Macy’s accélère les fermetures de boutiques en 2021

La chaîne de grands magasins basée à New York, également propriétaire de Bloomingdale’s a annoncé son intention de fermer environ 30 magasins en 2021, dont un point de vente Bloomingdale’s.

Les difficultés de Macy’s, confrontée à la concurrence de la vente en ligne, ne sont pas nouvelles. La crise sanitaire pourrait bien lui porter le coup de grâce. En février 2020, la chaîne de grands magasins, qui détient en propre 600 magasins Macy’s et 56 enseignes Bloomingdales (et presque autant en partenariat) avait annoncé son intention de fermer 125 de ses points de ventes les moins rentables dans les trois à venir et se concentrer sur son activité e-commerce. Une trentaine seulement a effectivement baissé le rideau depuis, dont son magasin du mall Tucson’s Park Place, en Arizona, sa vitrine de Cambridge (Massachusets) et Winter Haven, en Floride. Macy’s a aussi convertit deux points de vente en centre de distribution et de stockage.

Le groupe, qui a accusé une baisse de 20 pour cent de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, a dévoilé le second volet de sa stratégie ce mercredi, relayé notamment dans la presse américaine. Confirmant l’accélération des fermetures visant les plus petites surfaces et les emplacements secondaires dans les grandes villes. Les premières annonces visent les emplacements dans les agglomérations de Phoenix, San Diego, San Francisco, Atlanta, Chicago, Kansas City, New York, Cleveland, Cincinnati, Washington, DC, Portland, Memphis, Salt Lake City et Seattle. Dans le viseur également, des vitrines dans les villes moyennes, voire petites comme Waterbury et New London (Connecticut), Port Charlotte et Daytona Beach en Floride, Idaho Falls en Idaho…

L’objectif de Macy’s reste de « détisser » un maillage peut-être trop dense, afin de drainer davantage de clientèle vers ses grands magasins les plus rentables, notamment ceux qui ont été modernisés ces dernières années.

En mai dernier, le milliardaire tchèque Daniel Kretinsky était entré au capital de l’emblématique chaîne. Sa participation valorisée alors à un peu plus de 82 millions de dollars (67 millions d’euros) à Wall Street, faisait de l’homme d’affaires européen l’un des principaux actionnaires du groupe. Ce qui était apparu alors comme une bouffée d’oxygène a fait long feu. En vendant une partie de son parc immobilier, Macy’s espère faire rentrer dans ses caisses environ 700 millions de dollars (572 millions d’euros).

Crédit: Macy’s

 

Related Products

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS