La mode lance une bataille contre la fourrure : comment déceler le vrai du faux?

Cette année, la fourrure a vu sa réputation se ternir. Décriée par de nombreux activistes, l’utilisation de la fourrure animale a été définitivement bannie de la Fashion Week de Londres. La Californie s’est prononcée contre la fourrure, les villes de Los Angeles et de San Francisco interdisent sa vente. Des pays comme la Norvège et les Pays-Bas l’interdisent et vont même jusqu’à fermer ses sites de production. Le détaillant en ligne Net-a-Porter a adopté une politique anti-fourrure.

La fourrure est démodée

Une campagne anti-fourrure très médiatisée, parue plus tôt cette année a vu une pléthore de marques annoncer qu'elles n'utiliseraient plus de vraie fourrure dans leurs collections. Des maisons de luxe comme Gucci, Burberry et Versace, Tom Ford, Michael Kors, Maison Margiela et Jimmy Choo ont toutes suivi le modèle de Stella McCartney, connue pour son engagement en faveur des animaux et de l’environnement. La fourrure, semble-t-il, n’est définitivement plus à la mode.

Lorsque nous examinons l'interdiction de la fourrure, il est logique que les villes de Californie aient cessé de la vendre. Avec une température moyenne qui oblige rarement quelqu'un à porter un manteau d'hiver, la fourrure est jugée inutile pour rester au chaud. En dehors de Kim Kardashian, pourquoi quelqu'un aurait-il besoin d'un manteau de fourrure à Los Angeles? Pourtant, il existe des endroits dans le monde où la fourrure est considérée comme une nécessité.

La vraie fourrure a-t-elle un avenir?

Prenez l’exemple de la Sibérie. J'ai été témoin de la façon dont la fourrure garde les gens au chaud lorsque j'ai rendu visite à mes parents, qui vivaient il y a une décennie sur l'île de Sakhaline, dans l'extrême-orient de la Russie, près des côtes du Japon. Là-bas, les températures hivernales pourraient facilement chuter à -26 degrés, ou à -54 si vous n’êtes pas chanceux. Il n’est pas nécessaire d’être un trappeur arctique pour comprendre que la fourrure est une nécessité de chaleur. Imaginez-vous obligé de travailler dehors par ces températures extrêmement froides? Pour certaines communautés, la fourrure n'est pas un crime contre la nature, mais le seul moyen de rester en vie.

La mode se démarque de la fourrure

“De plus en plus, les consommateurs attendent des marques qu'elles fassent preuve de responsabilité sociale, de durabilité et qu’elle s’engage pour la cause animale. Le mouvement sans fourrure fait partie de cette tendance “, a déclaré à la BBC, Wendy Higgins, directrice des médias pour Humane Society International. “Les gens ne veulent pas voir de fourrure; elle symbolise un égoïsme qu’ils ne veulent pas endosser. Cette décision de designers comme Gucci a créé un effet domino. ”

La fausse fourrure n’est pas vraiment écologique

La fausse fourrure n’est pas nécessairement une option plus durable. La BBC écrit que la plupart des fourrures synthétiques sont fabriquées à partir de modacrylique, un dérivé de l'huile et des matières synthétiques. Fait à base de pétrole, le modacrylique est un polluant, qui libère des microfibres lors du lavage et qui n'est pas biodégradable. "Le lobby pro-fourrure, qui est grand et puissant, prend une grande joie à parler de cela, citant la fourrure comme la seule option réellement durable."

Porter de la fourrure n’a pas la même signification en fonction de celui qui la porte. Pour beaucoup, elle est synonyme de luxe et d'excès, une preuve du statut et du pouvoir. Dans certaines cultures, les gens croyaient pouvoir profiter du pouvoir des animaux en portant de la fourrure et que l'utilisation de ces «cadeaux» témoignait du respect des animaux qui se sacrifiaient ainsi afin que les humains puissent survivre.

Quelle que soit sa conviction, porter de la fourrure est autant une déclaration politique que personnelle. Les consommateurs ont le choix et la responsabilité en ce qui concerne les produits qu'ils choisissent de porter. Canada Goose, par exemple, qui est connue pour ses parkas garnis de fourrure de coyote, l’origine des produits est entièrement traçable, tant pour la fourrure que pour le duvet. Engagés dans un approvisionnement responsable et éthique, leurs produits proviennent d’animaux qui n’ont été soumis à aucune pratique déloyale, maltraitance ou préjudice injustifié, et dont les matériaux sont entièrement traçables tout au long de la chaîne logistique.

Les ventes de fourrure sont à la hausse

Malgré les contrecoups, il n’y a pas de ralentissement des ventes de fourrure. «Les statistiques de l'industrie de la fourrure reflètent ce que nous voyons dans les rues: la consommation de fourrure est à la hausse”, a déclaré Edita Birnkrant, ancienne directrice de campagne pour Friends of Animals, au magazine pour la défense des animaux, Their Turn, en 2016. “Nous devons nous organiser et adopter une approche plus agressive en leur nom. "

Selon VOX, on pourrait penser que la décision des marques de haute couture de se débarrasser de la fourrure dans leurs collections est plus éthique mais leur décision de s'en séparer a peu d'effet sur l'industrie de la fourrure. Cela est dû au fait que le consommateur moyen n'achète pas de fourrure chez Versace, Gucci ou dans les maisons de luxe. Selon FICA, 85 pour cent des détaillants et des fabricants de fourrure aux États-Unis sont de petites entreprises familiales. Le public, ou du moins les acheteurs, ont parlé.

Article traduit et édité en français par Sharon Camara

Photo: Keep the Ban, source: Flickr

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS