Le grand bottier français a relancé l’idée d’une collection de souliers couture. Désormais, la griffe de chaussures éditera une dizaine de modèles uniques par saison. Un escarpin entièrement facetté, une sandale au talon sculpté en forme de corail ou une mule en satin bleu orné de plumes sont parmi ces bijoux pour pieds, qui se prennent pour des robes de couture.

Pour Bruno Frisoni, le directeur artistique de la maison il s’agit de redonner aux chaussures de très haut de gamme leur allure d’antan : « Les souliers couture, c’est une sophistication poussée à l’extrême. On ne parle plus de trotteur, de Richelieu ou de chaussures sur mesure, mais de rêve ! »

Un concept à fort potentiel pour cette marque de niche, qui sait mettre les femmes célèbres à ses pieds depuis 1937, et à qui l’on doit l’invention du fameux talon aiguille.

Après Paris, Hong Kong, Londres et New York, le grand chausseur projette d’ouvrir des magasins au Moyen-Orient et en Asie, mais aussi à Moscou et une deuxième boutique à Londres et peut-être une deuxième vitrine à Paris.

Outre ses activités d’expansion, la griffe parrainera la première rétrospective consacrée à l’oeuvre du photographe et peintre américain Edward Steichen au Musée du Jeu de Paume à Paris, d’octobre à décembre.

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS