Chiffres records à Techtextil : Voici l'avenir de la production

Ceux qui pensent que l’industrie textile en Europe n’est plus d'actualité ont été contredits par les deux salons Techtextil et Texprocess qui se sont tenus à Francfort la semaine dernière.

Humeur euphorique et mots à la mode

Techtextil et Texprocess ne sont pas vraiment des salons qui suscitent l’enthousiasme des responsables de la mode. Il leur manque les noms accrocheurs des salons de mode classiques comme Premium, Panorama, Neonyt. À la place de stands d’image de marque, il y avait des constructions sobres ; à la place d'une inspiration décorative, beaucoup de texte à lire et à la place d’une musique d'ambiance, le cliquetis des machines. Les deux salons du textile, qui se sont achevés le 17 mai au bout de quatre jours, ont présenté exactement ce à quoi on pouvait s’attendre. Et pourtant, il y avait une atmosphère euphorique presque contagieuse. Des mots à la mode ont dominé le salon : durabilité, innovation technique et numérisation. À la fin, les organisateurs basés à Francfort ont pu confirmer l'édition la plus importante et la plus internationale des deux salons à ce jour. Un nombre impressionnant de 1 818 exposants venus de 59 pays et environ 47 000 visiteurs professionnels venus de 116 pays ont visité les salons. Particulièrement intéressant : bon nombre des entreprises très innovantes venaient d'Europe.

Chiffres records à Techtextil : Voici l'avenir de la production

La numérisation : de la chaîne de processus au réseau

L'avenir appartient à la numérisation et à l'automatisation de la production. Des exposants ont présenté des machines à coudre comme des voitures de luxe et fait des démonstrations des premières unités de production automatisées telles que celles pour le denim, qui sont toutefois loin d'être entièrement automatisées. En collaboration avec le fabricant de robots Kuka, Pfaff a présenté une « Étude de cas sur la robotique pour poches de jeans », qui consistait à coudre sur les poches arrière mais sans aucune intervention humaine. Les premiers robots qui peuvent saisir ou aspirer des matériaux, ou les repositionner, sont arrivés. Jusqu'à présent, cela n'était possible qu'avec des tissus fermes ou du cuir. Deux lignes de production de démonstration de Microfactory, en coopération avec diverses sociétés, ont présenté l’ensemble de la chaîne de processus de la production numérisée de sacs et de t-shirts. Pour les sacs, les robots plaçaient le tissu à coudre directement sur la table de coupe pour les étapes suivantes de la production et le transportaient directement via des véhicules guidés par IA.

Les machines à tricoter jouent un rôle important dans la mise en œuvre de la numérisation, de l'automatisation et de la production de vêtements, en particulier dans le secteur de la chaussure. Le spécialiste allemand des machines à tricoter, Stoll, a présenté les nouvelles possibilités du tricot 3D, par exemple en l’utilisant pour des baskets. Des algorithmes calculent désormais d'autres processus basés sur de simples fichiers image. À l'avenir, l'utilisation de telles machines nécessitera de moins en moins de connaissances spécialisées. « La numérisation et l'automatisation des processus sont actuellement notre sujet de développement le plus important », a déclaré Goran Sidjimovski, concepteur technique chez Stoll.

Chiffres records à Techtextil : Voici l'avenir de la production

Jusqu'à présent, la chaîne de processus de production de vêtements était linéaire - de la conception au fabricant de tissu, en passant par l'atelier de couture, l'entrepôt d'expédition, le fournisseur et le client. À l'avenir, elle deviendra un réseau dans lequel tous les domaines sont liés. Les produits peuvent donc être personnalisés par le client, par exemple, mais il s’agit également de développer des processus plus automatisés, capables de réagir de manière autonome aux changements de la chaîne de processus et de proposer de bonnes solutions beaucoup plus rapidement.

Chiffres records à Techtextil : Voici l'avenir de la production

Innovation textile et durabilité

La mise en réseau de l’industrie est la force motrice de l’innovation textile. De nombreux instituts se sont consacrés précisément à ce sujet et travaillent spécifiquement à la création de nouvelles interfaces entre l'industrie du vêtement et, par exemple, l'électronique, les cosmétiques ou les producteurs alimentaires. Ainsi, l'un des lauréats des Techtextil Innovation Awards 2019 est attribuable à une telle coopération. Le projet « Picasso », lauréat de la catégorie « Développement durable », est une coopération entre des partenaires de projets portugais pour le développement d'un processus de teinture et de fonctionnalisation de vêtements à base d'extraits de champignons et de plantes et d'enzymes. Les partenaires du projet sont entre autres le Centre de nanotechnologie et des matériaux intelligents (CeNTI), l'entreprise de textile Tintex et le producteur d'épices et d'herbes Ervital. « Nous avons réuni les entreprises car nous travaillions déjà avec elles dans d'autres domaines de recherche », explique Carla Silva du CeNTI. L’Institut avait également réuni auparavant des fabricants de produits cosmétiques, des fabricants de produits électroniques et des producteurs de textiles et présente, par exemple, des sous-vêtements contenant des nanocapsules, utiles pour la neurodermite, ou des serviettes en coton classiques pouvant être chauffées à l’aide de produits électroniques incorporés imperceptibles.

Une électronique innovante

Pas particulièrement durable mais techniquement fascinant : l'intégration de la lumière dans les textiles deviendra de plus en plus courante à l'avenir. Des produits électroniques imprimés ou des fils conducteurs d'électricité peuvent désormais être intégrés sans problème dans les textiles et permettent de nouvelles applications qui arriveront bientôt dans le secteur de l'habillement. Des séquences lumineuses mobiles défilent dans des vestes, des sacs ou des sacs à dos ; des taches lumineuses discrètes décorent des sous-vêtements ou des rideaux : la lumière ajoute une toute nouvelle dimension. Amann, l'un des principaux fabricants de fils, a présenté les « Smart Yarns ». Les fils intelligents fonctionnent comme des capteurs, des conducteurs de données ou des sources d’alimentation et peuvent ainsi générer de la chaleur ou de l’humidité, des points de pression et mesurer la température. En tant qu’antennes RFID incorporées, elles peuvent également fournir des informations sur l’utilisation des produits, par exemple leur fréquence de lavage.

Cet article a été publié à l'origine sur FashionUnited DE.

Photos: FashionUnited

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS