Le Conseil National des Centres Commerciaux (Cncc) nomme son nouveau président

Jacques Ehrmann, Pdg de Carmila (foncière du groupe Carrefour) et directeur exécutif de Carrefour, en charge du patrimoine, du développement international et de l’innovation, devient président du Cncc. L’organisme compte 400 adhérents représentant plus de 800 centres commerciaux en France. « Notre filière a devant elle de grands défis que nous devons collectivement relever dans l’intérêt de toutes les parties prenantes du commerce (promoteurs, propriétaires, gestionnaires, prestataires et enseignes) au sein de tous les territoires », a-t-il déclaré dans un communiqué.

Le Cncc, qui fêtait fin mars les 50 ans de la naissance des premiers centres commerciaux français, en a profité pour présenter une étude prospective sur le centre commercial de demain, avec Brain Value, société d’études marketing et de planning stratégique. En préalable un constat : les comportements de consommation, largement marketing modifiés par la digitalisation sont en profond bouleversement : le consommateur d’aujourd’hui est hyper-informé, omnicanal, devient actif et responsable. Il est à la recherche d’expériences d’achats mais également émotionnelles.

Une enquête prospective sur les centres commerciaux de demain

Si, explique l’étude, les consommateurs attendent depuis toujours des centres qu’ils leur proposent des conditions de visite optimales (une accessibilité facilitée, une amplitude des horaires d’ouverture, un lieu accueillant, climatisé et sécurisé, une offre diversifiée de produits et de services), les centres commerciaux sont confrontés à de nouveaux enjeux. A commencer par l’intégration des nouvelles technologies : une information préalable et pertinente sur le web, un guidage digital dans les parkings et les malls. Autre évolution pointée, la nécessité d’une organisation géographique multipolaire, pour évacuer la perception négative de gigantisme et d’ennui en alternant espaces fermés et ouvert. La démarche RSE (Responsabilité sociale et environnementale), aujourd’hui incontournable doit être assumée et expliquée. Du côté de l’offre, celle -ci doit mixer, enseignes incontournables et marques émergentes, qu’elles soient locales, éphémères.

Mixer l’offre entre marques institutionnelles et émergentes

Loin d’être un lieu anonyme le centre commercial doit parvenir au statut de marque, doté d’une identité et de valeurs auxquelles s’identifient ses occupants. Conçus physiquement et fonctionnellement comme de véritables « tiers-lieux » entre centres-villes et périphéries, ces nouveaux espaces commerciaux doivent dans l’avenir acquérir une identité forte, un sentiment d’appartenance et in fine un lien affectif avec ceux qui les visitent et les habitent. Gontran Thüring, délégué général du CNCC, a détaillé lors de la présentation de l’étude : « Les opérateurs de centres commerciaux ont intégré les changements profonds des comportements de consommation et ont entamé la mue de centres qui deviennent des lieux d’expériences et d’innovation étonnants, loin de l’uniformité que l’on a pu connaître à leur début dans les années 70. Même si elle n’est pas encore totalement perçue, cette tendance va se généraliser au fur et à mesure de la rénovation et de l’extension des centres existants qui constituent les deux tiers des projets actuellement en cours.

photo : jacques ehrmann-cncc

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS