Premiata : entretien avec le PDG, Graziano Mazza

Presque cent ans après la fondation de l'entreprise familiale italienne de maroquinerie, Graziano Mazza a repris les rênes de l'entreprise de son grand-père. En 1991, il crée la marque Premiata, restructure et modernise l'activité maroquinerie. Depuis, la marque s'est développée à l'international et est vendue dans ses propres magasins à Milan, Berlin, Corée du Sud, Saint-Petersbourg et Tokyo. FashionUnited s'est entretenu avec le PDG et directeur artistique au sujet de la marque et de son développement.

Parlez-nous un peu de l'héritage de la marque Premiata et de son origine?

L'histoire de Premiata remonte au XIXe siècle. L'entreprise a été fondée en 1885 à Montegranaro, une petite ville de la région des Marches en Italie, connue pour être la région historique la plus importante pour la production de chaussures de qualité. Dans cette région, la plupart des gens participaient dans une certaine mesure au processus de fabrication des chaussures ; le cuir pour chaussures provenait du port d'Ancône - la capitale de la région - et était ensuite distribué dans toute la région.

Qu'avez-vous changé lorsque vous avez rejoint la marque en 1991 ?

Lorsque je me suis joint à l'entreprise familiale en 1981, je me suis principalement concentré sur deux choses. Tout d'abord, j'ai décidé d'industrialiser le commerce local et artisanal, d'acheter de nouvelles machines et équipements et d'introduire de nouvelles techniques de production, le tout sans perdre le savoir-faire de l'entreprise. J'ai réussi à installer un pont entre les processus de modernisation et la tradition de l'entreprise. Deuxièmement, au niveau du style et du design, j'ai créé une nouvelle liberté dans le processus créatif, qui s'est ouvert au niveau international et est devenu le segment de la mode.

En un mot, j'ai modernisé l'entreprise et ouvert la porte à l'avenir, ce qui a conduit à la création de la marque Premiata en 1991.

A cette époque, j'étais inspiré par de nombreux styles et influences différents. J'ai été très impressionné par les Six d'Anvers - leur minimalisme légèrement sombre et décalé - et j'ai voulu faire le lien entre le style classique des chaussures faites main et les formes et les proportions des vêtements pour travailler.

Et qu'est-ce qui vous a intéressé dans cette marque ?

Tout d'abord, il y a eu la passion du cuir. Je me souviens que lorsque j'étais enfant, de grandes quantités de cuir entraient dans le laboratoire de mon père - et j'étais vraiment fasciné par l'odeur et les possibilités du matériau. Il s'agit aussi de la curiosité et de la fascination d'un fils pour son père. D'une certaine façon, j'étais prédestiné pour ce travail, c'était vraiment dans mon ADN.

Premiata : entretien avec le PDG, Graziano Mazza

Qu'est-ce qui fait que les baskets sont une tendance si durable ?

Les baskets représentent la direction que prend une société - vers un code vestimentaire plus décontracté et une « décontraction » à tous les niveaux - les baskets sont peut-être l'un des meilleurs exemples pour cela. C'est une tendance à long terme et, tout comme le virage social général vers l'informalité, après ce développement, il est à peine possible de l'inverser - c'est un processus qui ne peut être arrêté.

Et il y a aussi une raison pratique : le confort. Le confort de porter des baskets au lieu de chaussures formelles crée rapidement une sorte d'addiction et de dépendance - et comme nous le savons, il n'est pas facile de se débarrasser de ces habitudes une fois qu'elles sont dans nos vies.

La basket remplacera-t-elle les chaussures élégantes à long terme ?

Il y aura toujours des chaussures élégantes et des chaussures plus classiques parce que dans les situations plus officielles, on a juste besoin d'une élégante chaussure en cuir avec lacets.

Qu'est-ce que le design italien peut apporter à la basket ?

Une certaine façon de travailler le cuir et une longue tradition de travail avec différents matériaux, mais aussi une certaine façon de « décontextualiser» un style et de l'appliquer au « monde des baskets ». Pensez à nos baskets pour femmes où nous appliquons un certain sens du style qui émane de la chaussure féminine classique, une certaine « finesse », un style légèrement baroque - et je pense que nous avons certainement été des pionniers en la matière.

Ou pensez à notre version urbaine de chaussures de randonnée, dans laquelle le style de randonnée est placé dans un nouveau contexte. Le design italien apporte une approche plus urbaine qu'une marque de chaussures de sport classique.

Quelle est la principale différence entre les clients italiens et allemands ?

Je ne pense pas qu'il y ait une grande différence, comme je ne crois pas qu'il y ait de grandes différences géographiques aujourd'hui. Je pense qu'il s'agit plus de personnalités et de personnes différentes - et aussi de « groupes de styles ».

Vous considérez-vous comme minimaliste ou maximaliste ?

Pour être honnête, je ne sais vraiment pas si je suis un maximaliste avec un impact minimaliste ou plutôt un minimaliste avec une humeur maximaliste. Je n'aime pas les étiquettes et cela dépend toujours de l'angle sous lequel j'aborde un projet.

Qu'est-ce qui a inspiré la Sharky, la nouvelle « Ugly Sneaker » de Premiata ?

Je vois la Sharky comme un avancement d'un modèle de chaussure inspiré du passé. La Sharky est notre interprétation de la tendance des Chunky Sneakers de la fin des années 80 et 90. Notre interprétation des lignes boxy et colorblock rétro est moins extrême que celle des autres marques car nous nous efforçons de trouver un équilibre entre ce que nous sommes et resterons et ce nouveau style rétro.

La campagne Sharky et nos campagnes veulent célébrer la diversité et l'ouverture à d'autres styles et lifestyle en général, et nous sommes toujours à la recherche de nouveaux endroits, paysages et situations qui correspondent à notre vision éclectique du monde. La campagne joue aussi avec l'effet de surprise du lieu, un lac salé qui, en raison de son atmosphère futuriste, pourrait d'abord être perçu comme un paysage lunaire. Le « Projet Sharky » se déroule très bien jusqu'à présent ; nous sommes vendus dans certains des magasins les plus prestigieux du monde, notre chiffre d'affaires a doublé et nous avons été contraints de fixer un quota pour les commandes.

Sur quoi travaillez-vous actuellement ?

D'une part, je travaille à l'internationalisation de la marque. Nous avons déjà obtenu d'excellents résultats, mais nous voulons sensibiliser l'opinion publique européenne et introduire nos pièces dans autant de pays que possible. Nous avons récemment ouvert un magasin à Tokyo et nos affaires en Corée du Sud vont très bien.

D'autre part, nous développons et perfectionnons un produit capable d'atteindre le statut d'icône, un produit qui a un ADN assez défini et un haut degré de reconnaissance, mais qui en même temps peut s'adapter au style et aux changements historiques sans perdre son boxy caractère», un peu comme une Volkswagen Golf, je dirais.

Cet article a été publié à l'origine sur FashionUnited DE. Édité et traduit par Sharon Camara.

Photos: Premiata (1) Skarky campaign image; (2) Graziano Mazza

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS