Retour aux sources pour ce designer franco-argentin avec une collection à la fois glamour et urbain. Pour la femme dont la sensibilité est ancrée dans l'histoire de l'élégance parisienne, Gaspard Yurkievich propose un vestiaire aux couleurs automnales : le fauve, tabac, le mordoré, le bleu-vert ou le vert mousse et l'orangé.

Aux coupes ultra-féminines, vestes manche gigot, jupes, mini-shorts, robes et trench comme la combi-short sont à basques.

Les robes, combinaisons et jodhpurs en tissu crêpe gaufré à pois viennent rythmer la collection (voir photo ci-contre).

La fourrure est utilisée en accent ou détournée : des gilets doudoune en astrakan Swakara gris argent ou mordoré (voir photo ci-contre); des boucles d'oreille évoquant une plume, mais faite en renard, un trench aux manches de vison dégradé, et des colliers en vison palomino.

Pour l'hiver prochain, place au flou : les transparences de la mousseline aux tons chair ou noir ajoutent à la collection, la sensualité. Un assemblage de broderies à paillettes brossées noires, or et argent souligne le travail déstructuré du flou.

Coté chaussures, on retrouve du cuir classique, et des couleurs contrastées pour créer une combinaison audacieuse. Les cuirs sont grainés, vernis ou embossés croco. Les couleurs sont chaudes et hivernales mais rehaussées d'une touche d'imprimé rose shocking, d'un veau velours parme.

Après avoir étudié au studio Berçot et gagné le festival de Hyères en 1997, Gaspard Yurkievich lance sa première collection de prêt-à-porter féminin en 1998. Sa ligne de chaussures voit le jour en 2003.

Le designer franco-argentin travaille en co-branding ou est sollicité par des marques de luxe ou de grande distribution telles que DeBeers, Van Cleef&Arpels, L’Oréal, Mac Cosmetic, Evian, Eram, les Galeries Lafayette ou encore Monoprix.

Photo : Gaspard Yurkievich A/H 2010 - 2011

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS