• Home
  • Actualite
  • Mode
  • Tilli : de la retouche à domicile aux partenariats avec marques premiums et grands magasins

Tilli : de la retouche à domicile aux partenariats avec marques premiums et grands magasins

By Odile Mopin

6 janv. 2022

Mode

Tilli

Fondé en 2016 sur un concept innovant de retoucherie à domicile, Tilli a bien grandi. La société, créée et dirigée par Béryl de Labouchere emploie aujourd’hui 9 personnes à plein temps et multiplie les partenariats avec marques et distributeurs.

Dépoussiérer la couture à domicile, c’est chose faite. Au départ positionnée B to C, Tilli a déployé son réseau de 250 couturières et couturiers, en France, dans une vingtaine de villes (Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, entre autres). Professionnels expérimentés à la retraite et en quête d’activité, tailleurs, jeunes stylistes et modélistes sortis de l’école avec l’envie de se « faire les dents », personnes en insertion professionnels, ce « vivier » a désormais des plannings remplis, adaptés à leurs rythmes de travail, gérés par les algorithmes mis au point par Tilli—dans une première vie, Béryl de Labouchere a travaillé dans la tech.

C’est le dialogue avec le client, le mise sur le devant de la scène des savoir-faire d’artisans, en le plaçant face au client, la variété des services proposés (retouche mais aussi personnalisation et upcycling) qui a fait le succès de Tilli. « C’est très créatif, pour le couturier comme pour l’utilisateur. On part en se demandant ce que l’on va faire de ce manteau oversized acheté en ligne aux manches trop longues, on se retrouve avec un produit créateur, on transcende des produits, on leur donne une seconde vie », souligne la fondatrice.

Béryl de la Bouchère

Au début de son entreprise, peu y croyait. Puis est venue la déferlante de la mode durable et surtout de la seconde main. Tilli, premier entrant, par nature, sur un marché en pleine émergence, est aujourd’hui convoité par les marques et les distributeurs pour animer des ateliers « personnalisation » en boutique ou apporter un service en plus, proposée par la marque à son consommateur.

Au début de son entreprise, peu y croyait. Puis est venue la déferlante de la mode durable et surtout de la seconde main. Tilli, premier entrant, par nature, sur un marché en pleine émergence, est aujourd’hui convoité par les marques et les distributeurs pour animer des ateliers « personnalisation » en boutique ou apporter un service en plus, proposée par la marque à son consommateur. « C’est un vrai succès, aujourd’hui, toutes les marques premiums s’ouvrent à la seconde main et ont bien compris la nécessité de prolonger la durée de vie d’un vêtement dans une perspective durable. Nous cumulons le service à domicile avec les partenariats avec les marques de différentes manières. Nous nous intégrons dans les sites des marques-enseignes, comme un service de plus qu’elles offrent à leurs consommatrices et contribuons ainsi à réduire leur taux de retour. Nous devenons aussi leurs partenaires en boutique, leur service de retoucherie, de réparation », précise Béryl de Labouchere.

Tilli travaille ainsi avec Tara Jarmon, Asphalte, le site e -commerce du BHV, le Printemps, via un corner situé dans un espace dédié à la circularité, Faguo, Aigle, ou encore Madura dans le textile de maison, la déco.

Aigle, notamment, propose dans douze de ses magasins de la région parisienne un service de pick & collect avec Tilli. La marque d’outdoor décline aussi des ateliers ponctuels de customisation ou de réparation en boutiques, dans le cadre de son initiative « Aigle positive impact ». Avec Faguo, le partenariat prend la forme d’ateliers - boutiques, très pédagogiques, sur l’ensemble du parc de la marque.

« C’est aussi une façon de proposer de belle animation boutique, au moment où se pose la question de faire revenir le public dans les points de vente physiques », souligne Béryl de Labouchere. De manière générale, les marques veulent aujourd’hui un partenaire qui prenne tout en main, qui soit leur référent sur la durabilité des vêtements de leurs clients ».

La loi AGEC relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire concernera les produits textiles d’ici quelques années en imposant l’optimisation du cycle de vie des produits mis sur le marché. Un enjeu sur lequel l’industrie textile et les marques planchent actuellement et qui fait de Tilli un acteur de poids pour avancer sur ce chemin de la pérennité des vêtements. « Le local, la proximité, l’intérêt croissant des consommateurs, aussi pour l’artisanat, le beau geste, nous conforte dans notre position. Nous sommes arrivés les premiers sur ce créneau de la réparation de la durabilité. Aujourd’hui, nous ne sommes plus les seuls mais nous avons pensé et déroulé ce concept en développant des relations privilégiées avec les marques, en boutique comme en e-commerce », souligne encore la fondatrice de Tilli.

L’entreprise joue enfin les collabs sexy, comme avec Swarovski, l’une des plus récentes : les deux se sont associés dans une démarche 100 pour cent upcycling et redonnent vie à des perles et pierres en cristal issues d’anciennes collections. Balzac Paris, engagé dans une démarche « zéro déchet » a également joué le jeu et confié à Tilli les tissus de ses collections passées pour créer des accessoires uniques et responsables.

Tilli

Il fallait une vitrine à Tilli : deux ont ouvert dans le IX e arrondissement de Paris, rue Henry Monnier, l’historique, et une seconde rue Notre-Dame de Lorette, davantage dédiée à la décoration d’intérieur. Les « tillistes » (couturiers, brodeurs, modélistes) y ont installés leur machine à coudre depuis le 30 septembre dernier, pour transcender housses de canapés, double-rideaux, plaids et linge de maison. Des concept -stores de la couture, des retoucheries complètement revampées mettant à l’honneur les artisans œuvrant en évidence, derrière leur vitrine, autant de plaidoyer pour l’artisanat local et la décoration responsable.