• Home
  • Actualite
  • Mode
  • La première Crypto Fashion Week offre un avant-goût du potentiel créatif de la mode numérique

La première Crypto Fashion Week offre un avant-goût du potentiel créatif de la mode numérique

By Tess Stenzel

10 mars 2021

Mode

Cette saison, entre les Fashion Weeks de Milan et de Paris, un nouvel événement est apparu sur le calendrier de la mode. Alors que les défilés traditionnels ont dû être remplacés par des vidéos en raison de la pandémie, la première Crypto Fashion Week a exploré l’avenir potentiel d’une mode entièrement numérique à travers des ateliers, des conférences et des shows.

Pour combler le fossé entre le monde de la mode, de l’art et du digital « metaverse », des artistes, designers et experts en technologie ont présenté leurs dernières innovations dans les domaines de la crypto-monnaie, des technologies blockchain, de l’intelligence artificielle et de la réalité virtuelle.

L’événement qui s’est déroulé du 22 au 26 février a exploré les possibles tendances futures en ligne et hors ligne : du développement de baskets virtuelles pour une consommation plus durable, aux personnes qui téléchargent et vendent leurs créations sur les marchés de la blockchain en passant par les possibilités infinies de la couture numérique.

« Pour que la mode numérique s’impose, elle doit avoir une expérience et une propriété appropriées des biens numériques qui peuvent être gérés, échangés et vendus dans la vraie vie et le metaverse », déclare Marjorie Hernandez, cofondatrice de la société de blockchain de mode Lukso, lors d’une conférence.

Elle a également cofondé The Dematerialized, une marketplace Web3 pour la mode numérique authentifiée. L’un de ses pulls numériques proposé sur le site, le HexJerzo, avait déjà été vendu plus de 100 fois avec seulement quelques pièces restantes.

Que peut être la mode numérique ?

Lorsque le support numérique est devenu l’une des seules options pour les maisons de mode de présenter leurs dernières collections, la crypto fashion week a décidé d’explorer le futur potentiel numérique et les possibilités infinies d’expression créative qui pourraient dépasser de loin les créations de design physique que nous voyons aujourd’hui. Au lieu d’être simplement un espace réservé pour des articles de mode physiques ou des shows - les récentes versions 3D des robes de August Getty par exemple - les articles de mode numériques peuvent déjà être achetés et portés de manière uniquement virtuelle.

Les articles présentés lors des vidéos live de la Crypto Fashion Week allaient de baskets sculpturales noires dessinées par des créateurs de chaussures numériques à une coiffe amorphe blanche ressemblant à un os. Certains créateurs ont choisi de montrer leurs pièces sur un podium virtuel, mais contrairement à la réalité, les couleurs de la robe changeaient continuellement et devenaient fluorescentes. Dans d’autres shows, ce sont les modèles à la peau de verre, des paysages changeants ou la silhouette d’une jupe qui explorent les limites de l’expression créative de la mode numérique.

« La mode numérique est la représentation visuelle de vêtements construits à l'aide de la technologie informatique et d'un logiciel 3D », a expliqué l'avatar de l'IA Kuki dans une interview tout en portant une veste de la dernière collaboration d'Adidas avec le mannequin Karlie Kloss. Le chatbot aux cheveux de couleur turquoise a été créé par la société d'intelligence artificielle Pandora Bots et pouvait chatter en direct et répondre aux questions des participants en temps réel.

Natalia Modoneva, fondatrice de DressX, le premier magasin multimarques de mode proposant des collections numériques et des designers 3D, s'est également jointe à une conférence pour expliquer le pouvoir des habits numériques lors de la crypto fashion week. Son équipe chez DressX a découvert que 9 pour cent des clients des pays développés n'achètent que de nouveaux vêtements pour prendre une photo et les utiliser pour le contenu de leurs médias sociaux. L'entreprise estime que la mode numérique est un moyen de produire moins voire pas du tout, tout en arborant les dernières tendances de la mode.

La mode est-elle juste une question de vêtements ?

Sofiane Delloue, le fondateur de Newlife.Ai, une plateforme dédiée à la recherche culturelle et à la créativité sociale, a posé une question centrale : « La mode est-elle juste une question de vêtements ? »

Selon lui, l'intelligence artificielle peut jouer avec les codes et déconstruire le sens de la mode, de l'esthétique, du design, de la créativité, de l'art et du contexte dans lequel se trouve la mode. « Les vêtements ont une valeur différente selon le contexte dans lequel ils sont portés. Arborer un survêtement dans un club envoie un message différent que si on le porte dans une salle de sport. Grâce à l'IA, déchiffrer le contexte de la mode donne de la valeur », a-t-il expliqué. À ce jour, Newlife.Ai a collaboré avec des maisons de mode de luxe telles que Chanel, Givenchy, Saint Laurent, Y/Project, Vêtements, Dior, Burberry, et s'est associé à des médias comme Vogue Paris.

Pour Sofiane Delloue, grâce à l'intelligence artificielle, une nouvelle ère de créativité sociale peut prendre forme et les entreprises comme les marques devraient adopter la mode numérique et le nouveau monde du design à l'avenir.

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.

 

Crédit : Crypto Fashion Week