• Home
  • Actualite
  • Salons
  • Compte rendu : l'édition réussie du salon du denim Kingpins aux Pays-Bas

Compte rendu : l'édition réussie du salon du denim Kingpins aux Pays-Bas

By Caitlyn Terra

25 oct. 2022

Salons |COMPTE RENDU

L'un des halls du salon du denim Kingpins à SugarCity. Image by FashionUnited/Caitlyn

Un grand nombre d’amateurs arborant des looks en denim étaient rassemblés devant les portes de SugarCity à Halfweg, à l'ouest d'Amsterdam. C’est la deuxième fois que le salon Kingpins se tenait sur le site d’événements SugarCity et cette édition, clôturée le 20 octobre dernier, semble avoir retrouvé l’ambiance du Westergasterrein, à Amsterdam, là où les précédentes éditions avaient lieu.

Dans le brouhaha qui régnait devant l’entrée, on entendait pratiquement que des langues autres que le néerlandais. En grande partie de l’italien, plusieurs fois du turc, bien sûr de l’anglais et un mélange de nombreuses autres langues. Le retour en force de nombreux visiteurs internationaux pour cette édition était évident.

Pendant la journée, beaucoup de visiteurs et plusieurs exposants ont affirmé que la fréquentation est revenue au niveau pré-pandémie. « Il y a beaucoup de monde, mais cela reste agréable », a entendu dire FashionUnited au stand de YKK. Le stand de l’emblématique denim mill, Cone Denim, a accueilli de nombreux visiteurs et pris le temps de discuter. « Nous avons déjà 12 rendez-vous prévus pour le salon, c’est plus que d’habitude » s'est réjoui le design director Pierette Scavuzzo. « En avril, nous étions particulièrement heureux de tous nous revoir. Aujourd’hui, les affaires reprennent vraiment leur cours normal comme avant. » M. Scavuzzo indique que les entreprises qui ont déjà des rendez-vous avec Cone Denim ont également une idée très précise de ce qu’elles veulent acheter.

L'un des stands les plus créatifs, celui du B210 de Calik Denim - un nouveau tissu biodégradable. Image by FashionUnited/Caitlyn Terra

La fréquentation du salon Kingpins d’Amsterdam est revenue à son niveau pré-pandémie

Non seulement le salon était plus fréquenté que celui du mois d'avril, mais il y avait aussi plus de participants. L'édition précédente rassemblait 80 exposants ; nous approchions cette fois-ci les 100. Kingspins a ainsi occupé un peu d’espace supplémentaire dans le bâtiment industriel et le salon a aussi pris en compte la fluidité du parcours. Le visiteur attentif remarquera en effet qu'une plus grande place est accordée à l’inspiration et que davantage de sièges ont été installés. Cela créait un agréable sentiment d’espace supplémentaire, compte tenu de la fréquentation élevée.

Une petite amélioration a également été apportée au programme de conférences. En avril dernier, les tables-rondes ne pouvaient être suivies qu’à l’aide de casques disponibles sur les sièges. Compte tenu du nombre de visiteurs moins élevé, cela ne posait pas de problème, mais si un visiteur rejoignait une conférence en retard, les casques étaient souvent déjà pris. Pour cette édition, l'organisation a choisi de revenir à un système de sonorisation normal. Les nombreuses personnes intéressées ont donc pu suivre l’habituelle présentation des tendances de Denim Dudes. Les sièges étaient tous occupés et certains ont dû rester debout ou s'asseoir par terre. Dans cette salle au complet, chaque nouvelle slide déclenchait l'apparition d'un nombre incalculable de téléphones prêts à prendre en photo les informations.

Des articles spéciaux en denim pouvaient également être trouvés sur divers stands. Image by FashionUnited/Caitlyn Terra
L'un des looks proposés par Kingpins pour inspirer diverses finitions denim. Image by FashionUnited/Caitlyn Terra

Le salon Kingpins Amsterdam était mieux mis en valeur lors de cette édition au SugarCity

Les nombreux visiteurs du salon font presque oublier que les secteurs de la mode et du denim sont aussi actuellement confrontés à l’inflation et à des prix élevés. À cela s’ajoutent des problèmes de chaîne d’approvisionnement que les entreprises ont constaté dès la pandémie. Ce sont des problèmes que tous les participants au salon connaissent, mais le sujet n’est que très peu abordé dans les discussions. C’est peut-être bon signe, car les gens veulent encore faire des affaires.

Kingpins est bien sûr l’endroit idéal pour présenter les nouveautés produits et accessoires des entreprises. Chez YKK, un bouton et un rivet détachable sont ainsi présentés. Il en existe plusieurs formes : un bouton vissé et un bouton mono-matière qui peut être retiré du pantalon à l’aide d’un outil pratique. Les boutons et rivets amovibles facilitent le recyclage des pantalons. Le haut d’un pantalon ne doit ainsi plus être découpé et tout le pantalon peut être recyclé après avoir retiré les boutons et les rivets. La demande de ces types de boutons et de rivets émane du marché et est en pleine expansion.

Chez Kilim Denim, l'idée était de démontrer ce dont l’entreprise de denim était capable. La société est connue pour les différents délavages qu’elle propose, mais elle peut également fournir des tissus jacquard en denim, comme elle le présente sur son stand. Les rendez-vous avec de potentiels clients étaient nombreux dans l'agenda de Kilim Denim.

Pour les visiteurs assidus de Kingpins, cette nouvelle édition a davantage trouvé sa place dans l’imposant site de SugarCity. Alors que l'installation sur ce lieu était encore peu convaincante en avril 2022, il semble que cette fois-ci Kingpins a su séduire sa communauté.

L'un des looks proposés par Kingpins pour inspirer diverses finitions denim. Image by FashionUnited/Caitlyn Terra

Cet article a initialement été publié sur FashionUnited.nl.

Denim
KINGPINS