• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Panafrica multiplie ses collaborations et donnera une seconde vie à ses produits (Best of 2019-Deuxième partie)

Panafrica multiplie ses collaborations et donnera une seconde vie à ses produits (Best of 2019-Deuxième partie)

By Anne-Sophie Castro

23 déc. 2019

Mode |INTERVIEW

Dans ce deuxième volet de la série dédiée aux moments clés de 2019 et aux projets de 2020, Panafrica, la marque de baskets éco-responsable dessinée et fabriquée en Afrique, évoque une année riche en activités. Ses deux fondateurs, Vulfran de Richoufftz et Hugues Didier préparent également des temps forts pour 2020 en collaborant avec Agnès B et Bonobo Jeans.

Quels ont été les moments forts pour Panafrica en 2019?

Pour cette 4ième année d’activité, nous avons concrétisé, accompagnés de notre équipe de sept personnes, plusieurs projets nous permettant d’assurer un développement pérenne de notre marque et donc de nos partenaires en Afrique avec lesquels nous partageons notre projet.

Près de 25000 paires de Panafrica ont été vendues cette année sur notre site web et à travers notre réseau de distributeurs comme les Galeries Lafayette et Altermundi avec lesquelles nous travaillons depuis trois ans maintenant.

Concernant notre expansion à l’international, nous avons conclu trois contrats de distribution en Australie, en Israël et à Singapour, notamment avec le groupe ISETAN.

2019 est aussi synonyme de collaborations. Et nous avons fait d’elles un axe stratégique, nous permettant de nous exprimer sur de nouveaux supports et soutenir des artistes des marques ayant cette même soif de créativité : la marque française de chemises Hast, l’artiste Smail Kanouté, la marque de chaussettes ghanéenne Chalé Socks.

Enfin, nous avons intégré de nouveaux partenaires dans notre écosystème avec un second atelier à Casablanca pour l’assemblage de nos baskets et un atelier de teinture de toiles batik au Ghana.

Selon vous, comment la mode est-elle en train d'évoluer?

Nous observons une évolution du monde de la mode dans le bon sens. La responsabilité de marque et la transparence sont inscrites dans l’Adn de Panafrica et nous sommes optimistes quant à l’avenir de la mode.

Cette année, nous avons été témoins de prises de décisions majeures de la part de grands groupes de prêt-à-porter, allant dans le sens d’un approvisionnement éco-responsable, de pratiques anti-gaspillage, de recyclage, de traçabilité… Ces acteurs n’ont pas d’autre choix que d’agir. En termes d’impact, ce sont ces groupes qui ont la plus grande marge de manœuvre.

Quelles sont vos attentes pour 2020?

Pour 2020, nous avons plusieurs défis à relever.

En termes d’offre, nous avons préparé deux collections été et hiver, avec chacune un univers visuel et stylistique nouveau.

Nos produits arriveront dans les magasins Monoprix et nous préparons deux temps forts avec Agnès B et la marque Bonobo Jeans.

Enfin, nous prévoyons de démultiplier le système de pré-commandes. Cela nous permet de lutter contre la surproduction et d’encourager notre clientèle à une consommation plus raisonnée. En parallèle, nous travaillons sur le renforcement de notre programme Rebirth qui nous permet de donner une seconde vie à nos produits en revalorisant les Panafrica usagées de nos clients et en les mettant sur un circuit de seconde main.

Photos : Panafrica