Au premier semestre, Christian Dior a enregistré un résultat net part du groupe de 252 millions d'euros, contre 352 millions un an auparavant, et un résultat opérationnel courant de 1 358 millions d'euros, contre 1 542 millions l'année dernière à la même époque. Les ventes se sont établies à 8 137 millions d'euros, quasi stables (+0,2% à taux courants, -7% à taux de change et périmètre comparables) malgré la crise économique et une base de comparaison élevée.

Les ventes de Christian Dior Couture sont ressorties à 340 millions d'euros (-7% à taux courants, -11% à taux constants), en retrait principalement en raison de l'évolution de l'activité aux États-Unis et au Japon. Elles ont bien résisté en Europe (en particulier au Royaume-Uni) et ont fortement progressé en Chine. La société a maintenu ses efforts au plan opérationnel tout en poursuivant une stratégie de développement très ciblée.

Les marques distribuées par des tiers subissent le contrecoup du déstockage massif pratiqué par ces derniers, alors que les marques qui contrôlent leur distribution ont beaucoup mieux résisté aux effets de la crise. Louis Vuitton a réalisé un premier semestre remarquable, précise le groupe de luxe.

Dans le contexte actuel de crise économique, le groupe Christian Dior estime qu'il poursuivra ses gains de part de marché grâce aux nombreux lancements de produits prévus d'ici la fin de l'année, à son expansion géographique dans des marchés porteurs, et à sa rigueur de gestion.

Photo : Dior

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS