• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Felicite Mai : l'affaire est dans le sac !

Felicite Mai : l'affaire est dans le sac !

By FashionUnited

13 févr. 2009

Pour cette jeune styliste ivoirienne née en banlieue abidjanaise (Treichville), la culture du cacao et du café est une affaire de famille. Son père, un couturier devenu producteur de cacao et de café lui a transmis le goût pour le métier de créateur de mode, en lui offrant une machine à coudre, un vieux modèle qui datait de 1952. À l'heure de la bonne conscience écologique, Felicite Mai, Maimouna Camara Gomet (de son vrai nom) a eu l'idée de faire rimer l'héritage de son pays avec la mode récup en recyclant les sacs de cacao et de café en vêtements et accessoires pour hommes et femmes.

Elle annonce le retour du style " brut et dépouillé " avec ses jupes, vestes, petits hauts chapeaux en toile de jute naturelle de couleur beige ou teint en marron ou bleu foncé. Depuis leur lancement, ses créations cacaotées " made in Abidjan " ont été portées par de nombreuses stars de la musique et du monde de l'art à travers le monde. L'idée lui est venue en 1987 lorsqu'elle était étudiante en stylisme. En 1996, elle ouvre son atelier de mode ou elle travaille pendant quelques années avant de faire les dessins (lors d'un concours à Divo, une ville au sud de la Côte d'Ivoire en 2003) des modèles qui allaient conduire à son succès.

Entre " waboua " et protectionnisme

Inspirée par sa philosophie personnelle, qu'elle appelle " waboua " qui veut dire "tout est utile", Felicite Mai avoue que le but de son travail est d'attirer l'attention du monde entier sur le cacao et le café, ces deux richesses naturelles si chères à l'Afrique.

La Côte d'Ivoire occupe, à l'échelle mondiale, la place de premier producteur de cacao, sa principale ressource économique dont elle produit 40 % de la production dans le monde. Selon le ministère de l'Agriculture ivoirien, alors que le binôme café-cacao contribue fortement à l'économie nationale avec 40% des recettes d'exportation et environ 10% du Produit intérieur brut, à l'heure actuelle de " graves contraintes pèsent sur l'économie cacaoyère ivoirienne".

Enfin, espérons que cette belle initiative fera enrichir et renchérir la création africaine, en encourageant d'autres jeunes passionnés de la mode à développer leurs projets professionnels.

Photos: Felicite Mai.