Lors des défilés du prêt-à-porter masculin à Paris, Jean Paul Gaultier a séduit son public avec une collection homme accessible et facile à porter, inspirée "des tribus musicales du Londres des années 70-80". Comme la marque italienne Blumarine lors des présentations des collections à Milan, le créateur a aussi fait défiler des enfants sur le podium, en clin d'oeil à la ligne pour enfant qu'il lance avec le groupe Zannier.

Discrétion chez Louis Vuitton avec le coup de projecteur sur l'accessoire, plus abordable en période de crise. La maison de luxe a mis en avant les sacs, chaque mannequin en portant au moins un.

Alors que la crise est censée porter un coup de frein autant sur l'exubérance des designers que sur les dépenses des consommateurs, une récente étude de l'Institut français de la mode (IFM) indique que les hommes gardent leurs habitudes de consommation de vêtements alors que les femmes et les seniors réduisent les quantités achetées. Les hommes semblent moins perturbés par la contexte actuel, puisque plus de la moitié dit acheter autant d'habits que d'habitude (53 %), contre seulement 40 % de femmes. Dans une étude réalisée début novembre auprès de 1000 personnes de plus de 15 ans, l'IFM montre que 49 % des femmes ont acheté moins de vêtements que d'habitude, contre 35 % des hommes.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS