(publicité)
Une pétition demande au BFC d'interdire la fourrure à la London Fashion Week

Alors que le coup d'envoi officiel de la Fashion week de Londres Automne-Hiver 2017-2018 a sonné, une nouvelle pétition a été lancée sur Change.org, appelant le British Fashion Council (BFC), qui accueille la LFW deux fois par an, pour interdire toute vraie fourrure au sein des défilés, pour de bon.

Plus de 53 333 personnes ont signé la pétition depuis son lancement en ligne sur Change.org, il y a 2 semaines. Lancé par Ed Winters, cofondateur de l'organisation des droits des animaux Surge, la pétition indique comment l'industrie de la fourrure est responsable de la mort d'un milliard de lapins et de 50 millions d'autres animaux, comme les renards, les visons, les chiens, les chats, les ratons laveurs, les chinchillas, les phoques et plus chaque année, selon l'ONU. Comme la plupart des animaux sont élevés dans des fermes à fourrure, cela signifie qu'ils sont confinés à une vie pleine de misère dans des cages trop petites, des conditions sales et anormales conçues pour maximiser les profits. La pétition attire également l'attention sur les méthodes les plus courantes pour tuer des animaux dans les fermes à fourrure, qui incluent l'électrocution anale, le gazage, l'empoisonnement ou tout simplement briser le cou des animaux, pour préserver la qualité de la fourrure.

Une pétition demande au BFC d'interdire la fourrure à la London Fashion Week

La pétition demandant à LFW d'interdire la fourrure a plus de 50 000 signatures

Bien que l'élevage de la fourrure ait été interdit au Royaume-Uni en 2000, la fourrure est toujours vendue dans le pays et présentée sur ses podiums lors de la Fashion week de Londres, ce qui a amené Winters, celui qui a lancé la pétition, à se demander « Pourquoi la London Fashion Week juge-t-elle moralement justifiable de fournir une plateforme à la fourrure et profiter de l'exploitation d'une industrie qui a été interdite au Royaume-Uni il y a 17 ans? ». La pétition met en évidence le fait que des stylistes de renom tels que Stella McCartney, Vivienne Westwood, Tommy Hilfiger et Calvin Klein ont interdit toute fourrure dans leurs collections et incitent la London Fashion week à en faire de même. À l'appui de la pétition, qui sera remis au BFC, une fois qu'elle aura atteint 75000 signatures, une série de manifestations se tiendra en dehors de l'espace des défilés du BFC, lors de LFW les 18 et 19 février, contre l'utilisation continue de la fourrure et afin de sensibiliser les gens à l'abus et à la cruauté envers les animaux, au sein de l'industrie de la fourrure.

FashionUnited s'est adressé au British Fashion Council pour leur réponse à la demande, qui a répondu : « Le British Fashion Council ne dicte pas ce aux créateurs ce qu’ils peuvent ou ne peuvent pas concevoir et n'a aucun contrôle sur leur processus créatif. Nous encourageons activement à une meilleure pratique dans leur entreprise et s'ils choisissent d'utiliser la fourrure alors nous les encourageons à faire des choix éthiques. » Le soutien de la pétition se poursuit sur plusieurs saisons de Fashion week de Londres, pendant lesquelles ont eu lieu de nombreuses protestations contre l'utilisation de la fourrure par la mode, et huit jeunes stylistes ont écrit une lettre publique au Central Saint Martins, exhortant les futurs étudiants à ne pas utiliser de la fourrure dans leurs collections. La lettre a été signée par Hannah Weiland, fondatrice de Shrimps, ainsi que par les designers émergents Marta Jakubowski, Faustine Steinmetz, Molly Goddard et Vika Gazinskaya.

« Nous sommes ravis de voir comment la pétition a été reçue », a déclaré Winters à Metro.co.uk, sur la réponse du public à la pétition. « Cela montre simplement que la fourrure n'est plus recherchée ou même jugée acceptable par le public, et n'existe que dans les domaines d'une industrie de la mode hors du commun qui, au lieu d'être avant-gardiste, est réticent à aller au-delà de ses transgressions périmées ». Winters a ajouté que le groupe a protesté en dehors des lieux principaux de la Londres Fashion Week dans le passé, au cours de laquelle beaucoup de gens ont été choqués d'apprendre que la fourrure qu'ils portaient était réelle. « C'est horrible pour les gens qui croient qu'ils font un choix éthique, mais à qui on ment, et par inadvertance soutiennent l'industrie, ils pensent que leur achat est à l’opposé ». Des enquêtes antérieures menées par la Humane Society UK et la BBC ont révélé un nombre alarmant de détaillants et de boutiques en ligne, vendant de vraies fourrures en disant qu’elles sont fausses ou de véritables fourrures de chiens, de chats et de ratons laveurs sans étiquette.

Photo : Courtoisie de HSI