Le véadiste du groupe PPR de François-Henri Pinault est sur la défensive. C’est lors d’un comité d’entreprise au siège à Roubaix le mardi 21 octobre que Nicolas Bernard, pdg de l'enseigne a annoncé l’intention du groupe de supprimer 672 postes sur 5000 d'ici 4 ans, et de fermer ses 81 points de contact avec la clientèle. L'objectif affiché est de réorganiser du groupe face à la concurrence d'Internet. Ce qui selon le dirigeant de La Redoute explique la nécessité d'une "adaptation structurelle et une organisation différente pour être plus réactif, avec plus d'actualisation en cours de saisons, et des offres nouvelles pour surprendre et déclencher l'acte d'achat ». Les ventes sur Internet de La Redoute ont dépassé au premier semestre 2008 la moitié du chiffre d'affaires (54 %, contre 50 % pour 2007, 40 % en 2006, et moins de 4 % en 2001) .

"La vente par correspondence, qui vit aujourd'hui une révolution, va devoir s'adapter rapidement pour affronter l'environnement concurrentiel d'Internet où un nouveau site marchand se crée toutes les heures et où les consommateurs peuvent très facilement comparer les prix", explique Marc Lolivier, délégué général de la Fédération des entreprises de vente à distance (Fevad).

Les syndicats ont très mal accueilli la nouvelle : Jean-Christophe Leroy de la CGT a qualifié le plan social de " scandaleux, car la situation économique pour être moins bonne actuellement, est loin d'être dramatique », alors que Grégory Caron de SUD estime qu' il s'agit « d'une politique antisociale au service des actionnaires ».

La Redoute, qui a lancé son premier catalogue en 1928 est leader français de la vente à distance. Il compte à ce jour 18 millions de clients.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS