Salons de mode aux Tuileries : bilan d’une édition très spéciale

Du 2 au 4 octobre, Who’s Next et Première Classe, orchestrés par WSN développement, faisaient de leur présence aux Tuileries le défi de cette saison. Premiers grands salons de mode à se tenir depuis le printemps, après les restrictions imposant la jauge de 1000 personnes… et deux jours avant les dernières dispositions du gouvernement, empêchant notamment la tenue de foires et salons.

Ce bilan « décompte des visiteurs » n’est donc pas comme les autres. En aucun cas comparable avec ceux des éditions précédentes. WSN a rassemblé, autour de Who’s Next et de Première Classe, des exposants du salon de mode pointue Man/ Woman (Coralie Marabelle, Veja, Julia June…) ainsi que des « rescapés » du Silmo (optique) qui devait à l’origine se tenir au Parc des Expositions de Villepinte. L’objectif : faire front, se rassembler, créer une émulation de mode pendant la Fashion Week. Et si possible recréer une chaîne de business en présentiel. Complétée bien sûr par la plateforme en ligne Vimeet.

Salons de mode aux Tuileries : bilan d’une édition très spéciale

Pari plutôt réussi, malgré les vents contraires engendrés par le contexte et les multiples annulations d’acheteurs étrangers. L’événement a été une vitrine, mais aussi un moment d’affaires. Sans surprise, 87 pour cent des visiteurs étaient français. Au top cinq des 13 pour cent restant d’internationaux, se trouvent l’Espagne au premier rang, suivie de la Belgique, du Japon, de la Suisse, et de l’Allemagne. WSN a aussi dégagé les métiers les plus représentés par les visiteurs : 34 pour cent d’entre eux étaient des acheteurs, 13 pour cent des gérants de société, essentiellement des boutiques, 11 pour des décideurs, patrons de marques, le solde étant constitué de directeurs des achats et de consultants.

Salons de mode aux Tuileries : bilan d’une édition très spéciale

Certes, à l’aune de l’événement (232 marques tous secteurs confondus) le visitorat était moins fourni que d’habitude. Mais les grands acheteurs étaient là. Parmi eux, Le Bon Marché, les 3 Suisses, Abou d’Abi Bazar, Citadium, les Galeries Lafayette, La Redoute, Bazarchic, Showroomprivé, le Printemps ou encore Jacadi. Du côté des acheteurs internationaux, on comptait dans les rangs des poids lourds comme Isetan ou United Arrows. Le sentiment général a été exprimé de façon assez unanime : « échanger humainement et directement avec les fournisseurs est important, le salon physique reste essentiel et ne pourra jamais être remplacé par du 100 pour cent digital ».

Salons de mode aux Tuileries : bilan d’une édition très spéciale

Il n’en reste pas moins que la plateforme de rencontres B to B de WSN, Vimeet, qui va se prolonger au cours des mois, héberge actuellement plus de 700 profils de marques et acheteurs pour plus de 1700 demandes de rendez-vous envoyées. Josselin Vogel, présent sur Impact avec sa start – up Viji, spécialisée dans la traçabilité, expliquait : c’est notre première présence sur un salon et nous ne le regrettons pas, malgré ces conditions très particulières. Nous avons eu beaucoup de contacts de marques.

Les prochains rendez-vous sont confirmés : ils se tiendront, il faut en tout cas l’espérer, du 22 au 25 janvier 2021 pour Who’s Next, et du 5 au 8 mars 2021 pour Première Classe.

Crédit: WSN

 

Sur le même sujet

PLUS D'ACTUALITÉ

 

LES DERNIÈRES ANNONCES D'EMPLOI

 

LES PLUS CONSULTÉS