• Home
  • Actualite
  • Retail
  • Covid-19 : les commerces de l'habillement ne veulent "pas mourir"

Covid-19 : les commerces de l'habillement ne veulent "pas mourir"

Retail

Crédit : Unsplash, Echo Grid
By AFP

28 avr. 2021

Paris - “Nous ne voulons pas mourir !” : la Fédération nationale de l’habillement (FNH) a alerté mardi sur la “situation parfois catastrophique” des commerces de l’équipement de la personne, d’habillement et de chaussures, qui ont connu trois périodes de fermetures en France depuis le début de la pandémie de Covid-19.

Trois fermetures successives

“Après trois fermetures successives totalisant 5 mois au total, notre secteur du commerce indépendant de l’équipement de la personne est asphyxié économiquement”, alerte la FNH sur son site internet. “Sur-stockés, sans trésorerie et accumulant les dettes, vous, commerçants indépendants, êtes dans une situation parfois catastrophique”.

La fédération professionnelle, qui rassemble les commerçants et les groupements de commerce de détail dans le domaine du prêt-à-porter, de la mercerie et du tissu, revendiquant “32 000 détaillants indépendants employant jusqu’à 100 000 salariés”, demande au gouvernement “un plan de soutien complet et adapté à la situation de la branche textile-habillement”.

Elle réclame notamment une augmentation du fonds de solidarité, “pour soutenir nos trésoreries anéanties et prendre davantage en compte la problématique des stocks”, la prise en charge par l’Etat des congés payés ou encore une aide pour faire face au “mur de dettes” face auquel se trouvent certaines entreprises.

Outre la prise en charge de l’activité partielle, le gouvernement a ajusté à de nombreuses reprises le dispositif d’indemnisation partielle de la perte du chiffre d’affaires par le fonds de solidarité, et lui a adjoint cette année une prise en charge partielle des frais fixes.

En outre une subvention doit être versée fin avril ou début mai aux commerces en situation de sur-stocks, vendeurs de vêtements, de chaussures, magasins de sports, avait annoncé le gouvernement fin mars. (AFP)