De la haute couture aux baskets sur mesure : l'impression 3D va-t-elle perturber l'industrie de la mode ?

Ces dernières années, des entreprises et des créateurs de mode, d'Adidas à Iris van Herpen, ont commencé à se tourner vers l'impression 3D, tandis que le designer Zac Posen a impressionné le monde avec ses tenues mystiques en 3D présentées au Met Gala, début mai. Bien que la technologie offre des possibilités apparemment illimitées aux créateurs, il reste encore des obstacles à son adoption dans l'industrie de la mode en général.

Les roues dentées bleu ciel et les structures noires organiques se lient les unes aux autres pour former des robes multicouches qui protègent comme une armure ceux qui les portent. Les créations uniques et surnaturelles de Maartje Dijkstra sont difficiles à décrire en quelques mots seulement - la créatrice de mode néerlandaise utilise l'impression 3D pour créer des pièces surréalistes qui seraient autrement impossibles à réaliser.

« Je peux fabriquer de petits éléments et les répéter pour créer un tissu qu'on ne peut pas acheter en magasin», explique Maartje Dijkstra après avoir montré ses créations au défilé de mode Lexus 3D à Düsseldorf, en Allemagne, en juillet. «Ça m'aide à être plus progressiste et à montrer aux gens ce qu'on peut faire avec la technologie.»

Survolez les images pour en savoir plus sur le fonctionnement de Dijkstra.

Photo : Création de Maartje Dijkstra & Bjoern Lebenstedt | Platform Fashion

Maartje Dijkstra a utilisé un stylo d'impression 3D, d'une valeur de quelques centaines d'euros, ainsi que des matériaux qui lui ont coûté environ 1000 euros pour créer les éléments qu'elle a ensuite cousus ensemble pour créer sa robe noire aux détails complexes et saisissants. Un filament de plastique est fondu et pressé à travers le stylo avec lequel elle dessine les différents composants de la robe - un processus qu'elle appelle impression 3D manuelle. Cette technologie existe depuis des décennies et, traditionnellement, les machines suivent des étapes programmées pour relier les matériaux couche par couche à un objet tridimensionnel.

Les implications futures de la technologie 3D dans l'industrie de la mode ont été étudiées à travers des expositions comme « Manus x Machina» au Metropolitan Museum of Art. En 2016, une exposition au musée de New York a exploré les différences entre les vêtements faits à la main et ceux faits à la machine, et a présenté des pièces qui ont connu un grand succès tel que le costume Chanel imprimé en 3D de Karl Lagerfeld. Au fur et à mesure que les gens se sont familiarisés avec le concept de l'impression 3D et ont expérimenté des imprimantes 3D à la maison, l'idée de fabriquer des vêtements faits maison est devenue de plus en plus concevable.

Bien que le buzz entourant l'impression 3D se soit quelque peu estompé depuis lors, le fait de pouvoir imprimer ses propres vêtements à la maison reste une idée fascinante. La technologie signifierait qu'un consommateur pourrait recevoir des instructions sur l'installation d'une machine, ainsi qu'un fichier d'impression, explique Marcel Mentzel, étudiant en design intérieur à l'école de mode allemande AMD Akademie Mode & Design. «Ce serait une toute nouvelle expérience client si vous pouviez simplement télécharger vos vêtements sur Internet », a déclaré Mentzel, qui a participé au défilé de mode 3D à Dusseldorf l'été dernier. «Ça rendrait la mode infiniment ajustable si vous n'achetiez plus un produit physique mais un dossier que vous pouvez modifier vous-même». Il a écrit les dossiers pour les pièces imprimées en 3D de la collection de fin d'études de l'étudiant en design de mode Lucas Viering, qui a été présentée à Düsseldorf.

Photo: courtoisie de Zac Posen x GE Additive x Protolabs - Met Gala catwalk par Getty | Survolez l'image pour en savoir plus sur la robe Rose

Explorer les possibilités créatives

Maartje Dijkstra, qui a passé près de 1000 heures à créer une robe noire, représente une extrémité du spectre du vêtement, à savoir la haute couture, où les designers expérimentent l'impression 3D pour explorer les limites de l'expression visuelle. Cette technologie est bien adaptée à la réalisation de structures complexes, comme en témoigne la robe rose rouge foncé et le bustier fluide du designer américain Zac Posen au Met Gala. Dans le passé, la designer néerlandaise Iris van Herpen a utilisé cette technologie dans ses robes haute couture squelettiques et à feuillage, tandis que le génie britannique de la mode Alexander McQueen a imprimé en 3D une sinistre colonne vertébrale biomorphique sur un talon de 25 cm de haut pour son dernier défilé "Plato's Atlantis" en 2010.

«Il s'agit de toute la créativité qu'ils peuvent traduire grâce à la liberté de conception », explique Valérie Vriamont, business developer et conseillère en innovation chez Materialise. La société belge d'impression 3D a été fondée en 1990 et a travaillé avec Iris Van Herpen dans le passé. Parmi ses clients du secteur de la mode figurent également des marques commerciales pour lesquelles Materialise produit des «vêtements», tels que des semelles intérieures pour chaussures ou des montures pour lunettes.

Les marques ont augmenté la part des montures imprimées en 3D par rapport aux lunettes fabriquées avec d'autres technologies, explique Vriamont. La méthode offre de la flexibilité car les montures de lunettes peuvent être rapidement adaptées aux tendances en changeant simplement un fichier numérique, explique-t-elle. Le fichier indique ensuite à la machine comment créer les cadres. Les entreprises peuvent simplement produire ce qui est commandé et éviter le risque d'avoir des stocks comme l’exigent les méthodes de fabrication traditionnelles.

De la haute couture aux baskets sur mesure : l'impression 3D va-t-elle perturber l'industrie de la mode ?
Materialise a travaillé avec Julia Koerner sur des pièces imprimées en 3D portées par la reine Ramonda dans le film Black Panther, qui a remporté l’Oscar du meilleur costume. Photo : © Matt Kenneda/Marvel Studios 2018 - Costume Design Ruth Carter

Lire l'interview complète de Materialise et Valerie Vriamont ici :

Materialise : Comment l'impression 3D apportera de la flexibilité à l'industrie de la mode

Chaussures personnalisées

«Imaginez entrer dans un magasin Adidas, courir brièvement sur un tapis roulant et obtenir instantanément une chaussure de course imprimée en 3D », a raconté le fabricant allemand de vêtements de sport en présentant son premier modèle Futurecraft, une chaussure de course avec une semelle intermédiaire imprimée en 3D en 2015. L'an dernier, Adidas a vendu plus de 100 000 paires de Futurecraft 4D évoluées, qui se vendent environ 300 dollars US, et le fabricant de vêtements de sport veut augmenter sa production à l'avenir, a déclaré une porte-parole.

La technologie de synthèse numérique de la lumière, un procédé surréaliste qui ressemble à une semelle de chaussure tirée lentement d'un bassin rempli de liquide, permettrait une personnalisation plus minutieuse à chaque section de la semelle intermédiaire selon des facteurs tels que le poids du client et la forme de son pied. Grâce à la personnalisation et à la fabrication à la demande, les entreprises de mode espèrent s'attaquer au surstockage à l'avenir.

De la haute couture aux baskets sur mesure : l'impression 3D va-t-elle perturber l'industrie de la mode ?
Photo: Adidas

Bien qu'aucune version personnalisée de la chaussure n'ait encore été vendue, 17 ans de données de course ont façonné son design actuel. Le processus d'impression de la semelle intermédiaire prend 40 minutes, selon la porte-parole d'Adidas. La marque travaille actuellement avec la société de technologie américaine Carbon pour améliorer l'impression 3D classique avec de la lumière et de l'oxygène afin d'accroître son efficacité, a-t-elle ajouté.

Est-ce que nous imprimerons un jour nos vêtements à la maison ?

«Jusqu'à présent, l'impression 3D a surtout été appliquée aux produits industriels, tels que les semelles de chaussures et les montures de lunettes, explique Alexander Artschwager, chercheur et consultant en ingénierie numérique aux instituts allemands de recherche textile et fibre Denkendorf. «Il y a encore beaucoup à faire avant d'atteindre les caractéristiques typiques des fibres» , a-t-il dit, faisant référence aux vêtements. Alors que la designer israélienne Dani Peleg a réussi à imprimer chez elle une collection complète de vêtements pour sa collection de fin d'études, Artschwager ne croit pas que les tissus et tricots imprimés en 3D seront disponibles pour l'industrie du vêtement à court terme.

La collection de fin d'études de Dani Peleg| Photo: Daria Ratiner

«Les structures poreuses et la perméabilité à l'air sont des propriétés qui rendent les vêtements confortables. En principe, ce sont précisément ces structures qui définissent les textiles, ce qui n'est pas possible avec l'impression 3D», explique Artschwager. Il ne voit pas non plus de grandes entreprises commerciales de mode travaillant avec des vêtements imprimés en 3D, et a déclaré que la plupart des projets à ce jour semblent expérimentaux.

Même si les pièces imprimées en 3D de Peleg sont flexibles, l'élasticité des tissus ressemble plus à un ressort qu'à un pull en mérinos, ce qui rappelle les limites de la technologie pour créer des matériaux qui remplaceraient les vêtements traditionnels. La start-up américaine Electroloom a tenté de développer des tissus imprimés en 3D il y a cinq ans, mais a dû fermer ses portes en raison d'un manque de financement et «d'une opportunité de marché mal définie», a écrit son fondateur Aaron Rowley sur son blog en 2016.

Outre le confort, les coûts élevés limitent encore l'expansion de la technologie 3D dans l'industrie de la mode. Les pièces 3D de la collection de fin d'études des étudiants de AMD, Viering et Mentzel, coûtent à elles seules 2500 euros et leur budget n'était pas suffisant pour réaliser un manteau imprimé entièrement en 3D qui aurait coûté plus de 10.000 euros. La technologie est encore largement limitée aux vêtements et accessoires de mode.

Reste la question de savoir si les vêtements imprimés en 3D ajouteront de la valeur à nos armoires actuelles. Ce ne sera peut-être pas l'impression 3D au sens strict du terme, mais plutôt l'application de certains de ses concepts - comme tricoter des vêtements avec un seul fil ou sauter des parties du processus d'échantillonnage en modifiant un fichier numérique - qui pourrait perturber l'industrie de la mode.

«La mode peut bien se passer de l'impression 3D et de l'impression 3D peut aussi exister sans la mode», explique Viering. «Les deux ont besoin d'interagir d'une manière qu'on n'avait jamais vue auparavant, pour s'imposer.»

Cet article a été traduit et édité en français par Sharon Camara.

Photo : Platform Fashion

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS