunis en assemblée générale ordinaire à Paris, ont approuvé une dizaine de résolutions portant sur ce projet avec des scores fleuve, compris entre 95 pour cent et 99 pour cent. Leur feu vert était décisif pour valider cette union annoncée en janvier par les deux groupes, et devant être finalisée d'ici la fin de l'année, selon le calendrier actuel.

Le nouvel ensemble, baptisé EssilorLuxottica, pèsera environ 16 milliards d'euros de chiffre d'affaires annuel, pour une capitalisation boursière supérieure à 50 milliards d'euros. Le PDG d'Essilor, Hubert Sagnières, a salué un "moment historique" pour le groupe. "On est en train de reproduire, puissance dix mille, la fusion entre les sociétés Essel et Silor", qui avait donné naissance au groupe Essilor en 1972, a-t-il estimé lors de l'assemblée générale.

Essilor et Luxottica sont "deux sociétés très performantes, qui ont chacune leur histoire, leurs racines. Deux sociétés qui auraient pu continuer leur chemin en parallèle, mais les verres et les montures c'est fait pour aller ensemble", a déclaré M. Sagnières sous les yeux du fondateur et patron de Luxottica, Leonardo Del Vecchio, qui a assisté à l'assemblée générale depuis le premier rang mais sans prendre la parole.

Luxottica conçoit, fabrique et distribue les lunettes sous licence d'une vingtaine de marques de mode, comme Chanel, Prada, Dolce and Gabbana ou encore Ralph Lauren. Le groupe est aussi propriétaire de marques comme Ray-Ban, Persol et Oakley.

D'autres étapes restent cependant à franchir pour concrétiser ce mariage, en particulier l'autorisation des autorités de la concurrence concernées. Obtenir ces autorisations "prendra beaucoup d'énergie, beaucoup de travail et beaucoup de temps, mais nous n'avons pas d'inquiétude particulière", a assuré Laurent Vacherot, le directeur général délégué d'Essilor. Sous réserve de ces approbations, le holding Delfin, propriété de M. Del Vecchio et de sa famille, doit apporter l'intégralité de ses actions Luxottica, soit 62,55 pour cent du capital du groupe italien, en échange d'actions nouvelles émises par Essilor.

Au terme de cette transaction, Delfin disposera de 38 pour cent du capital et des droits de vote d'EssilorLuxottica, une part qui doit descendre ensuite à 31 pour cent environ après une offre d'échange d'Essilor sur les actions restantes de Luxottica. (AFP)

Photo: Facebook/Ray-Ban