• Home
  • Actualite
  • Historique
  • De la fibre au vêtement

De la fibre au vêtement

By Esmee Blaazer

loading...

Historique

Crédit photo : ByBorre, société d'innovation textile basée à Amsterdam.

Dans cet article, FashionUnited revient sur toutes les étapes derrière la conception de vos vêtements, des tissus aux fils en passant par les matières premières et leur traitement.

Cliquez sur les flèches dans le texte pour obtenir plus d'informations.

Sommaire

  1. Les tissus et leurs traitements
  2. Les fils
  3. Les fibres

1. Les tissus et leurs traitements

1.1. La fabrication des tissus

Les tissus sont fabriqués de différentes manières. Il existe des tissus tissés, des tricots et ce que l’on appelle des « non-tissés ».

Le tissage consiste à superposer les fils les uns sur les autres. On distingue plusieurs types d’armures, c’est-à-dire de façons dont les fils de chaîne et de trame s’entrecroisent. L’armure toile (ou taffetas) est la plus simple à obtenir car les fils se croisent toujours, l’un allant vers le haut et l’autre vers le bas. Elle est généralement utilisée pour les chemises, vestes et pantalons. Vos jeans sont presque toujours tissés en armure sergé, que l’on obtient en faisant se croiser au moins une fois vers le haut, deux fois vers le bas ou inversement les fils de chaîne et de trame. On reconnaît le sergé aux lignes obliques qui traversent le tissu.

Le texte continue sous les photos.

On peut ici voir des vêtements tissés. À gauche : un trench-coat tissé gris de la marque Rokh, collection automne 2023. À droite : une veste tissée et un pantalon assorti de la marque Late for Work, collection automne 2023. Images : Launchmetrics Spotlight.
Exemple de tissu. Image : Engin Akyurt / Pexels.
Gros plan sur un tissu. Image : Pexels / Pixabay.

Le tricot est souvent réalisé à l’aide d’un long fil que l’on enroule afin de créer des boucles qui doivent être reliées entre elles. Ces boucles sont extensibles. Comme pour le tissage, il existe de nombreuses façons de tricoter. Quels sont les types de vêtements tricotés ? Les pulls et les cardigans sont des tricots bien connus mais de nombreux tee-shirts, sous-vêtements (à partir de jersey), chaussettes et collants le sont également. Vous pourrez identifier un tissu tricoté grâce aux mailles qui créent des V sur le devant du vêtement.

Le texte continue sous les photos

On peut ici voir des pulls tricotés de la collection de prêt-à-porter automne-hiver 2023 de Victoria Beckham. Images : Launchmetrics Spotlight.
Sur cette image, on peut voir des rangées de V à l'avant du tissu tricoté. Image : Collection AH23 de la marque Sa Su Phi / Launchmetrics Spotlight.
On peut voir des tricots plus épais et plus fins. Image : Madison Inouye / Pexels.

On parle de « non-tissé » pour désigner un tissu qui n’est pas fait de fils mais de fibres. Le feutre est un exemple de tissu non-tissé, réalisé à partir de fibres lâches qui sont fermement assemblées sous l’effet de la chaleur et de la pression. Un « non-tissé » peut également être fabriqué à partir de fibres libres et de colle que l’on chauffe afin de la faire fondre.

La technique de fabrication d’un tissu influence également les propriétés et le rendu final du vêtement. « Pour rendre un vêtement plus élastique, vous n'avez pas nécessairement besoin d'élasthanne (la fibre textile qui donne de l'élasticité à un vêtement, ndlr). On peut aussi le transformer en tricot car chaque boucle laisse de la place au mouvement », explique Monique Wertheym, professionnelle de la mode, à FashionUnited.

Monique Wertheym possède plus de 30 ans d’expérience dans l’industrie de l’habillement. Elle est chargée de cours à la TMO Fashion Business School, où elle enseigne les matières « produits et production de la mode » et « communication commerciale internationale ». Detex Training, entreprise de formations professionnelles dédiées à la mode et au commerce de détail, l’a nommé spécialiste de la connaissance des produits textiles.

« On peut ainsi donner de l'élasticité à des matières premières plus rigides, comme le lin. » L'inverse est également vrai. « Prenons la viscose, une matière première très souple. Si je fabrique un tissu à partir de viscose, il sera moins souple que le lin tricoté. Et pour cause, un tissu tissé est toujours plus serré qu’un tricot. »

1.2 La transformation

L'ennoblissement correspond à l’ensemble des procédés qui permettent d’améliorer les propriétés ou d’embellir l’aspect d’un vêtement. Plusieurs opérations d’ennoblissement peuvent être réalisées sur un produit. Leur choix dépend de la matière première du vêtement et de l’utilisation que l’on souhaite en faire.

Monique Wertheym souligne que les tissus ne sont pas les seuls à être traités. En effet, les traitements peuvent être effectués à différents stades de la production, « au niveau de la fibre, du fil, du tissu ou du vêtement », précise l’experte.

La teinture est l’un des traitements les plus courants

Les vêtements sont presque toujours colorés. La coloration peut se faire par teinture ou par impression. « Dans 95 pour cent des cas, ils sont peints », estime Wertheym lorsque nous lui posons la question.

et peut par conséquent être réalisée à différents niveaux de la production. L’experte révèle toutefois que la production se déroule souvent de la même manière : les tissus sont prétraités, puis teints et enfin post-traités.

Prétraitements et post-traitements

« Il existe de nombreux prétraitements qui permettent à la couleur d'être mieux absorbée par les tissus », explique l’experte. « Les marques de fast fashion omettent souvent les prétraitements. C’est pourquoi, un tee-shirt bon marché ne reste souvent noir que peu de temps. Si le prétraitement n’est pas appliqué, le tissu est dans l’incapacité d’absorber correctement les colorants. »

« Les post-traitements sont également souvent omis par les marques bon marché », poursuit-elle. « Le rinçage est un exemple de post-traitement. Il permet d'éliminer le surplus de pigments afin qu'ils ne se retrouvent pas dans le tambour de la machine à laver du consommateur. » Un deuxième exemple est le pré-rétrécissement du tissu qui permet au vêtement de moins rétrécir lorsqu'il est lavé après l'achat.

Les prétraitements et post-traitements, aussi appelés finitions, sont à l'origine des différences de prix des vêtements. « C'est l’une des raisons pour lesquelles un tee-shirt coûte 9 euros, un autre 19 euros et le troisième 29 euros », déclare Wertheym : « Et je ne parle pas de branding (payer pour un nom de marque, ndlr), mais simplement des traitements préalables et postérieurs qui ont été effectués. »

Selon le nombre de traitements réalisés, le prix et la qualité du vêtement varient. Un article qui a subi plusieurs traitements aura « une meilleure couleur et une meilleure coupe », affirme Wertheym qui s’interroge également sur le facteur prix. « Le tee-shirt noir pas cher acheté dans une enseigne peu chère devra probablement être remplacé au bout de trois mois parce qu’il aura rétréci et ne sera plus aussi noir. À l’inverse, celui d’une marque de mode un peu plus onéreuse durera certainement trois ans. »

2. Les fils

Les tissus des vêtements sont constitués de fils.

Dans l’industrie textile, les fils sont numérotés en fonction de leur épaisseur. Si vous tissez ou tricotez avec un fil fin, vous obtenez un produit fin. À l’inverse, lorsque vous le faites avec un fil épais, le vêtement sera plus épais.

On tisse ou tricote généralement avec un seul fil. Toutefois, il est possible de le faire avec plusieurs fils. « En tordant les fils les uns autour des autres, on obtient un fil et donc un tissu plus épais », explique Wertheym.

Le rendu final de la pièce dépend donc du fil utilisé.

Le texte continue sous ma photo.

Image illustrant des fils. Photo : Cottonbro via Pexels.

2.1 Comment sont fabriqués les fils ?

Il existe deux types de fils réalisés à partir de fibres ou de filaments.

Le fil à partir de fibres

La majorité des fils sont constitués de fibres que l’on vient tordre entre elles. On parle alors de filage.

« Les fibres peuvent être grossières - on parle alors de fil cardé - ou lisses - on parle alors de fil peigné », souligne Wertheym. Le fil peigné est plus fin et doux que le fil cardé.

Qu’est-ce qu’un filament ?

Les fibres artificielles sont toutes fabriquées à l’aide d’un procédé synthétique (voir partie 3) qui consiste à presser un liquide visqueux à travers de minuscules trous et laisser celui-ci se solidifier. Le « fil » qui en résulte est appelé filament. Il est lisse et, contrairement au fil fait de fibres, aucune extrémité ne dépasse. Les filaments peuvent être utilisés comme fils dans un tissu. Il est aussi possible de les couper en plus petits morceaux. On obtient alors des fibres qui peuvent être mélangées à d’autres matériaux.

La plupart des vêtements ne sont pas fabriqués à partir d'une seule matière première, mais de plusieurs. Pour les identifier, il suffit de regarder l’étiquette. Un mélange, aussi appelé blend, est le terme qui désigne un fil composé de fibres provenant de différentes matières.

(Il existe également un filament naturel : la soie).

Traitements

Des traitements sont réalisés sur certains fils comme l’application de couleurs sur les fibres par exemple. Il existe également des fils qui sont volontairement rendus irréguliers ou pelucheux.

Wertheym : « Si vous souhaitez rendre plus doux un pull fabriqué à partir d'acrylique, vous devez ajouter de la texture. Pour cela, vous devez réaliser des traitements au niveau du fil. »

3. Les fibres

Qu'est-ce qu'une fibre ?

Lorsque vous détruisez un fil, vous obtenez de petites particules : ce sont des fibres. Le coton et la laine sont des exemples de fibres textiles.

3.1 Fibres naturelles et artificielles

Il existe des fibres naturelles et artificielles. Les premières sont présentes dans la nature, à l’inverse des secondes qui sont fabriquées en usine.

Le coton, par exemple, appartient aux fibres naturelles et le polyester aux fibres artificielles.

Au sein des fibres naturelles et artificielles, on distingue à nouveau différentes fibres. Nous y reviendrons dans les sections 3.2 et 3.3.

Le texte continue sous la photo

Coton (à gauche) et laine (à droite). Images : Pexel

3.2 Les fibres naturelles

Parmi les fibres naturelles, on distingue les fibres végétales et animales.

3.2.1 Les fibres végétales

Il s'agit de fibres provenant de plantes, comme leur nom l’indique. Les plantes sont principalement composées de cellulose.

Le coton Le coton, par exemple, est une fibre obtenue à partir du fruit du cotonnier. Ce sont ces petites boules blanches, aussi appelées capsules. Après la cueillette, elles sont nettoyées dans les usines afin de retirer les graines noires que l’on retrouve à l’intérieur, souligne Wertheym. Elles sont ensuite filées.
Il s’agit d’un exemple d’opération effectuée au niveau de la fibre.

Les fils de coton sont très résistants. Le coton a la propriété remarquable d'absorber rapidement une grande quantité d'humidité. « Le coton absorbe jusqu'à 60 pour cent d'eau dans les tissus et jusqu'à 90 pour cent dans les tricots », déclare Wertheym. « C'est une propriété de la matière première. Par conséquent, on ne peut pas la modifier. »

Le coton est agréable à porter car il est doux au toucher. Les vêtements en coton sont également faciles à entretenir : ils peuvent être lavés et repassés à chaud. Le coton est une matière première populaire pour les vêtements (vous verrez à quel point dans la section 3.4). Il est utilisé pour les pièces décontractées telles que les tee-shirts, jeans, pantalons et débardeurs.

Le lin provient de la plante de lin. « Il est plus difficile de cultiver le lin et de le transformer en fil car il s'agit d'une fibre libérienne très dure, qui doit être brisée. Dans le cas du coton, il s'agit d'une carapace douce que l'on peut saisir », explique Wertheym. « Le lin est donc une matière première plus chère que le coton mais aussi plus résistante. Les vêtements en lin durent plus longtemps. » Le lin est aussi une fibre grossière et présente un aspect irrégulier reconnaissable. Il absorbe rapidement l'humidité et se froisse vite. Il est principalement utilisé pour les vêtements d'été.

Le chanvre et le bambou sont d'autres fibres végétales.

3.2.2 Les fibres animales

La laine correspond au poil du mouton. Sa qualité dépend de la race du mouton, de la partie tondue et de la manière dont la toison a été obtenue. La laine est résistante en raison de l'ondulation naturelle du poil. Par conséquent, les vêtements en laine ne se froissent pratiquement pas. La laine isole de la chaleur et est naturellement anti-salissante. Vous êtes sûrement familiers avec la laine car elle est présente dans vos vêtements chauds d’hiver. Moins connues, peut-être, sont les laines fines utilisées pour des costumes par exemple.

Parmi les autres types de poils, on peut citer le cachemire qui provient de la chèvre cachemire, le mohair de la chèvre angora ou l'alpaga du lama domestique. Ces matières premières sont plus précieuses. Ces types de poils sont utilisés pour la confection de pulls et de cardigans chauds, de manteaux et de vestes de grande qualité.

La soie provient généralement du cocon de la chenille du mûrier. La matière première est relativement chère car sa production nécessite de nombreuses opérations : de l'élevage et du soin des chenilles au dévidage des cocons. La soie est un tissu plus luxueux qui est doux, lisse et tombe bien. La soie est utilisée, par exemple, pour les chemisiers, tenues de soirée, cravates, foulards et la lingerie.

Le texte continue sous les photos

Boss, vêtement en soie de la collection prêt-à-porter printemps-été 2023 (à gauche) et un costume en lin de la marque Emporio Armani, collection printemps- été 2023 (à droite). Images : Spotlight Launchmetrics.

3.3 Les fibres artificielles

Parmi les fibres artificielles, on distingue les fibres synthétiques et semi-artificielles.

3.3.1 Les fibres synthétiques

Les fibres synthétiques sont fabriquées artificiellement par des moyens chimiques. « Le polyester et le polyamide sont fabriqués à partir d'un polymère issu du pétrole », révèle Wertheym.

La plupart des fibres synthétiques tentent d’imiter les matières premières naturelles. Les fibres synthétiques sont généralement plus résistantes que les fibres naturelles. Par conséquent, elles durent plus longtemps. Les vêtements en fibres synthétiques ne se froissent pratiquement pas et ne rétrécissent pas. En outre, la plupart des fibres synthétiques sont moins chères.

Le polyester est relativement bon marché. Il possède un bel aspect lisse et brillant et il est facile à entretenir. Le polyester est utilisé pour presque tous les types de vêtements, très apprécié par les entreprises (voir section 3.4).

Le polyamide, également connu sous le nom de « nylon », est très solide, résistant et brillant. Il est notamment utilisé pour les maillots de bain et les collants.

Le polyacrylique - ou acrylique en abrégé - a des caractéristiques similaires à la laine. Il est doux, chaud et épais. Il est principalement utilisé pour les pulls, cardigans et chaussettes.

3.3.2 Les fibres semi-artificielles

Les fibres semi-artificielles(ou semi-synthétiques) sont fabriquées à l’aide d’un procédé synthétique mais sont créées à partir de cellulose, dérivée d'une matière végétale. « Il s'agit donc de fibres provenant d'une écorce, d'un bouleau ou d'une plante », souligne Wertheym. « À partir de la sève ou de la pulpe, un fil est fabriqué dans l'usine. »

Le matériau de base étant d’origine végétale, les propriétés sont similaires à celles des tissus végétaux naturels. Les propriétés de la viscose sont proches de celles du coton et du lin mais elle est moins résistante que ces derniers. La viscose, parce qu'elle est relativement bon marché et agréable à porter, est largement utilisée pour réaliser des vêtements plus fins tels que des hauts, chemisiers et robes. En Amérique, la viscose est appelée « rayonne ».

D'autres fibres semi-artificielles sont le modal et le lyocell.

Tableau des fibres naturelles et synthétiques. Remarque : cette liste de fibres n'est pas exhaustive. Source : TMO/Fashion consultant Detex. Visuel créé par FashionUnited.

3.4 Quelles sont les matières premières les plus utilisées dans l'industrie de la mode ?

« Plus de la moitié des matières premières utilisées par l'industrie de l'habillement sont du polyester/polyamide », assure Wertheym. «Vient ensuite le coton, qui représente environ 30 pour cent des fibres utilisées dans l'industrie. On retrouve enfin les matières premières naturelles artificielles, dont la viscose.

« Mais si l'on additionne le polyester/polyamide et le coton, on dépasse déjà les 80 pour cent », déclare Wertheym. « Les autres matières premières ne représentent que 15 à 20 pour cent. » Selon l'expert, la part de la laine est de 4 pour cent, celle du lin de 3 pour cent et celle de la soie de 1 pour cent.

Source : Monique Wertheym, professionnelle de la mode. TMO/Detex. Visuel créé par FashionUnited

Production mondiale de fibres et matières premières alternatives

La production mondiale de fibres est conséquente. En 2021, elle s'élevait à 113 millions de tonnes par an. En parallèle, la production et consommation de vêtements a également augmenté de façon significative ces dernières décennies.

Source : Textile Exchange dans son rapport « Preferred Fibre and Materials Market Report 2022. » La mission de Textile Exchange est de « promouvoir une action positive dans l'industrie de la mode, du textile et de l'habillement contre le changement climatique. » Chaque année, l'organisation à but non lucratif publie un rapport sur le marché mondial des fibres. Selon Textile Exchange, la production mondiale de fibres devrait atteindre 149 millions de tonnes d'ici 2030.

« Étant donné qu'une personne moyenne possède aujourd'hui cinq fois plus de vêtements qu'il y a 70 ans, les matières premières s'épuisent », note Wertheym. « Il y a par exemple de moins en moins de coton. C'est pourquoi on recherche des matières premières alternatives », ajoute-t-elle. Lesquelles sont de préférence plus durables pour pallier l’impact négatif de la production de fils sur l'environnement.

Qu'est-ce qui est plus durable ? La réutilisation de matériaux est une première piste. Aujourd’hui, force est de constater que cette pratique se fait à petite échelle.

Les fibres recyclées représentaient 8,9 pour cent de l'ensemble des matières premières utilisées dans la production textile en 2021. Il s'agit d'une légère augmentation par rapport à 2020, où cette part s'élevait à 8,4 pour cent. Cette augmentation est principalement due au « polyester à base de bouteilles », écrit l'organisation Textile Exchange dans son rapport « Preferred Fibre and Materials Market Report 2022 ». Qu'entend-on par là ? Le polyester recyclé est presque toujours fabriqué à partir de vieilles bouteilles en plastique (provenant de l'industrie des boissons gazeuses) et presque jamais à partir d’anciens vêtements recyclés. Les vieux vêtements sont rarement transformés en nouveaux vêtements, dans moins de 1 pour cent des cas en 2021, selon Textile Exchange.

Pour Wertheym, il est aussi important de se pencher davantage sur les matières premières très innovantes comme le mushkin, une alternative au cuir à partir de champignons. Elle ajoute toutefois que ces matières premières sont encore très peu utilisées. « Peut-être seulement dans 0,0001 pour cent des cas. »

Comment les marques de mode choisissent-elles les fibres textiles qu'elles utilisent pour leurs vêtements ?

« Cela dépend », explique Wertheym. « La plupart des marques de mode sont axées sur la conception. Le styliste choisit l’ambiance d'une collection. Le responsable de l'approvisionnement ou le développeur de produits dit ensuite : « Si vous voulez que la collection ressemble à ceci, j'ai besoin de ces matières premières. » Le rendu et les propriétés des vêtements dépendent en premier lieu de la matière première utilisée. « Un lin aura toujours l'air plus grossier qu'un coton. Un polyester sera toujours plus lisse et plus brillant qu'une viscose », illustre-t-elle.

« Si les entreprises de mode sont axées sur les achats ou les prix, c'est l'inverse qui se produit, révèle Wertheym. Les gens disent alors : "J'ai besoin de quelque chose de chaud pour l'hiver. » Une marque de vêtements bas de gamme opte alors pour l'acrylique et dans le segment de prix supérieur, elle privilégie le mohair ou le cachemire. »

Terminologie
  • Fibre : la plus petite partie de votre vêtement. Si l'on démonte complètement un fil, il reste une fibre.
  • Matière première : un coton ou un lin. Matière première et fibre sont souvent utilisées comme synonymes et c'est ce que nous faisons dans ce texte. Cependant, les termes matière première et fibre ne sont pas interchangeables. En effet, un filament (voir section 2.1) et un minéral tel que le verre sont également des matières premières. Et ce ne sont pas des fibres.
  • Fil : un fil est utilisé pour fabriquer un tissu.
  • Mélange: un fil composé de différentes fibres.
  • Tissu : l'étoffe d'un vêtement. Un tissu est tissé, un tricot ou un non-tissé..
  • Matériaux : les matériaux ne sont pas utilisés dans l'industrie comme synonyme de tissus. « Les matériaux peuvent être un tissu, mais aussi une fermeture éclair ou un bouton. »
  • Finition : un prétraitement ou un post-traitement.
Fils et tissus de Byborre, entreprise néerlandaise d'innovation textile. Image : ByBorre

Sources :

  • Interview Monique Wertheym, chargée de cours Fashion Products & Production & International Business Communication à la TMO Fashion Business School, et Senior Trainer à Detex Training, le 9 février 2023.

  • Detex Opleidingen, une agence de formation pour la mode et le commerce de détail. La société est spécialisée dans la connaissance des produits textiles.

  • TMO Fashion Business School et plus particulièrement le livre « Fashion Advisor » de Mirjam van den Bosch, Astrid Hanou et Hans van Otegem, éditeur Stichting Detex Opleidingen, 2003, deuxième édition.

  • Fashion Styling.co.uk « De la matière première au fil », 2019

  • Rapport de Textile Exchange « Preferred Fibre and Materials Market », octobre 2022

  • Numéro spécial du NRC sur l’industrie de la mode et plus particulièrement l’article « Shoes from mango leather and t-shirts from straw » par Juliët Boogaard et Joost Pijpker, 6 janvier 2023

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.nl. Il a été traduit et édité en français par Aéris Fontaine.

Coton
Fashion Education
Innovation
Laine