Ann Demeulemeester passe sous pavillon italien

Nouveau départ pour la griffe belge Ann Demeulemeester, créatrice emblématique de l’école d’Anvers dans les années quatre-vingt-dix et 2000. Elle vient d’être reprise par l’entrepreneur de mode italien Claudio Antonioli, propriétaire de boutiques de mode premium et co-fondateur de New Guards Group en 2015, aujourd’hui propriété de Farfetch.

La créatrice a quitté sa marque éponyme en 2013, se dit satisfaite de l’accord conclu : « Monsieur Antonioli a été un compagnon de route depuis les débuts de la marque. Je suis ravie et accorde tout mon soutien à ce nouveau départ. La maison va se doter d’une énergie nouvelle et j’envisage sereinement l’avenir », a-t-elle déclaré dans un bref communiqué. Le site de la maison se contente d’avancer sur fond noir un laconique « 2021, new beginnings ».

Un nouveau départ ?

Il faut dire que cette transaction, dont le montant n’a pas été communiqué, pourrait apporter une bouffée d’oxygène, voir un nouveau souffle, à la société en difficulté financière depuis plusieurs années. Dans le détail, Claudio Antonioli reprend les droits de la marque, ses archives, son siège social et ses flagships d’Anvers et de Paris. Un projet mené avec Anne Chapelle, femme d’affaires iconique de la mode belge, considérée comme une redresseuse de marque de mode (Poiret, Aider Hackermann). Celle-ci était entrée comme dirigeante de la griffe en 1994., conserve une part minoritaire du capital après l’opération qui se veut « à long terme », avec pour objectif de pérenniser le label belge.

Selon l’acquéreur, la présentation de la prochaine collection devrait avoir lieu en mars prochain, lors de la Fashion Week parisienne. Reste au label à trouver son directeur artistique « providentiel », après Sébastien Meunier, parti en juillet dernier.

Crédit: Anne Demeulemeester

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS