Une collection simplement intitulée « Y » construite autour du noir et blanc graphique, des ganses de couleur et des dos très travaillés. Le créateur parisien, fraîchement nommé directeur artistique de la maison Rodier mélange l’héritage couture français et le « glam » des années 70, sa période fétiche depuis plusieurs saisons : trenchs, shorts en tweed, blouses, robes en dentelle lurex ou jersey gris et t-shirts s’articulent autours d’une manche construite comme un jeu de pliage de ruban drapé pour faire une version abstraite du kimono. Broderies de nacre et miroirs.

Inspiration couture également chez la maison parisienne Dice Kayek. C’est dans les traces de Balenciaga que la créatrice turque Ece Ege a fait défilé des jupes boules à plis plats en satin duchesse et des robes bicolores aux épaules et aux hanches soulignées, et aux drapés twistés pour exprimer "les mouvements météorologiques, le tourbillon du temps et des sentiments, qui n’ont rien à voir avec la tempête boursière et financière actuelle”, a-t-elle expliqué.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS