• Home
  • Actualite
  • People
  • Profession mannequin : conseils et retours d’expériences

Profession mannequin : conseils et retours d’expériences

By Natasja Admiraal

11 août 2021

People

Des voyages exotiques, de beaux vêtements, du glamour et un gros chèque de paie. Le mannequinat en fait rêver plus d’un. Mais l’idée de ce que la profession implique concrètement reste encore assez floue. Pour FashionUnited la journaliste de mode et mannequin Natasja Admiraal lève le voile sur les détails de cette profession et livre ses conseils.

Soyez critique quant aux personnes avec lesquelles vous vous engagez

Malheureusement, les agences de mannequins et les photographes douteux sont nombreux. Ils profitent des personnes inexpérimentées à coup de fausses promesses, en leur soumettant des contrats peu fiables ou pire encore. L’émission grand public Radar a consacré de nombreuses heures d’antenne à ces pratiques trompeuses.

Il est important de faire preuve d’esprit critique quant aux personnes avec lesquelles vous faites affaire. Il est souvent conseillé aux mannequins de ne pas payer de frais d’inscription à une agence de mannequins. Il est important de savoir - à condition d’obtenir suffisamment de missions de mannequinat - qu’il s’agit d’une activité réciproque : le mannequin génère des revenus grâce aux missions et l’agence de mannequinat conserve un pourcentage (20 à 25 pour cent est la norme) par mission en frais de médiation.

Certaines agences facturent également l’impression des set cards (carte de visite du mannequin au format A5, avec son nom, ses mensurations et une compilation de ses meilleures photos) et la gestion du site web. Ces coûts sont généralement déduits des missions réalisées.

Les avantages et les inconvénients d’un nouveau visage

Il y a des avantages à être un « nouveau visage ». Après tout, l’industrie du mannequinat est toujours à la recherche de la prochaine grande vedette et de nombreuses agences de mannequins ont donc une catégorie distincte sur leur site web consacrée à la présentation de leurs nouveaux talents. En tant que nouveau visage, vous êtes donc plus facilement remarqué par les clients potentiels. Il peut également être avantageux pour les marques de mode d’engager un nouveau modèle : le mannequin est encore malléable et le tarif moins élevé car le modèle manque d’expérience et doit encore se constituer un portfolio.

Mais il y a également quelques inconvénients à engager un nouveau visage. Travailler avec une jeune fille de seize ans au visage frais pour une séance de photos de lingerie où elle doit fixer l’appareil de manière séduisante n’est peut-être pas la meilleure idée - bien que cela arrive souvent. Le risque est que la jeune fille se sente mal à l’aise et perde ainsi en crédibilité. On peut également se demander si un mannequin débutant est à la hauteur d’une séance de photos où il doit prendre de nombreuses poses dans quarante tenues différentes. Il est donc logique que les modèles inexpérimentés ne soient pas retenus pour toutes les missions.

Constituer un solide portfolio

Il vaut la peine d’investir dans une séance d’essai afin d’acquérir de l’expérience et de se constituer un réseau. Il se peut qu’un client potentiel ait des vues sur vous depuis un certain temps, mais qu’une bonne mise à jour de votre portfolio soit ce qu’il lui manque pour vous engager. En outre, vous rencontrez toute une équipe lors d’une séance d’essai, composée d’un photographe professionnel, d’un styliste et d’un maquilleur, qui travaillent également pour des magazines et des marques de mode : s’ils vous apprécient, ils peuvent montrer votre portfolio à l’un de leurs clients.

Lors d’une séance d’essai, vous serez souvent photographiée dans différents styles afin de montrer votre polyvalence. Un showreel (une vidéo de présentation de vous-même) est un excellent complément au portfolio et montre aux marques de mode votre aisance. Les polaroïds - généralement non photoshoppés et peu maquillés - sont réalisés dans le but de vous présenter au client le plus naturellement possible, augmentant ainsi les chances d’une réservation directe.

Faire bonne impression

Vous n’avez qu’une seule chance de faire une bonne première impression lors d’un casting ou d’un go-see (première rencontre avec un client). Il n’y a pas de meilleur investissement qu’une bonne nuit de sommeil, un bon régime alimentaire et un entraîneur personnel ou un abonnement à une salle de sport pour rester en forme.

Le choix de votre tenue peut également être un facteur de réussite ou d’échec. Ne portez pas de chaussures abîmées (si nécessaire, investissez dans une paire de talons que vous gardez spécialement pour les emplois et les castings) et ne portez pas de jean avec le logo d’une marque concurrente lorsque vous vous rendez à un go-see d’une marque de denim, cela pourrait être gênant. Une paire de jeans moulants avec un t-shirt ou un débardeur uni est toujours une valeur sûre.

La taille 8 est plus commerciale que la taille 6

On croit souvent à tort que les mannequins doivent toujours être super minces. Ce n’est tout simplement pas réaliste. D’après mon expérience, les vêtements utilisés lors d’un shooting sont souvent trop grands pour les modèles de taille 6. La pince à linge est en permanence utilisée pour maintenir la taille du pantalon à l’arrière et a souvent donné lieu à des situations cocasses. Bien que je fasse une taille 6, les agences de mannequins préfèrent m’inscrire en taille 8 sur ma carte de visite, car c’est commercialement plus attrayant.

Les tailles françaises et italiennes diffèrent évidemment des tailles britanniques, ce dont les mannequins qui travaillent à Paris et à Milan pendant de longues périodes doivent tenir compte. En outre, il existe de très beaux exemples de mannequins grande taille qui sont aujourd’hui débordés de travail.

Engager un mannequin ou la girl next-door ?

Bien que le mannequinat soit un métier (et que toutes les jolies filles ou tous les beaux garçons ne possèdent pas un talent naturel), de nombreuses entreprises préfèrent engager des modèles indépendants. Et cela a ses avantages : on contient d’un tarif sans les coûts d’un intermédiaire. Si la séance se déroule comme prévu, il n’y a vraiment aucun problème. Mais la réalité est souvent bien plus décevante. Car que se passe-t-il lorsque ce même modèle se voit proposer un travail plus lucratif et annule la séance au dernier moment ? Sans modèle, toute la production s’effondre. Les agences de mannequins sont très directes dans ces cas-là : un no show sans raison valable entraîne au minimum un sérieux avertissement et, dans le pire des cas, un bannissement immédiat de l’agence. Après tout, ce genre de négligence peut finir par coûter à l’agence un client important.

Lorsque vous réservez par l’intermédiaire d’une agence de mannequins, vous pouvez donc au moins être assuré que le modèle se présentera très probablement. Vous avez également la garantie d’un bon remplacement si, pour une raison quelconque, le modèle ne peut pas se rendre au rendez-vous. Travailler avec une agence de mannequins professionnelle présente d’autres avantages : les mannequins savent tenir la pose plusieurs heures d’affilées, adopter les compétences d’un caméléon et les bookers sont au courant des droits et les devoirs liés à l’activité et connaissent personnellement les mannequins.

Crédit : Backstage during a fashion shoot for the magazine Vriendin.

Le modèle, une paire d’yeux supplémentaire

La participation d’un modèle n’est pas toujours nécessaire lors d’une séance photo. Parfois, tout est méticuleusement préparé : de l’emplacement de vos poses à ce que vous avez dans les mains ou à votre apparence. Le défi consiste à recréer parfaitement ce que le client a en tête.

Dans tous les autres cas, mon expérience m’a appris que vous obtenez de meilleurs résultats lorsque vous demandez l’avis du modèle. Par exemple, si le mannequin n’est pas à l’aise dans une certaine pose, cela transparaît généralement dans la photo. Je ne compte plus le nombre de fois où je me suis détendue dans une position plus confortable entre deux prises de vue et où le photographe m’a dit : « Gardez cette pose, ça vous va bien ». Il est également utile de laisser le modèle jeter un coup d’œil à l’écran pour trouver la bonne position. Les gens sont naturellement critiques lorsqu’ils voient une photo d’eux-mêmes. Là où le styliste se concentrera surtout sur les vêtements, le mannequin jettera un regard critique sur lui-même. Qui sait, il pourrait remarquer quelque chose qui mérite d’être changé.

Plaisir et responsabilité

Pour éviter le froid, de nombreuses séances de photos ont lieu à l’étranger. Un lieu paradisiaque débouche parfois sur une occasion de faire la fête. Mais dans des moments comme celui-ci, vous avez la responsabilité de limiter votre consommation d’alcool et d’arriver à l’heure au lit afin d’être d’attaque pour le shooting du lendemain.

En tant que mannequin, vos responsabilités s’étendent également aux activités de la journée, même si une escapade de ce genre peut ressembler à des mini-vacances. Lors d’un projet de plusieurs jours, une journée de congé peut faire partie de l’itinéraire. Sur une île tropicale, passer du temps à la plage est évidemment tentant, mais les coups de soleil sont désastreux pour un mannequin : la peau rouge est difficile à masquer avec du maquillage, tout comme les marques de bronzage. Par conséquent, apportez toujours de la crème solaire et un grand chapeau lors d’une collaboration à l’étranger.

Prévenir les chutes sur les défilés

Les chaussures inconfortables font partie du métier. En tant que mannequin professionnel, vous ne devez pas commencer à vous plaindre si les chaussures sont un peu serrées. Mais, bien sûr, il y a des limites. L’année dernière, j’ai participé à trois défilés par jour pendant la semaine d’été de Libelle. Les escarpins qui allaient avec l’une de mes tenues avaient un bord tranchant au niveau du talon, qui m’a méchamment entaillé la peau. À ce moment-là, je savais que si je ne disais pas quelque chose tout de suite, je ne pourrais pas marcher avec des talons plus tard. Encore moins de danser avec, car pendant cette partie du défilé, mes collègues mannequins et moi devions faire une interprétation rapide de la tarentelle sicilienne. J’ai eu de la chance : ces chaussures n’appartenaient à aucune marque participant au défilé et j’ai donc pu les échanger contre une autre paire.

L’image globale compte, pas seulement l’individu

Il y a une raison simple pour laquelle les mannequins des défilés doivent respecter une taille minimale. Les créateurs peuvent faire beaucoup plus avec une personne de grande taille : ils peuvent ajouter du volume aux vêtements à volonté, sans transformer le mannequin en bonhomme Michelin. Cependant, une taille trop grande n’est pas bonne non plus, c’est pourquoi il existe également une taille maximale. L’importance de cette taille est évidente lorsque plusieurs mannequins sont engagés en même temps. C’est parfois le cas lors de séances de photos et de presque tous les défilés de mode.

Le charisme et l’expérience des défilés sont des critères importants pour les mannequins, mais il est également essentiel de regarder la situation dans son ensemble. Parfois, par exemple, les mannequins sont choisis en fonction de leurs cheveux longs, dans d’autres cas, c’est la diversité des looks que recherche le créateur. C’est donc l’image qui compte lorsqu’il s’agit de booker des mannequins pour un défilé de mode.

Le salaire des mannequins

« Je ne me lève pas pour moins de 10 000 dollars par jour », aurait dit Linda Evangelista. L’ère des top-modèles est loin derrière nous, mais il existe toujours des écarts importants entre ce que gagnent les top-modèles et les « mannequins ordinaires ». Le salaire journalier d’un mannequin dépend de son talent, de son expérience, de sa réputation et de sa notoriété. Heureusement, le secteur du mannequinat est très diversifié et il existe une grande différence entre les agences de mannequins.

Le montant de la rémunération est déterminé en fonction du type de mission. Les agences de mannequins font une distinction entre les tarifs journaliers pour les projets avec la presse et les projets commerciaux. Toutefois, une séance de photos de mode pour un magazine comporte naturellement un élément commercial puisque les vêtements sont commercialisés. Mais comme un magazine n’achète pas lui-même les vêtements (et que la réalisation d’une série de photos coûte de l’argent), il s’agit avant tout d’une démarche artistique. Ces séances sont donc qualifiées d’« éditoriales ». Pour les mannequins, cela signifie un taux journalier inférieur à celui des publications qui visent à générer des profits.

Ainsi, une journée de travail pour ELLE - qui donne lieu à une publication de six pages - rapporte généralement moins qu’un shooting commercial où vous figurez dans le coin inférieur droit de la page dix d’une brochure. Quand j’ai commencé à faire du mannequinat, les gens disaient : « Bravo pour la couverture et le shooting de mode. Ça a dû bien payer ! » Naturellement, ce genre de contrat est excellent pour votre réputation et votre portfolio. Après tout, ces photos mènent à de nouvelles affectations, mais ce ne sont certainement pas les emplois les plus lucratifs. Je connais suffisamment de mannequins qui sont revenus de Milan ou de Barcelone au bout de quelques mois avec de superbes feuilles de classement (publications dans des magazines) et une foule de nouvelles expériences, mais qui n’avaient réussi qu’à rentrer dans leurs frais en raison de tous les coûts qu’ils avaient supportés. Pour pouvoir vivre du mannequinat, il est donc important de booker des projets commerciaux en parallèle des magazines : catalogues, campagnes pour des marques de mode et de cosmétiques, lookbooks, annonces et publicités.

Certains tarifs horaires, journaliers et également semi-journaliers s’appliquent. La plupart des agences ont des directives précises qui s’appliquent à chaque modèle. Un supplément s’applique aux maillots de bain et à la lingerie. Un rachat est un remboursement supplémentaire pour l’utilisation commerciale du visage d’un modèle : lorsqu’un gros plan de vous est utilisé dans des productions commerciales, vous avez droit à un « buy-out ». Ce remboursement est défini en fonction du type de production commerciale, comme la télévision, l’affiche ou le flyer. Le rachat n’est versé que si l’élément est effectivement utilisé et expire si vous êtes coupé dans le produit final.

Le mieux est de discuter de vos préférences à l’avance. Il est toujours préférable que tout soit réglé en amont, afin que personne ne soit confronté à de mauvaises surprises. Il en va de même pour les défilés de mode. En général, un défilé est aussi l’occasion de réaliser le lookbook, ce qui permet de faire d’une pierre deux coups. Les mannequins sont en effet prêts à partir, coiffés et maquillés, dans un cadre approprié, et il reste souvent assez de temps pour les photographier entre deux défilés. Cela permet de gagner du temps et de l’argent. Mais quelle que soit l’efficacité de votre travail, il n’en reste pas moins qu’il s’agit d’une mission supplémentaire pour le modèle. N’oubliez donc pas de discuter à l’avance des droits de portrait avec l’agence de mannequins.

Transparence et confiance

Parfois, les collaborations ne se déroulent pas comme on l’avait espéré. Une superbe séance photo en studio s’est malheureusement terminée sur une note amère pour moi. À ma grande surprise, le client avait appelé pour se plaindre à l’agence que mes cheveux étaient gras. Impossible, car j’avais lavé mes cheveux le matin de la séance et n’avais utilisé aucun produit particulier. De plus, mes cheveux avaient été coiffés avant que le client n’arrive. Et j’avais discuté avec la coiffeuse sans qu’elle me fasse la moindre remarque sur l’état de mes cheveux.

Malheureusement, des situations de ce genre ne sont pas rares. Les gens sont gentils avec vous le jour d’une séance photo, et tout se passe à merveille, mais le lendemain, le client téléphone à l’agence pour se plaindre de votre comportement « non professionnel » et refuse de payer le montant (total). Et ce, dans l’espoir d’obtenir un rabais, alors que les photos issues de la séance sont magnifiques et utilisées !

Un bon partenariat est basé sur la transparence et la confiance. Bien sûr, les souhaits du client passent toujours en premier : si un modèle a l’air sensiblement différent de ses photos - par exemple, si ses racines sont visibles ou si elle est allée chez le coiffeur et a oublié de le signaler - le client a le droit de se plaindre. Le mieux est de ne pas attende pas la fin de la séance pour se plaindre, mais d’appeler immédiatement l’agence pour dire que l’apparence du modèle ne correspond pas aux photos. En outre, le client doit discuter l’avance de ses souhaits et de ses attentes avec l’agence. Les deux parties bénéficient d’une définition claire et directe de ce qui se passe pendant la séance et des photos qui en résultent. Cela permet d’éviter d’éventuels problèmes en aval et permet de se concentrer sur ce qui compte vraiment : la création d’une campagne spectaculaire.

Natasja Admiraal est une journaliste de mode indépendante, qui travaille pour FashionUnited depuis 2008, et écrit également sur des sujets connexes tels que les bijoux et le design. Vous avez peut-être déjà vu Natasja sur la couverture d’un magazine : elle travaille comme mannequin depuis plus de dix ans.

En août, FashionUnited se consacre au thème du travail dans la mode. Pour accéder à tous les articles liés à « Work in Fashion » : cliquez ici.

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.com. Il a été traduit et édité en français par Julia Garel.

Crédit photo principale : Photography Joost Konings