Soldes d’hiver et d’été : reste-t-il des avantages ?

Depuis le mercredi 10 janvier 2018, la France accueille les soldes d’hiver. Période intensive où les consommateurs bénéficient de prix bas et de promotions importantes en magasins, les soldes ont toutefois vu leur côte de popularité baisser au fil des années.

Malgré les efforts des magasins et du gouvernement, l’essor de la concurrence venue du net met à mal l’avenir du système de solde classique. Un triste constat qu'ont pu faire les spécialistes du retail à travers la France. C’est le cas de Rudy L., gérant boutique à Châtelet : “ C’est une réalité, depuis quelques années on observe bien une baisse de la fréquentation dans les magasins, que ce soit le mien ou d’autres dans le coin. Mais ce n’est pas pour autant qu’il faut penser à la fin du système des soldes, il a beaucoup trop d’avantages», confie-t-il à FashionUnited.

Les ventes privées, la concurrence venues d’Internet

Les soldes sur Internet se font tout au long de l’année sous forme de vente privée, un système qui a chamboulé le modèle commercial des soldes. Mais pour les professionnels du commerce, le retail présente quand même des avantages non négligeables : « Il faut se réinventer et trouver des astuces pour continuer d’attirer la clientèle. Alors c’est plus simple pour les grandes enseignes qui ont le budget nécessaire. Pour une petite structure comme nous, il faut surtout fidéliser, un client qui est bien reçu et qui trouve des réponses à ses demandes aura forcément envie de revenir. Donc nous ne nous basons pas réellement sur les soldes mais surtout sur la fidélisation », confie Rudy, “Le contact humain est un avantage clair qu’Internet ne pourra jamais concurrencer. Le retail a une longueur d’avance même si cela ne se ressent pas actuellement dans les chiffres” ajoute-t-il.

Mais la baisse de la fréquentation lors des soldes n’est pas la même pour tous les commerçants. Emmanuelle qui est vendeuse dans une grande enseigne de prêt-à-porter à La Défense estime que les inconvénients et les avantages dépendent surtout de l’emplacement pour les magasins : « Les clients viennent, on a une bonne fréquentation, l’activité est toujours dense surtout le week end. Mais bon il faut nuancer nous sommes une grande enseigne et surtout nous sommes très bien situé donc forcément nous n’avons pas les mêmes soucis que des petites boutiques éloignées du centre-ville. »

Plus aucune file d’attente, un plus large choix d’articles et la facilité de comparer les prix ainsi que les offres, la comparaison entre le retail classique et les sites de shopping en ligne semblent pourtant aller en faveur de l’un des deux. Une impression confirmée à travers les chiffres car en effet, selon une étude réalisée par l'institut CSA pour la Fevad, Fédération de l'e-commerce et de la vente à distance, 70 pour cent des acheteurs en ligne envisagent d’effectuer des achats sur Internet pendant les soldes. De plus, il s’agit d’un chiffre en constante hausse depuis deux ans avec un gain de 11 points depuis 2016 et de 5 depuis 2017. Un engouement justifié par le gain de temps qui représente la principal raison des achats sur Internet à 64 pour cent avec en seconde place la volonté d’éviter la foule dans les magasins à 58 pour cent. A noter toutefois que le commerce en ligne a atteint 72 milliards d'euros en 2016 et devraient avoisiner les 80 milliards en 2017.

Finalement, les longues files d’attentes, les bousculades et les pièces rares dénichées en boutique, tous ces éléments qui occupaient une partie importante des soldes semblent avoir lassés les français. « Les soldes restent une tradition mais qu’il faut moderniser” admet le gérant de magasin.

Les soldes, une tradition lointaine

Selon la définition de la législation du Code de Commerce : « Sont considérées comme soldes les ventes accompagnées ou précédées de publicité et annoncées comme tendant, par une réduction de prix, à l’écoulement accéléré de marchandises en stock. ». L’une des origines de la pratique remonte à 1830, à l’époque où Simon Mannoury, propriétaire de la boutique “Le Petit Saint-Thomas” décide d’instaurer des prix fixes et clairement affichés sur ses articles. S’en suivront de nombreuses réformes au fil des années jusqu’à la mise en place en 2008 de la loi de modernisation de l’économie, qui fixa une date nationale pour le début et la fin des soldes officiels ainsi que la mise en place de deux catégories de soldes, celles d’hiver et d’été. Début janvier, le gouvernement annoncé l’arrivée d’un projet de loi visant à réduire la durée des soldes à quatre semaines d’ici à 2019. “Je ne sais pas si les nouvelles mesures de l’état seront efficaces mais on voit déjà qu’ils essaient de trouver une solution, c’est encourageant”, conclut Rudy.

Photo: Pexels