• Home
  • Actualite
  • Retail
  • La consommation de textile - habillement s’est améliorée en avril juste avant les fermetures et grâce à la vente en ligne

La consommation de textile - habillement s’est améliorée en avril juste avant les fermetures et grâce à la vente en ligne

By Odile Mopin

1 juin 2021

Retail

FNH

C’est l’effet trompeur de la pandémie. En avril, les commerces de mode de textile ont connu des fortes hausses de chiffres d’affaires : + 66 ,4 pour cent versus 2020 (en plein premier confinement, mais en repli de 58 pour cent au regard d’avril 2019, du temps du monde d’avant).

Comme le rappelle l’IFM (Institut Français de la Mode) la totalité des points de vente hors alimentaire était fermée pendant toute la durée du mois d’avril 2020, seuls les rayons habillement des magasins populaires et des hypers et supermarchés restant ouverts). En 2021, le troisième confinement a concerné l’ensemble des rayons habillement, y compris ceux des magasins à dominante alimentaire, mais il n’a commencé « que » le 4 avril au matin.

Ainsi, mécaniquement, la plupart des circuits de distribution ont enregistré une hausse de leurs ventes. En revanche, il est a noter que les hypers et supermarchés, ont subi un recul de 7,4 pour cent.

Enfin sans surprise, les consommateurs se sont tournés vers le e-commerce, dont l’augmentation des ventes s’est encore accélérée ce mois d’avril : + 61,5 pour cent cet avril contre une croissance de 22 pour cent en avril 2020.

Pour les quatre premiers mois de l’année 2021, les ventes habillement et textile ont bénéficié d’une hausse de 6,4 pour cent par rapport à la même période de 2020 mais elles restent très en retrait (- 24 pour cent), relève l’observatoire de l’IFM. S’essayant à l’exercice difficile des perspectives, l’organisme retient un scénario favorable pour l’ensemble de l’année : en supposant que les ventes des distributeurs, tous circuits confondus, se rapprochent des niveaux de 2019 à partir de ce mois de juin, le bilan de l’année s’établirait à + 5 pour cent au regard de 2020. Ce serait encore une décrue de 11 pour cent en prenant 2019 comme année de référence, avant la crise sanitaire.