(publicité)
(publicité)
Le label Made in Europe, pas si éthique

Un nouveau rapport de la campagne Clean Clothes met en lumière les salaires déplorables et les mauvaises conditions de travail dans l'industrie du vêtement et de la chaussure en Europe centrale centre, de l'Est et du Sud-Ouest.

Intitulé Europe's Sweatshops, le rapport contient des recherches approfondies sur la situation des travailleurs dans l'habillement et la chaussure en Ukraine, en Serbie et en Hongrie, ainsi que dans d'autres pays d'Europe de l'Est. Même si les ouvriers travaillent de longues heures dans de mauvaises conditions, ils gagnent des salaires extrêmement bas. Par exemple, de nombreux travailleurs en Ukraine ne gagnent que 89 euros par mois, ce qui est cinq fois moins que le salaire vital estimé.

Les marques de mode accusées de profiter du système des bas salaires en Europe de l'Est

Alors que de nombreuses marques de mode internationales utilisent fièrement le label Made in Europe, suggérant que cela implique des conditions équitables, un grand nombre des 1,7 million de travailleurs de la région vivent dans la pauvreté et font face à des conditions de travail dangeureuses.

Ces usines européennes font travailler des ouvriers bon marché, mais expérimentés, qui ne gagnent que le salaire minimum légal, qui peut varier de 89 euros en Ukraine à 374 euros en Slovaquie, ce qui est beaucoup moins que le salaire vital dans ces pays, selon le rapport. Dans la plupart de ces pays, un salaire minimum vital pour une famille est quatre à cinq fois plus élevé que le salaire minimum actuel, ce qui a un impact dévastateur sur la vie des travailleurs de la confection et de la chaussure.

« Parfois, nous n'avons simplement rien à manger », a déclaré une femme travaillant dans une usine de confection en Ukraine. Un autre travailleur en Hongrie a déclaré : « Nos salaires sont suffisants pour payer les factures d'énergie, d'eau et de chauffage. » Ces pays sont considérés comme le « paradis des bas salaires » pour les marques de mode mondiales comme Benetton, Esprit, Geox, Triumph et Vero Moda, qui sont accusés de profiter largement de ce système.

La campagne Clean Clothes lance un appel pour que les marques s'engagent et commencent à payer un salaire décent et à travailler plus étroitement avec les fournisseurs, pour éradiquer les conditions de travail illégales et inhumaines soulignées dans le rapport. FashionUnited a contacté les marques susmentionnées pour obtenir des commentaires sur les conclusions du rapport.

Traduit par Aurore Hennion

Photo : Clean Clothes campagne