• Home
  • Presse
  • Business
  • Et si on parlait de laine Made in France ?

Et si on parlait de laine Made in France ?

PRESS RELEASE
By Press Club

9 févr. 2021

Business

La laine est une matière première chaude, durable, thermorégulatrice et potentiellement...locale ! Focus sur des marques et entreprises françaises qui ont choisi cette fibre produite en France et encore peu valorisée.

Aujourd'hui, 80% de la laine française est exportée à l'étranger (très majoritairement en Asie) afin d'être traitée, nettoyée et filée, pour ensuite revenir en France sous forme de pelote ou de tricot. La raison ? Cette matière première est très mal valorisée en France, et les éleveurs sont contraints de revendre à l'autre bout du monde, à perte, la laine issue de leur tonte. Outre la pollution engendrée par les transports, la laine française, une fois envoyée, n'est plus traçable et ne permets donc pas de garantir le sourcing de la fibre. Elle est souvent mélangée à d'autres laines, principalement en provenance d'Australie ou de Nouvelle-Zélande.

Certaines marques, soucieuses de proposer une mode responsable et une offre 100% Made in France, ont décidé de se tourner vers la laine française, et de revaloriser cette matière première bien de chez nous !

Tout fabriquer localement, c’est l’engagement du Slip Français. Mais pour réinventer durablement l'industrie textile, la marque a voulu remonter le fil et produire même les matières premières au plus près, en choisissant la laine de moutons français !

Une très grande majorité de la laine tondue en France est vendue en Chine, à perte, simplement pour minimiser le coût de la tonte. Un manque à gagner pour les éleveurs, et une abondance de matière non exploitée par les producteurs français. C’est donc pour revaloriser la filière lainière française et proposer un pull 100% local que Le Slip Français a créé le Ludo, un pull mixte, en laine mérinos décliné en coloris naturel, yack et bleu marine.

UBAC est la première marque de sneakers au monde à fabriquer des baskets à base de laine recyclée en France. Les créateurs ont dès le début de leur aventure fait le pari de l’utilisation de la laine recyclée pour la fabrication de leurs chaussures. Grâce à deux entreprises historiques du Tarn, la Filature du Parc à Brassac et la société André Calvet à Castres, la laine recyclée devient une fibre neuve, 98% moins impactante pour l’environnement, tout en évitant d’épuiser les réserves de la planète.

Le choix de la laine recyclée s’est avéré évident pour les créateurs de la marque. En effet, la laine a beaucoup de propriétés intéressantes : confortable, résistante, antibactérienne, autorégulatrice, respirante… Et son intégration est d’autant plus durable si cette laine est recyclée localement : « nous voulions un produit durable et écologique qui soit en adéquation avec nos valeurs, c’est pourquoi nous nous sommes naturellement tournés vers de la laine recyclée », expliquent Mathilde et Simon. L’un des défis de la marque était de proposer un produit fini durable dans le temps malgré une conception en laine recyclée. Pour cela, elle a fait confiance à la société Tissus André Calvet, à Castres, où les fils de laine recyclée produits par la Filature du Parc sont envoyés.

Blanc Bonnet a créé une collection axée sur les éco-fibres, et dans laquelle figure un bonnet tricoté en 100% Laine mérinos française. La marque française souhaite optimiser cette matière naturelle, considérée de nos jours comme un déchet. Ces bonnets sont fabriqués localement, dans un atelier à Saint-Didier-en-Velay en Haute Loire et sont certifiés Origine France Garantie. Le modèle Marion est décliné en écru, marron et gris.

Nathalie Lebas-Vautier, co-fondatrice de GOOD FABRIC, est pionnière de la mode éthique en France depuis 17 ans et accompagne ses clients dans la transformation durable de leur marque et de leur offre produit. L'entreprise accompagne les marques qui veulent donner du sens à leur travail, et qui souhaitent créer de beaux produits en respectant l’ensemble des acteurs de la filière et en limitant leur impact environnemental.

Selon Nathalie, pour que la filière de la laine française se transforme durablement, il faut des moyens humains et économiques car l’union fait la force. Ensemble, petits et grands acteurs peuvent redonner vie à cette filière locale. La France dispose d’une double opportunité : des élevages de petite taille, qui permettent de préserver à la fois la biodiversité et la bientraitance animale. Autour de la laine, il est possible de fédérer des marques, des éleveurs, mais aussi des ONG.