(publicité)
(publicité)
H&M est accusé d'avoir brûlé 12 tonnes de vêtements invendus neufs par an

Le géant de la mode suédois H&M est accusé d'avoir brûlé 12 tonnes de vêtements invendus par an, malgré ses efforts continus de développement durable pour une mode circulaire.

Le groupe de Fast fashion aurait incinéré environ 60 tonnes de vêtements usagés et invendus au cours des dernières années, selon une étude du programme de télévision danois Operation X de TV2. H&M nie fermement ces revendications.

L'émission de télévision danoise a commencé à enquêter en juin, sur ce que H&M fait des nouveaux vêtements qu'elle ne vend pas et un certain nombre d'inspections les ont conduits à la société d'élimination des déchets Kara / Noveren, au Danemark. Les journalistes de Operation X auraient vu directement comment les vêtements de H&M ont été livrés à l'entreprise de transformation avant d'être détruits.

H&M a déclaré avoir incinéré 60 tonnes de nouveaux vêtements utilisables depuis 2013

Environ 30 000 pantalons à thème cow-boy pour les enfants et pantalons pour femmes bleu foncé, avec les étiquettes de prix encore intactes, ont été remis, soit un total de 1580 kilos. Else Skjold, professeure de design durable à la Kolding Design School au Danemark, a déclaré que H&M détruisait ses vêtements en conséquence de la surproduction.

Dans le passé, les détaillants ne produisaient que quatre collections par an en moyenne. Mais grâce à l'essor de la Fast fashion, les entreprises comme Zara et H&M ont de nouveaux produits chaque semaine. « C'est dramatique si on parle de mode parce que les tendances de la mode sont temporaires. Si quelque chose n'est pas à la mode, alors il ne peut plus être vendu », a déclaré Else Skjold à l'opération X.

H&M a pris la parole et affirme que les revendications sont fausses. « Ce n'est bien entendu pas vrai », a déclaré un porte-parole de H&M, à FashionUnited. « Les vêtements présentés dans le programme sont des commandes arrêtées, qui ont été envoyées à l'incinération, en raison de moisissures ou qui ne respectent pas nos strictes restrictions chimiques, ce qui est selon notre habitude pour les commandes arrêtées.

H&M est accusé d'avoir brûlé 12 tonnes de vêtements invendus neufs par an

H&M nie la destruction de vêtements utilisables

Le détaillant de mode suédois a intégré la durabilité comme l'une de ses valeurs fondamentales. Au fil des années, il a investi dans un certain nombre d'initiatives de recyclage, pour encourager les clients à recycler leurs vêtements indésirables et a lancé des collections à base de déchets textiles post-consommation. H&M a également augmenté le pourcentage de coton biologique et de matériaux durables utilisés dans ses collections et vise à utiliser exclusivement le coton durable dans toutes ses collections d'ici 2020. Il cherche également à passer à un modèle commercial circulaire, à minimiser et réutiliser tous ses déchets.

« La circularité est au cœur de notre stratégie de développement durable et nous travaillons dur pour maximiser l'utilisation et la valeur de nos produits, conformément aux principes de l'économie circulaire et de la hiérarchie des déchets », a ajouté le porte-parole. « L'incinération est donc la toute dernière option que nous autorisons seulement dans des circonstances très spéciales, lorsque la réutilisation ou le recyclage n'est pas une option, comme lorsque nos produits sont contaminés par des moisissures ou ne respectent pas nos restrictions chimiques strictes.

Cependant, Operation X soutient que H&M détruit les vêtements utilisables. Après l'explication du groupe suédois, les journalistes de Operation X ont envoyé deux pantalons différents envoyés à Kara / Noveren, pour les incinérer et les ont envoyés dans un laboratoire indépendant pour y subir des tests. Les journalistes ont également acheté deux paires de pantalons similaires disponibles à la vente dans un magasin H&M ordinaire et les ont envoyés à l'essai pour voir s'il y avait une différence entre les produits chimiques et les substances présentes dans les pantalons à détruire et ceux achetés.

Operation X teste les vêtements de H&M

Les quatre paires de pantalons ont été testés pour une large gamme de produits chimiques nocifs, qui présentent un risque pour la santé en vertu de la réglementation européenne et danoise, ainsi que des bactéries potentiellement dangereuses, comme Ecoli. Selon les tests, les pantalons envoyés à l'incinération ne contenaient pas de niveaux nocifs de produits chimiques et de dépôts de bactéries, comme pantalons vendus dans les magasins.

H&M a répliqué que des pantalons de cow-boy envoyés pour incinération contenaient un « niveau de plomb accru » dans certains de ses détails en métal et que les pantalons pour femmes bleu foncé étaient suspects de porter des moisissures. Operation X affirme qu'aucun des pantalons testés ne présentait de traces de moisissure et que le niveau de plomb trouvé sur le pantalon de cowboy n'était que d'un dixième de la valeur limite admissible, encore moins que la valeur de plomb du pantalon acheté en magasin. En dépit des accusations portées par Operation X, H&M souligne que les tests effectués par Operation X diffèrent des leurs et qu'il suit les règles de sécurité pour assurer la sécurité de ses clients. Afin de prouver son point de vue, H&M a rendu les résultats des tests accessibles au public en ligne.

« Les produits ont fait l'objet de tests dans des laboratoires externes. Les résultats des tests montrent que l'un des produits est infesté de moisissure et que l'autre produit contient des niveaux trop élevés de plomb », a ajouté H&M dans une déclaration partagée à FashionUnited. « Selon le test que nous avons, le test du plomb effectué par le programme danois n'incluait pas le vêtement entier et pas la partie affectée par des niveaux de plomb trop élevés. C'est la raison pour laquelle nos tests diffèrent. » H&M est accusé d'avoir brûlé 12 tonnes de vêtements invendus neufs par an

H&M : « Nous sommes perplexes sur la raison pour laquelle certains médias suggèrent que nous détruirions d'autres produits que ceux requis. Il n'y a absolument aucune raison pour nous de faire une telle chose »

Le géant de la mode suédois a noté que lorsque les résultats des tests montrent que certains produits ne respectent pas leurs règles de sécurité, ils ne peuvent pas être vendus ou recyclés et sont envoyés à la destruction conformément à leur cahier des charges de sécurité globale. « H&M possède l'une des restrictions chimiques les plus strictes de l'industrie et nous effectuons régulièrement des tests, souvent dans des laboratoires externes. En conséquence, les restrictions vont souvent au-delà des exigences de la loi. H&M a ajouté que d'autres produits qui ne peuvent pas être vendus pour d'autres raisons sont toujours donnés à la charité, réutilisés par les entreprises de recyclage.

Ce n'est pas la première fois que H&M est accusé de détruire des vêtements utilisables. Au début de 2010, le détaillant de mode suédois a été accusé de déchirer et de jeter des vêtements non voulus dans un magasin de la 35th Street, à New York, selon le New York Times. À l'époque, H&M avait promis de s'assurer que ces pratiques ne se reproduiraient jamais.

a

Photo : Erdem x H&M, courtoisie de H&M Group

-