• Home
  • Actualite
  • Business
  • Zannier: les syndicats du groupe de mode exigent un plan social "digne"

Zannier: les syndicats du groupe de mode exigent un plan social "digne"

By AFP

25 févr. 2015

Business

Les syndicats du groupe de mode pour enfants Zannier (Catimini, Chipie) réclament un plan social "digne", alors que les négociations sur une restructuration concernant plus de 200 salariés devaient en principe toucher à leur fin mercredi . Selon une représentante du personnel, l'intersyndicale (CFDT, majoritaire, CFTC et CGT) menace de ne pas signer d'accord sur les mesures d'accompagnement, à la veille d'un Comité d'entreprise à Paris devant clôturer la procédure d'information-consultation. Les organisations réclament une réduction du nombre de licenciements prévus et jugent "insuffisantes" les mesures proposées pour envisager un accord, selon Délia Ruiz (CFDT). En cas d'accord majoritaire, le feu vert nécessaire de l'administration est soumis à un contrôle moins strict.

Une indemnisation jugée insuffisante

Annoncé en novembre, le Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévoit 173 suppressions de postes et 59 propositions de modifications de contrat, selon la déléguée. "La direction doit concrétiser ses discours humanistes. Elle propose une indemnité supra légale au ras des paquerettes de 500 euros par année d'ancienneté. Les personnes qui ont travaillé pendant des dizaines d'années doivent partir un peu plus dignement", estime Mme Ruiz, selon laquelle l'ancienneté moyenne des salariés est de 15 ans. Le groupe Zannier, "ce n'est pas l'épicier du coin, c'est 3.500 personnes dans le monde", ajoute-t-elle. Pour les plus âgés, l'intersyndicale demande à l'entreprise de financer un départ anticipé à la retraite de deux ans, au lieu des 5 mois proposés, selon Mme Ruiz. Des salariés se sont mobilisés lundi sur les sites les plus impactés: Carcassonne (Aude), Troyes (Aube), Saint-Macaire en Mauges (Maine-et-Loire) et Saint-Maur des Fossés (Val-de-Marne), ainsi qu'au siège à Saint-Chamont (Loire).

Selon la représentante, "la cession en 2014 d'IKKS a rapporté 500 millions d'euros au groupe Zannier mais nous a mis dans la panade car IKKS représentait 40 pour cent du chiffre d'affaires". Contactée par l'AFP, la direction du groupe Zannier ne pouvait être jointe dans l'immédiat.(AFP)

Zannier