• Home
  • Actualite
  • Salons
  • Pitti Uomo : bonnes nouvelles de Florence

Pitti Uomo : bonnes nouvelles de Florence

By FashionUnited

14 janv. 2022

Salons |COMPTE RENDU

Crédit : Pitti Uomo

Pour le secteur de la mode, l'année 2022 débute lentement mais avec quelques lueurs d'optimisme.

Le salon de l'homme, Pitti Uomo, qui ouvre traditionnellement la nouvelle saison à Florence, a connu une rapide réorganisation : l'invitée d'honneur Ann Demeulemeester a annulé l'événement qu'elle devait organiser la semaine dernière et Brunello Cucinelli, l’un des principaux exposant et habitué de la foire, s'est également retiré à la dernière minute. Tandis qu’à Milan, où la semaine de la mode masculine doit débuter ce vendredi, le calendrier des défilés semble remarquablement vide. Enfin, à Paris, l’organisation de la semaine de la mode masculine, prévue du 18 au 23 janvier, balance entre défilés, les présentations numériques et rendez-vous en showrooms.

Pour les Chinois et les Japonais, notamment, les voyages restent difficiles. Les visiteurs et exposants russes, quant à eux, sont limités par leur vaccin, Sputnik, qui n'est pas encore reconnu en Europe. Néanmoins, Florence a su tirer son épingle du jeu et relayer quelques bonnes nouvelles.

Crédit : Pitti

L'ambiance était bonne au sein du salon lui-même et dans la salle du Palazzo Pitti, où un événement exceptionnel était organisé mercredi soir : une présentation dans le style de l’émission Ru Paul's Drag Race, par le designer finlandais Ervin Latimer qui, paré de lingerie rouge et d'une perruque blonde, a lancé son label Lattimmier.

Un certain nombre de marques italiennes établies, de Herno à Caruso en passant par Kiton, sont restées fidèles à leurs engagements en matière de vêtements pour hommes, contrairement à Cucinelli.  

548 exposants

Au final, 548 entreprises ont loué un espace d'exposition, dont 28 pour cent en dehors de l'Italie. « Nous avons encore perdu 60 exposants au cours des quatre dernières semaines », a déclaré Raffaello Napoleone, PDG et organisateur de Pitti Immagine, dans son bureau de Fortezza Basso, l'ancienne forteresse où se déroule le salon. Il précise qu'il s'agit souvent de petites marques. « Quand une équipe aussi réduite doit soudainement se mettre en quarantaine, la marge de manœuvre reste faible », a-t-il déclaré. 37 marques ont limité leur participation à une présence numérique sur la plateforme en ligne Pitti Connect.  

Crédit : Pitti

Sans surprise, le flux de visiteurs de Pitti Uomo a été touché par la vague d'infections causée par la variante Omicron, qui a conduit certaines marques à annuler des événements et à quitter la foire florentine. L'édition qui s'est achevée hier à la Fortezza da Basso a enregistré environ 4 900 acheteurs, dont 30 pour cent provenaient d'une soixantaine de pays étrangers. À titre de comparaison : l'édition de juin 2021 avait accueilli 6 000 visiteurs, dont plus de 4 000 acheteurs (avec un peu moins de 30 pour cent d’acheteurs étrangers) et en juin 2019, on comptait 30 000 visiteurs et 18 500 acheteurs.

À noter : les chiffres ne sont pas homogènes car les éditions de juin 2021 et janvier 2022 du salon masculin se sont tenues en même temps que Pitti Bimbo, la foire consacrée à la mode enfant.  

Les organisateurs de la foire sont néanmoins satisfaits des chiffres des salons qui viennent de se terminer. « Nous sommes satisfaits de la façon dont les choses se sont déroulées à Fortezza da Basso de mardi à aujourd'hui (le 13 janvier, ndlr) mais cette fois, je préférerais que les participants commentent ce Pitti Uomo. Pour ma part, je tiens tout d'abord à remercier les entreprises exposantes qui ont cru en notre travail et en notre capacité d'organiser le salon en toute sécurité et selon les normes renforcées de sélection et de qualité. Avec leurs nouvelles collections, les entreprises ont apporté énergie et passion. Je tiens à remercier les acheteurs italiens et étrangers, qui ont décidé de se déplacer et de voyager dans une période particulièrement compliquée et l'ont fait avec le bon esprit, prudent mais serein et déterminé », a commenté Raffaello Napoleone, PDG de Pitti Immagine.    

548 collections de mode masculine ont été présentées à la Fortezza (près de 30 pour cent provenant de l'étranger) et 170 à Pitti Bimbo. Au Pitti Uomo, les dix premiers pays étrangers en termes de présence d'acheteurs étaient les Pays-Bas (134 acheteurs), la France (134 acheteurs), l'Espagne (avec 123 acheteurs) et l'Allemagne, avec 118 acheteurs.  

« Si je ne savais pas qu'une pandémie était en cours, j'aurais dit que les jours du salon étaient plutôt normaux. Des stands complets, en gros nous avons travaillé comme d’habitude, donc des journées extrêmement positives, en termes de quantité », a souligné Claudio Marenzi, président de Pitti Immagine, organisateur de Pitti Uomo, et président de Herno.  

« C'est une édition qui a largement dépassé les attentes. Nous pensions que nous aurions un flux réduit de personnes, mais rien que le premier jour du salon, nous avons eu 700 personnes sur les stands. Nous sommes donc très satisfaits », a souligné Cristina Calori de Wp Lavori in Corso.  

« Cette édition a certainement été un nouveau départ. Pour des raisons évidentes, la participation étrangère a été réduite, mais nous avons eu une bonne participation de presque tous nos clients italiens », a ajouté Nicolas Bargi, PDG de Save the Duck.  

« Une participation dépassant les attentes » également pour Marco Marchi, directeur unique de Liu Jo : « Nous avions décidé de réaliser cette initiative l'été dernier, lorsque la situation de la pandémie était très différente. Nous avons alors décidé d'être présents malgré les complexités du moment, d'agir avec optimisme et le choix s'est avéré payant car nous voulons développer la ligne masculine à l'étranger et nous concentrer sur la vente en gros », a déclaré Marchi à FashionUnited.    

Crédit : Pitti

En outre…

La marque américaine d'outdoor Filson, notamment connue pour ses chemises de bûcheron, ses sacs à dos et autres sacs, a signé un accord de distribution et de licence avec WP Lavori in Corso, le groupe qui compte également dans son portefeuille des marques comme Woolrich, Baracuta, Barbour, Nanamica, Engineered Garments et Beams (parfois pour le marché italien, puis à l'international). À Pitti, la marque a mis l'accent sur une vaste collection de vêtements, avec des doudounes, des jeans et des chemises en flanelle et en moleskine. Sur les murs du pavillon étaient accrochées des pièces vieilles de plusieurs décennies provenant des archives de l'entreprise.  

Le géant du caleçon Sloggi a tenté pour la première fois une collaboration avec l'équipe du magazine allemand d'avant-garde 032C. Liu Jo a présenté une collection masculine à Pitti et  la marque Red September de la créatrice Olga Vasyukova, était présenté à Florence pour la première fois.  

L'absence de Brunello Cucinelli a été comblée par la venue de marques telles que Caruso, avec son directeur créatif Aldo Maria Camillo, et Kiton, laquelle a présenté pour la première fois au salon KNT (pour Kiton New Textures), la marque de vêtements urbains des jumeaux Mariano et Walter De Matteis, la troisième génération de la famille Kiton.

Crédit : Pitti

Cet article est issu des comptes rendus de Jesse Brouns et Isabella Naef, respectivement publiés sur FashionUnited.nl et FashionUnited.it. Ils ont été traduits et édités en français à partir de l'anglais et de l'italien par Julia Garel.